BRÈVES JURASSIENNES. Dans le prolongement du salon Made in Jura, organisé du 18 au 21 octobre et qui a rencontré son public avec 56.000 visiteurs, nous poursuivons notre découverte des savoir-faire jurassiens auprès d'autres exposants. Rencontre avec Hainbuch France, Lépine, La Palette Comtoise, Toyman et Visioptimum International.

 

• Hainbuch France passe au serrage connecté

 

hainbuch
Aurélia Audard travaille au marketing et au commercial chez Hainbuch France. c Traces Ecrites.

 

La filiale française de l’Allemand éponyme propose dorénavant, usine du futur oblige, le serrage connecté. Le mandrin dispose de capteurs et en une fraction de seconde, adapte le serrage de l’outil choisi au type d’usinage programmé. Énorme avantage : un contrôle continu en cours de fonctionnement.

Hainbuch France emploie 17 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’€ en proposant des solutions de serrage sur cahier des charges ou en co-développement.

L’entreprise travaille pour de secteurs variés : automobile, aéronautique, médical… et bénéficie d’une croissance à deux chiffres. Le groupe basé à Marbach (Bade-Wurtemberg), s’appuie sur une effectif de 900 personnes et exploite dix autres filiales dans le monde.

 

conextdays 

 

toyman
Toyman, alias Gilles Delatre, oeuvre en Suisse pour douze entreprises du jouet, dont trois jurassiennes : Tabletterie des Lacs (Pont-de-Poitte), Jeandel (Nancuise) et Tournerie Seurre (Moutonne). Animateur hors-pair de la filière, toujours d’excellente humeur, il vend dans les boutiques de cadeaux, de jouets et de musées. « Un bon jeu est un jeu qui est facile à comprendre, intuitif », explique-t-il. Les grands classiques jeux en bois du Jura sont pour les jeux d’adresse, la toupie, le yoyo et le bilboquet. Pour ceux de contemplation, il suffit de voir les yeux des enfants avec le pic vert qui descend de son arbre. « Nous commercialisons aussi des jeux éducatifs comme le Coïncidix, un casse-tête de différents niveaux de force qui fait fureur », précise Toyman. © Traces Ecrites.

 frtpbfc

 

• Lépine Atelier diversifie son génie créatif

 

lepine
Jean-Pierre (à gauche) et Julien Lépine. © Traces Ecrites.

 

Jean-Pierre Lépine qui a imaginé, il y a 40 ans, un stylo qui fit fureur aux États-Unis par son design, au point d’avoir un temps une filiale sur place, diversifie ses créations.

Avec le renfort de ses deux fils, Julien et Benjamin, il a imaginé des montures de lunettes, une montre et différents types d’ustensiles tranchants de cuisine.

« Le rachat de la marque de couteaux Le Morézien, nous y a conduit », souligne Julien Lépine. Installée à Pratz, l’entreprise qui atteint les 500.000 € de chiffre d’affaires avec quatre salariés cible les boutiques de luxe, les arts de la table, les spécialistes du cadeau et commence à structurer un réseau commercial dans le monde entier. Lépine Atelier intègre un magasin d’usine et investit 200.000 € dans de nouvelles machines.

 

stylolepine
Le stylo Lépine, très stylisé et baptisé Graphycaf en référence à Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne. © Traces Ecrites.

 

banquepopmars 

 

visioptimum
Visioptimum International séduit jusqu’au Togo où le concepteur d’équipements numériques pour fabriquer des verres optiques et solaires vient de vendre une ligne complète. « Nous avons également de bons contacts dans les départements et régions d’outre-mer », assure Guy Monnoyeur, le président de l’entreprise. Visioptimum assure aussi des prestations à façon pour des opticiens qu’elle espère convaincre en grand nombre de produire leurs propres verres avec les produits maison. © Traces Ecrites.

 

SYBERT-GIF-640x90-SEPT18-4

 

• La Palette Comtoise supporte de mieux en mieux la charge

 

palettecomtoise
Annick Henry-Belle, responsable administrative (à gauche), tenait le stand de la Palette Comtoise avec Bertrand Jacquot, le gérant de l'entreprise et quatrième génération aux commandes. © Traces Ecrites.

 

Tout sourire, Bertrand Jacquot, quatrième génération aux  commandes de Jacquot-Baudier – la Palette Comtoise raconte avec passion son métier. Car la palette est à ses yeux tout un art dans sa conception-fabrication. Du moins celle qui est spécifique à fort volume, c’est-à-dire capable de faire le tour du globe en supportant de lourdes charges.

Implantée à Cramans sur un parc de 3 hectares, l’entreprise utilise des bois de peuplier, de hêtre et parfois de chêne, comme support aux ruches. « J’achète mes bois sur pied pour être sûr d’une parfaite qualité », indique  Bertrand Jacquot. La clientèle appartient aux secteurs de la plasturgie, de la chimie, de l’agro-alimentaire, du BTP…

Le fabricant réalise un chiffre d’affaires de 4 millions d’€ et emploie 18 salariés. Il robotise actuellement ses équipements afin de réduire les tâches pénibles, à l'aune d'un investissement d'environ 600.000 €.

Commentez !

Combien font "5 plus 1" ?