TGV. Pas moins de deux journées et quatre lieux pour l'inauguration de la ligne à grande vitesse (LGV) Rhin-Rhône, ces 8 et 9 septembre (*), et le déplacement du président de la République !

Réseau Ferré de France qui a construit cette infrastructure de 140 km entre Dijon et Mulhouse, ne ménage pas sa peine pour marquer la naissance de la 1ère LGV province-province et 1ère aussi à bénéficier d'un soutien financier des collectivités locales.

Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Franche-Comté, 1ère collectivité contributrice avec près de 200 millions d'€ a bien préparé sa copie en prévision de la visite présidentielle. Elle pourra la résumer ainsi : «Nous, on est prêt ? Et vous ?».

Pour montrer leur détermination à réaliser le projet en son entier, les trois régions Alsace, Bourgogne et Franche-Comté qui, avec les conseils généraux et les grandes agglomérations, ont payé le tiers de la facture de 2,4 milliards hors matériel roulant, ont conclu un protocole d'accord entre elles.

Elles financeront dans la même proportion la prolongation des 140 km de ligne nouvelle mise en service le 11 décembre 2011. Comme prévu dans la déclaration d'utilité publique, la ligne nouvelle se poursuit à l'Est, à Petit-Croix dans le Territoire de Belfort et à l'Ouest, à Villers-les-Pots (Côte-d'Or), afin de maintenir la vitesse à 320 km/h.

L'Est d'abord

Deux évolutions cependant. Pour l'heure, il est question uniquement des 35 km jusqu'à Mulhouse. Le tronçon ouest (une vingtaine de km) de Villers-les-Pots à Dijon est pour l'heure mis de côté. «Les Bourguignons sont d'accord pour privilégier l'Est», affirme Marie-Guite Dufay.

Présidente de l'association de lobbying Trans Europe TGV Rhin-Rhône Méditerranée depuis un an, elle a fait valoir que le gain de temps apporté par une infrastructure à grande vitesse était plus performant à l'est, jusqu'à 25 mn sur la relation Strasbourg-Lyon.

Seconde évolution, les clés de répartition entre les régions bougent. Avec 53% de la part des collectivités locales, l'Alsace devient 1er financeur de la seconde tranche de la branche est. Suit la Franche-Comté avec 27% et la Bourgogne avec 20%.

La répartition sur la 1ère tranche était la suivante : 48% pour la Franche-Comté, 32% pour l'Alsace et 20% pour la Bourgogne.

Reste à connaître combien et quand l'Etat, mais aussi le maître d'ouvrage mettront sur la table pour cette dépense d'un milliard d'€. Réponse aujourd'hui ?

Techniquement, le dossier est prêt. Les acquisitions foncières s'achèvent et les fouilles ont démarré cet été. Si Nicolas Sarkozy fait une annonce concrète -ce qui est plausible en période préélectorale, les travaux pourraient démarrer en 2014.

Lire aussi sur le sujet :

https://www.tracesecritesnews.fr/actualite/lgv-rhin-rhone-le-1er-ministre-ne-fait-pas-la-soudure-4963 https://www.tracesecritesnews.fr/actualite/tgv-100-km-en-guere-plus-dun-quart-dheure-9280 (*) Le 8 septembre, en présence du chef de l'État : 10 h55 départ de la rame de Genlis (Côte-d'Or); 11h10 rrivée en gare de Besançon TGV; 11h10/11h50 inauguration de la LGV Rhin-Rhône et rencontre du personnel de chantier; 11h50 départ pour Belfort et discours de Nicolas Sarkozy, vers 12h30, sur "l'ambition de la France en matière ferroviaire". Le 9 septembre, l'inauguration a lieu à 14h25 à Rioz (Haute-Saône) et à 17h30 à Auxonne (Côte-d'Or) après un voyage inaugural.

Commentez !

Combien font "2 plus 9" ?