JOUETS/JURA. Trois ans après avoir été racheté en totalité par l’américain Alex Brand, Juratoys est repris par Argos Wityu, qui en devient l’actionnaire majoritaire au côté de l’équipe dirigeante. Avec ce fonds d’investissement européen, les feux sont au vert pour le petit groupe jurassien spécialisé dans la conception et la distribution de jouets éducatifs en bois.

 

juratoystete
Créé en 1970, Juratoys conçoit, réalise et distribue des jouets design et éducatifs sous ses marques Janod (jouets en bois) et Kaloo (peluches). © Majorelle.

 

Le jouet jurassien résiste. Parallèlement à Smoby, qui a repris des couleurs depuis son sauvetage par l’industriel allemand Simba, en 2008, le spécialiste du jouet bois, design et éducatif d’Orgelet change d’actionnaire pour accélérer son développement. La petite fusée rouge et blanche qui évoque celle de Tintin et le beau Pinocchio de bois, ses créations emblématiques, sont revenues cet été dans le giron européen.

La société Juratoys avait en effet été rachetée en totalité par l’industriel américain Alex Brand en 2015, mais celui-ci a fait le choix de la céder pour se concentrer sur d’autres activités, et c’est le fonds d’investissements européen Argos Wityu qui lui succède.

Les discussions avaient démarré début 2018 entre la direction de l’entreprise et Argos, et la reprise sous forme de LBO a été officialisée le 25 juillet. Avec 85% du capital, Argos est désormais l’actionnaire majoritaire du petit groupe jurassien, les 15% restants étant partagés par trois membres de l’équipe dirigeante : Ludovic Martin, son président depuis début 2017, Bertrand Minot, directeur général et Philippe Dalloz, directeur commercial.

 


cdjura

 

« Avec notre partenaire américain, l’idée était que chaque groupe amène son expertise terrain. C’était une alliance qui avait du sens et qui, en trois ans, a permis aux deux entités de grossir sur leur portefeuille de marques », confie Ludovic Martin. « Mais nous sommes ravis de revenir au capital au côté d’Argos. »

Depuis sa création en 1970 à Orgelet, dans le sud du Jura - où l’industrie du jouet s’était développée autour des métiers de la tournerie et du laquage -, Juratoys a fait du chemin. La société avait été lancée pour exploiter la marque de jouets en bois Janod, qu’elle conçoit et distribue toujours, et employait une vingtaine de personnes en 2007, l’année où son actuel président est arrivé au poste de directeur général. Son positionnement sur la création, le design, la qualité premium et une distribution en magasins spécialisés lui ont visiblement réussi.

L’entreprise s’est progressivement développée et avait repris la société Kaloo en 2011. Ce spécialiste du doudou premier âge était en difficulté et Juratoys, qui réalisait alors sa première opération de croissance externe, avait cédé à un coup de cœur tout en devinant l’utilité d’une gamme complémentaire.

 

fuseejuratoys
La fusée, style Tintin, l'un des jouets emblématiques de Juratoys

Chiffre d’affaires multiplié par dix

 

En dix ans, le chiffre d’affaires de Juratoys est passé de 5 à 52,5 millions d’€ en 2017. L’export pèse aujourd’hui 40% des ventes et les marques Janod et Kaloo sont commercialisées dans 60 pays.

Le petit groupe compte maintenant 140 salariés, dont 80 à Orgelet (et parmi eux 20 à la création, pour assurer 20% de nouveautés chaque année dans les gammes de produits), et 60 au sein des filiales, essentiellement commerciales.

Sur le plan commercial, d’ailleurs, Juratoys a pour mot d’ordre « d’occuper le terrain » avec 24 commerciaux en propre en France et une couverture à l’export comptant 4 managers de zone.

Quant à la fabrication, elle est confiée à des sous-traitants jurassiens (pour la tournerie et la logistique), lorsque cela est possible, mais surtout asiatiques.

 

banquepopmars

Le rachat par le fonds Argos Wityu permettra d’accélérer le développement. Juratoys a besoin d’aller plus vite vers de nouveaux marchés à l’international, de continuer à développer ses gammes de produits et, pourquoi pas, de réaliser d’autres opérations de croissance externe. « C’est quelque chose qui nous fait envie, le rachat de Kaloo avait été très positif, la marque est aujourd’hui très profitable », explique le directeur général.

La peluche jurassienne avait notamment été vue dans le film « Le doudou » - en salles en juin, avec Kad Merad en tête d’affiche - et une gamme de peluches de décorations sortira en octobre, annonce le dirigeant en avant-première. « Nous avançons à la jurassienne, avec beaucoup d’amour et d’envie. »

 

LCR

 

Pourquoi le fonds Argos Wityu s’est intéressé à Juratoys ?

 

Groupe d’investissement européen, Argos Wityu s’intéresse aux logiques de marques, aux opérations « un peu compliquées » et aux sociétés « aux bons fondamentaux », comme la société Selmer (instruments de musique, région parisienne), reprise début 2018.
Si le fonds d’investissement a souhaité entrer au capital aux côtés de l’équipe dirigeante de Juratoys, c’est parce que « c’est une belle histoire de PME jurassienne, une belle histoire de croissance, avec des marques fortes », avance Gilles Lorang, l’un des associés d’Argos.

« Ce qui nous a plus, c’est le savoir-faire dans la fabrication de jouets design premium et une identité forte dans le jouet traditionnel, design, bois et éducatif qui sont des créneaux de marché plutôt porteurs. (…) Juratoys fait 40% de son chiffre d’affaires à l’international dans un secteur assez chahuté par la redistribution des cartes entre le retail, les ventes en ligne…»
Les nouveaux actionnaires voient dans le lancement de nouveaux produits chaque année, « la force de l’entreprise », et annoncent vouloir continuer à accélérer sa croissance. « Nous avons organisé son financement de manière à lui laisser le maximum de marge de manœuvre pour que le cash-flow soit bien investi. »

juratoysrachat
Ludovic Martin (à gauche), président de Juratoys devient actionnaire avec deux autres membres de l’équipe dirigeante et Gilles Lorang, l’un des associés chez Argos Wityu.

Photos fournies par l'entreprise.

Commentez !

Combien font "8 plus 7" ?