Les stations thermales font partie des activités fortement touchées par la Covid-19. Le nouvel établissement de Santenay, en Côte-d’Or, programmé pour cette saison, n’ouvrira ses portes qu’en mai 2021. Relooké cette année, celui de Lons-le-Saunier, dans le Jura, géré comme le premier par La Compagnie Européenne des Bains-Valvital, vient seulement de rouvrir pour quelques semaines avant l’habituelle fermeture hivernale.

 
L’impact de la Covid-19 sur les stations thermales s’illustre particulièrement en Bourgogne-Franche-Comté où deux projets devaient faire l’actualité du thermalisme en cette année 2020. La petite ville viticole de Santenay, en Côte-d’Or, devait reprendre ses eaux cet été, une activité remontant à la fin du 19ème siècle liée à la présence de sources salées.

Depuis presque vingt ans, la municipalité s’affairait à retrouver toutes les autorisations d’exploitation, suspendues en 1993, puis faire construire un établissement thermal flambant neuf. Une délégation de service public pour 25 ans avait été attribuée en 2012 à un spécialiste en la matière, La Compagnie Européenne des Bains-Valvital.

piscinesantenay
Le centre thermal de Santenay parie aussi sur une clientèle "bien-être" en court séjours ou locale. ©Valvital

Le confinement de ce printemps a suspendu les travaux, démarrés en octobre 2018 et repoussé l’ouverture prévue le 8 juillet. La visite du chantier organisée le 23 octobre dernier par la Banque des Territoires (Caisse Des Dépôts), l’un des financeurs, réactualise le calendrier.

Le bâtiment de 2.300 m2 construit au pied du vignoble accueillera ses premiers curistes en mai 2021. « La situation nous invite à la prudence bien qu’avec l’expérience d’autres de nos stations thermales, nous avons rôdé le protocole d’accueil », explique Laura Landry, directrice régionale Centre Est de la Compagnie Européenne des Bains.

Le nouveau centre thermal de Santenay est habilité à soigner les rhumatismes et les troubles de l’appareil digestif. En période normale, l’exploitant compte accueillir 3.000 curistes « conventionnés » par an.
Tant que durera la crise sanitaire, l’étalon s’établira certainement 30% en dessous, indicateur constaté dans d’autres stations thermales en raison de l’impossibilité de soigner autant de patients simultanément et des annulations. 


Pour cette 6ème station thermale de Bourgogne-Franche-Comté, Valvital parie aussi sur une clientèle « bien-être », en proposant des cures santé de 6 ou 12 jours que permettent une piscine panoramique de 150 m² et un ensemble spa-sauna-hamman également accessible à la journée par une clientèle locale.
Une résidence hôtelière construite pour palier l’absence d’hébergement à proximité, composée de 49 appartements d’une surface de 21 à 33 m² et d’une suite de 63 m², doit aussi attirer  les voyageurs en quête d’une résidence avec un spa intégré.

residencesantenay
La construction d'un nouveau centre thermal à Santenay s'accompagne d'une résidence hôtelière avec accès direct aux thermes, à l’image de ce qui existe déjà à Thonon que gère Valvital (photo). © Linkscom


Pour financer ce projet de 12,8 millions d’€, Valvital et la Banque des Territoires ont mobilisé chacun 1,4 million d’€ en fonds propres. La ville de Santenay finance de son côté 3 millions d’€ dans la construction du centre thermal qui réintégrera son patrimoine à l’issue de la délégation de service public. La Région Bourgogne-Franche-Comté apporte une subvention de 1 million d’€. Le projet est également soutenu pour 6 millions par un pôle bancaire qui réunit la Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté, LCL et la Société Générale.

 
cdproducteurs


Saison manquée à Lons-le-Saunier


lons
Le centre thermal de Lons-le-Saunier, dans le Jura, a été rénové de fond en comble en 2019. En photo, la piscine et son couloir d'accès. © Valvital


L’actualité thermale en Bourgogne-Franche-Comté devait aussi se dérouler dans le Jura, à Lons-le-Saunier, où Valvital avait prévu de rouvrir son centre thermal, en avril, à l’issue de 18 mois de fermeture totale, pour le rénover de fond en comble. Les 2,6 millions d’€ de travaux réalisés ont permis d’isoler les sols et les murs et d’ajouter un bassin de phlébologie à celle historique de rhumatologie.

Comble de malchance après une ouverture qui n’a pas eu lieu au printemps à cause de la crise sanitaire, le centre thermal a du fermer début août, après seulement une semaine et demi d’activité, suite à la découverte de bactéries (des pseudomonas) dans les canalisations. L’établissement n’a reçu l’autorisation de l’ARS (Agence régionale de Santé) que courant octobre.

Le bilan est morne. Réduit de 30% en raison d’un protocole strict, le nombre de curistes devrait s’établir en fin d’année à 140 par jour sur cinq mois, au lieu de 200 à 230 quotidiens habituellement.

lonsfacade
Les eaux salines bienfaitrices pour les rhumatismes coulent à proximité de l’établissement thermal de Lons-le-Saunier, édifié au XIXème siècle dans un parc classé de 7 hectares. © Valvital


Relire sur le même sujet : La renaissance du thermalisme à Santenay

et Le groupe Valvital engage 97 millions d’€ d’investissement dans le projet Grand-Nancy Thermal


bpbfcvirus


Six stations thermales en Bourgogne-Franche-Comté

Santenay sera le sixième centre thermal de Bourgogne-Franche-Comté, région où les retombées économiques de la filière sont estimées à plus de 36 millions d’€.
En plus du dernier né, Valvital, 2ème groupe thermal français (chiffre d’affaires de 40 millions d’€ en 2019, 10 % de parts de marché, 11 établissements thermaux) exploite la station de Lons-le-Saunier (Jura).

Leader du secteur, la Chaîne Thermale du Soleil (20 stations) gère les stations de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) et de Saint-Honoré-les-Bains (Nièvre).

thermessalins
Les thermes de Salins-les-Bains ont été déplacées dans un bâtiment neuf en 2017. © Jura Tourisme

Salins-les-Bains (Jura) qui avait fait peau neuve en 2017 est gérée en régie municipale via un établissement public à vocation commerciale. Les soins de remise en forme sont fermés jusqu’au 31 décembre.

Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) est géré par une entreprise familiale, Groupe Thermal, dont le PDG, Didier Moussus est président du Groupement d’Intérêt Économique (GIE) Auvergne Thermale Qualité, qui regroupe les entreprises thermales d’Auvergne et environs.

 

 Connaître les activités touristiques de la Côte-d'Or avec

invest

Commentez !

Combien font "9 plus 9" ?