Daniel Jakubzac.
Daniel Jakubzac.

POINT DE VUE. Président du club affaires de l'aire urbaine Belfort-Montbéliard et vice-président de la CGPME du Territoire de Belfort, Daniel Jakubzac s'est rendu au forum économique mondial de Davos du 22 au 25 janvier dernier.

Chaque année, le gratin de l'économie et de la finance et des chefs d'Etat se réunit dans cette station de sports d'hiver huppée de Suisse pour y faire un état des lieux de l'économie mondiale et ausculter ses partenaires commerciaux.

Le patron belfortain en revient avec un message d'optimisme qu'il souhaite faire partager.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Qui êtes vous Daniel Jakubzac ?

Je suis directeur associé de AJC-INFO à Belfort, une entreprise d'informatique et d'installation de logiciels de comptabilité, de paie et de gestion commerciale, bien implantée dans les PME de l'est de la France. Nous avons des agences à Mulhouse, Besançon, Strasbourg et peut-être bientôt Dijon.

La Bourgogne nous intéresse, mais il nous faut trouver l'homme ou la femme de la situation car chez AJC-INFO, les managers sont obligatoirement des associés. Nous faisons également une veille sur la Suisse. La société réalise 2,4 millions d'€ de prestations et se porte plutôt bien.

Je suis également vice-président de la CGPME du Territoire de Belfort et préside,  indépendamment du syndicat patronal, le club affaires de l'aire urbaine.

Implantée à Belfort, cette association loi 1901 compte une centaine de membres : chefs d'entreprises - PME comme grands groupes -, syndicats professionnels ou de branche, associations économiques locales de Franche-Comté, d'Alsace, mais aussi de Suisse et d'Allemagne et la porte est ouverte au-delà de ces régions.

Le but est clairement de faire du business. Chaque mois, se déroule une manifestation, le plus souvent un repas d'affaires le vendredi midi à l'hôtel Ibis de Danjoutin (près de Belfort).

Ces tables ouvertes réunissent régulièrement une soixantaine de participants. Un thème lui est associé : le mois dernier, la gestion électronique des documents ; le 14 février, l'entrepreneuriat au féminin en présence du préfet du Territoire de Belfort, Jean-Robert Lopez.

Les rencontres peuvent prendre une autre forme, plus ludique comme le carnaval de Bâle en février 2013 qui fut une opportunité pour tisser des relations avec des chefs d'entreprises suisses. Nous préparons pour mars une visite du salon Baselworld à Bâle, le plus important du secteur de l'horlogerie et de la bijouterie.

Le fil conducteur est toujours le même, une démarche de connaissance et d'échanges d'idées dans le but de créer des affaires.

Vous étiez pour la seconde fois allé au forum économique mondial de Davos le mois dernier. Qu'est-ce qu'un patron de PME peut-il bien faire au milieu du gratin de l'économie et de la finance ?

Ce n'est effectivement pas la 1ère fois que je me rends au Forum de Davos. Ce déplacement est un investissement pour mon entreprise au même titre que toute autre démarche relationnelle.

Je suis très curieux de l'évolution de la société et j'y fait des rencontres intéressantes. Car à Davos, on fait de prospective à moyen terme : les débats et les échanges donnent des clés pour mieux comprendre l'évolution de l'économie mondiale.

Cette année, les Français y furent malheureusement peu présents et c'est dommage, car ils auraient pu s'y ressourcer.

Vous revenez avec un message d'optimisme...

Oui et je veux le partager. Le sentiment général est un redémarrage de l'économie mondiale même si les indicateurs de croissance sont mesurés. Parmi les nations présentes, la France se distingue toujours par son pessimisme et pourtant elle a une bonne réputation hors de nos frontières.

Nous fabriquons des produits de qualité et innovants qui plaisent aux pays émergents : le luxe, le ferroviaire (TGV), l'aéronautique (Airbus), pour ne citer que les secteurs les plus réputés, mais aussi une quantité de produits technologiques qui sont le savoir-faire de petites entreprises.

Je reviens donc avec un message d'optimisme : arrêtons de nous lamenter, ouvrons les yeux autour de nous : il y a plein de succès à notre porte, sachons les valoriser. Quand un chef d'entreprise a une démarche positive, il la transmet à ses collaborateurs et il n'y a pas meilleurs ambassadeurs qu'eux.

Crédit photo : Daniel Jakubzac

 

Commentez !

Combien font "9 plus 1" ?