Spécialisé dans les tests d’efficacité in vitro des actifs cosmétiques et plus particulièrement dans le vieillissement cutané, le laboratoire BioExigence est en train de breveter une nouvelle version de son dispositif de mesure qui recrée un derme artificiel à partir de cellules humaines. Mais son histoire montre que l’innovation n’est pas un long fleuve tranquille.

Fruit d’un transfert de technologie du laboratoire d’ingénierie et biologie cutanée de l’Université de Franche-Comté, en 2004, BioExigence à Besançon (Doubs) est la face cachée des  nouveautés cosmétiques des grands laboratoires qui renouvellent le marché......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "7 plus 1" ?