ERGONOMIE/BELFORT. Thibaut Grante et Léo Brize réalisent le rêve de tout développeur économique local. Alors que tant de jeunes diplômés en enseignement supérieur quittent le territoire des deux grandes régions Est, eux restent, montent leur boîte là où ils ont fait leurs études et, innovent dans le service aux entreprises avec pour spécialité l'ergonomie 4.0.

 

ergobriante
Léo Brize, à gauche, et Thibaut Grante. © Traces Ecrites.

Ce vendredi 21 septembre 2018 (*), le Club Affaires Nord Franche-Comté, présidé par Daniel Jakubzak et qui déborde largement sur l’Alsace et aussi la Bourgogne, reçoit entre autres deux jeunes entrepreneurs. Il s’appellent Thibaut Grante et Léo Brize, 48 ans à parts égales.
Ensemble, ils ont fondé en novembre 2017 la SAS Ergo Briante : Ergo, pour ergonomie et Briante, une contraction de leurs deux noms. Et ce, dès leur diplôme d’ingénieur de l’UTBM en poche (lire ci-dessous).

 

banquepopmars

 

Leur raison d’être professionnelle consiste à revisiter l’ergonomie, cette discipline qui traite des conditions de travail et des relations entre l'être humain et la machine.
Leur originalité tient au fait qu’ils proposent d’intervenir très amont : à la conception même de la machine ou de la ligne de production, en formant un trio avec le fabricant et l’entreprise acquéreuse de l’équipement. Leur valeur ajoutée : utiliser la réalité virtuelle pour analyser les meilleurs postures, et tester les solutions envisagées. En résumé : instaurer un dialogue préalable à toute réalisation.

diagnosticergo
Cliquez sur l'image pour bien lire le diagnostic. © Ergo Briante.

 

Un volet formation

« Ce travail sur maquette numérique évite ensuite les coûts d’adaptation du poste de travail, car précisons que la manutention manuelle et l’assemblage génèrent un accident du travail sur trois et que, depuis plus de 20 ans, les troubles musculo-squelettiques représentent la première maladie professionnelle », indique Léo Brize.

 industriesfutur

Ces simulations, ils les imaginent actuellement pour l’entreprise Plastigray, dirigée par Emmanuel Gauss très soucieux d’innovation sociale au sens large du terme. « Nous intervenons bien évidemment aussi sur les postes existants avec pour finalité d’offrir des réponses crédibles et abordables », précise Thibaut Grante.
Installée sur 32 m2 à la pépinière Talents en Résidence à Belfort, avec une annexe propre à la réalité virtuelle, Ergo Briante développe aussi des modules de formation auprès de L'Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS).

simulationergo
Cliquez sur l'image pour bien lire les modes opératoires proposés. © Ergo Briante.

 La société vise à terme un chiffre d’affaires de 200.000 à 250.000 € et la ressource de trois collaborateurs. Très dynamiques et mordants, les deux dirigeants ont déjà pris langue avec nombre de PME/PMI de la région, ainsi que de grands groupes implantés localement, comme PSA ou encore Faurecia.

(*) Il sera possible de visiter les locaux d'Ergo Briante le 5 octobre 2018, lors d'une journée portes ouvertes à l'occasion du mois de l'innovation, et retrouver ces jeunes entrepreneurs au salon BR 4.0 les 20 et 21 novembre au parc des expositions de Mulhouse.

 

Qui sont Thibaut Grante et Léo Brize ?

marieguitedufay
Les deux jeunes entrepreneurs en compagnie de Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne Franche-Comté, le 7 juin 2018 lors du cocktail de présentation de la sixième édition du magazine 60, le best of de Traces Ecrites au Grand Hôtel La Cloche à Dijon. © Jean-Christophe Tardivon.

Ils se rencontrent dès leur première année à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) et sont amenés durant leur études à monter des projets communs.
Thibaut Grante, 24 ans, est originaire de la région de Gray, en Haute-Saône. Léo Brize, son conscrit, est un enfant de Mâcon (Saône-et-Loire). Tous deux entrent à l’UTBM après l'obtention d'un DUT en génie mécanique.
« Nous avons choisi cette grande école car elle seule, marie la spécialité ergonomie associée à la mécanique », souligne Thibaut Grante. « Nous avons tout de suite décidé de monter notre affaire car sinon nous nous serions sans doute perdus de vue », ponctue son associé.
Se perdre de vue et s’assurer l’un l’autre, ils ne le risquent plus, au point, c’est dire, de faire de l’escalade ensemble.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. mauricedit :

    Il est vrai que, dans le domaine de la sécurité du travail, les outils de simulation des risques professionnels offrent vraiment aux travailleurs l’opportunité d’une mise en situation virtuelle de risques

Commentez !

Combien font "6 plus 9" ?