Knauf Insulation se positionne comme un sérieux outsider sur le marché de l’isolation thermique des bâtiments en France. L’usine de laine de roche inaugurée hier 23 octobre à Illange (Moselle) a mobilisé 110 millions d’€ d’investissement. Contesté localement par le collectif Stop Knauf Illange, le projet s’accompagne de la création de 123 emplois directs.


La mégazone d’Illange, en Moselle, avait été viabilisée à grands frais par le conseil départemental en vue d’accueillir un projet sino-luxembourgeois mort-né. Douze ans plus tard, cette ZAC de 130 hectares voit démarrer sa première usine. Le fabricant allemand d’isolants thermiques Knauf Insulation y a inauguré ce mercredi 23 octobre son premier site de production de laine de roche en France. L’investissement de 110 millions d’€ s’accompagne de la création de 123 emplois directs.



BPALCentreprise

L’usine est sortie de terre en treize mois chrono. Sa situation en bordure de l’axe autoroutier A31 reliant Beaune au Luxembourg, lui ouvre un large accès au marché français, sa principale cible commerciale, mais aussi à l’Allemagne et au Benelux. 
« Notre usine d’Illange produit des panneaux de haute densité en laine minérale de roche destinés majoritairement à isoler l’enveloppe extérieure des bâtiments. Sur ce segment, notre part de marché en France est actuellement inférieure à 5% », éclaire Yann Ditsch, le directeur-général de Knauf Insulation France. Dans l’hexagone, le marché des produits en laine de roche est « trusté » par Rockwool et son usine de Saint-Eloy-Les-Mines (Puy-de-Dôme).
Les quelques 350 tonnes de panneaux qui sortiront quotidiennement du site lorrain correspondent à trois usages :  les toitures-terrasses, autrement dit pour les surfaces commerciales, l’isolation par l’extérieur et l’isolation des dalles de plancher pour le gros-œuvre. 

Ces produits sont fabriqués à partir de roches volcaniques fusionnées à 1.400°C dans un cubilot, un four vertical alimenté par du coke selon un procédé proche de celui des hauts-fourneaux. Le flux liquide de matière en fusion est projeté par un ensemble de roues, afin de former des fibres micrométriques. Ces fibres sont additionnées de liant, puis récupérées dans un tambour rotatif, en vue de former un « matelas » de laine de roche. Un balancier vient régler la densité du matelas en superposant différentes couches. Une fois comprimées, elles transitent dans un four de polymérisation de 50 mètres de long. Le process se termine par des opérations de découpes et de conditionnement.


Déchets de production valorisés à 100%

knauftrois
Les fibres sont additionnées de liant, puis récupérées dans un tambour rotatif, en vue de former un « matelas » de laine de roche.
knaufdeux
Le matelas constitué par compression, puis cuisson de plusieurs couches de fibres, affiche une largeur de 2,40 mètres avant sa découpe en panneaux.

L’usine, contestée localement par un collectif associatif (lire en encadré), affiche son exemplarité. Le site profite de la proximité du port fluvial d’Illange pour acheminer les matières premières en provenance d’Allemagne et de Pologne par voie d’eau. Par ailleurs, une unité de briqueterie permettra de réinjecter dans le procédé l’ensemble des déchets de production du site. « Nous étudions également la possibilité de recycler les rebus de chantiers. À ces fins, nous testons actuellement la valorisation de laine roche usagée récupérée lors de la rénovation d’une toiture », éclaire Rodrigue Durand, directeur de la partie « enveloppe du bâtiment » chez Knauf Insulation France.   

Si l’usine est actuellement en phase de rodage, la montée en puissance commerciale est engagée en France. Knauf Insulation livre d’ores et déjà ses clients avec des produits en provenance de ses usines en Allemagne, en Slovénie et en Grande-Bretagne. Le groupe dispose désormais d’une gamme complète de produits isolants fabriqués dans l’hexagone. En effet, l’industriel a mis en service en avril 2010 à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), une usine de laine de roche dont les produits sont davantage destinés à l’isolation intérieure.

 

polevehiculedufuturtexte

 

Le Collectif Stop Knauf Illange toujours mobilisé

Le collectif Stop Knauf Illange ne relâche pas la pression après plus d’un an de contestation. Une cinquantaine de ses membres a manifesté mardi 22 octobre à proximité de l’usine lors de la venue des personnalités officielles. Le 12 octobre, 400 personnes s’étaient mobilisées à Thionville. Des riverains et l’association Lorraine Nature Environnement ont engagé deux recours devant le tribunal administratif de Strasbourg.
Le premier déposé fin avril 2018 conteste l’autorisation d’exploiter accordée le 21 décembre 2018. « L’arrêté n’a pas tenu compte des trois réserves émises par le commissaire enquêteur. L’une d’entre elle demandait que les niveaux de rejets atmosphériques soient calés sur le site le plus performant de Knauf Insulation à Sankt-Egidien, en Allemagne », livre Guy Vignard, président de l’association qui revendique 485 membres.
Stop Knauf Illange a par ailleurs déposé un recours en septembre dernier contre un permis de construire modificatif. L’association a engagé ses propres mesures de la qualité de l’air dans les villages environnants.

 Photos fournies par l'entreprise © Knauf Insulation

knaufcinq
Le conditionnement des plaques de laine de roche est largement automatisé.
knaufsix
Alain Rysman, le directeur du site Knauf Insulation Illange.

Commentez !

Combien font "8 plus 1" ?