Le fabricant de cartes électroniques Estelec Industrie s’allie au fabricant de câbles et faisceaux ThurConnect. Réunis au sein de la joint-venture Esteconnect, à Guebwiller (Haut-Rhin), les deux industriels vont fabriquer des sous-ensembles dont une partie était sous-traitée en Asie du Sud-Est.

 
Esteconnect a été créée à la fin du mois d’avril, en plein confinement, mais le projet avait déjà démarré en janvier. Les dirigeants des sociétés alsaciennes Estelec Industrie et ThurConnect s’étaient rencontrés il y a un an. « Nous étions des fournisseurs clients mais nous nous sommes rendus compte qu’il y avait plus à faire, d’autant que nous partageons des valeurs communes et que nous sommes sur des marchés complémentaires », raconte Thierry Sublon, cogérant d’Estelec Industrie, entré au capital de l’entreprise il y a un peu plus d’un an aux côtés de Thierry Muller et Rémi Boehler.

Relire l’article de Traces Ecrites News : Un nouvel actionnaire et de grandes ambitions



bannierecommunebp



Les deux entreprises du Haut-Rhin, l’une fabriquant des cartes électroniques à Scherwiller et l’autre des câbles et faisceaux électroniques à Pulversheim, se rapprochent au sein d’une joint-venture détenue à 70% par Estelec Industrie. « C’est une opportunité fantastique pour nous de poursuivre notre développement avec ce partenariat d’excellence industrielle », indique David Di Mauro, président de ThurConnect, qui emploie un peu moins de 20 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 1,5 millions d’€.
De son côté, grâce à cette nouvelle société, Estelec Industrie (55 salariés et 11 millions d’€ de chiffre d’affaires) pourra proposer un produit complet à ses clients. « C’était une demande croissante de nos clients de leur livrer des sous-ensembles ou des ensembles complets. Et puis c’est un projet dans l’air du temps, à l’heure où l’on parle de relocalisation des productions », affirme Thierry Sublon.


Jusqu’à présent, les clients d’Estelec réalisaient les activités de câblage en interne ou les sous-traitaient en Asie du Sud-Est. L’Europe et la France restent peu compétitives sur ce marché, pourtant Estelec Industrie fait le pari du service et de l’interactivité avec ses clients en France. « C’est un pari de notre part car nous ne savons pas comment nous allons sortir de cette crise du Covid-19. Peut-être que la crise économique sera durable, mais si les chefs d’entreprises ne sont pas optimistes, alors personne ne le sera ! Nous sommes un peu à contre-courant mais nous assumons ! », lance Thierry Sublon.




Un projet de croissance externe maintenu cette année

estelecdeux
L'association des deux industriels va leur permettre de réaliser des sous-ensembles électroniques qu'ils sous-traitaient en partie en Asie du Sud-Est.

Esteconnect a déjà démarré son activité dans des locaux de 300 m2 à Guebwiller pour répondre aux premières commandes. Pour le moment, une partie du personnel d’Estelec Industrie et de ThurConnect a été déléguée à cette activité car il était difficile d’embaucher en période de confinement.
Très prochainement, la nouvelle entreprise va recruter 6 salariés et d’ici à un an, elle vise un effectif de 20 salariés. Début mai, Estelec Industrie a renforcé son équipe commerciale en recrutant Bruno Mory, qui a 30 années d’expérience dans l’électronique.

beparc expomulhouse

 
Les dirigeants d’Estelec Industrie qui s’étaient donnés l’objectif d’atteindre un chiffre d’affaires de 15 millions d’€ d’ici trois à cinq ans ont revu leurs ambitions à la baisse. L’usine de Scherwiller qui réalise un tiers de ses ventes dans le domaine médical, un tiers dans le domaine industriel, et le reste dans les transports et les objets connectés a été impactée par la crise du Covid-19.
Les besoins du secteur médical ont préservé une partie de l’activité mais les marchés de l’industrie, des transports et des autres secteurs ont un niveau de commandes très faible. « Nous allons connaître un ou deux ans plus compliqués que prévu mais nous gardons une bonne visibilité sur notre trésorerie. Et nous poursuivrons nos projets de croissance externe », prévient Thierry Sublon. Estelec Industrie souhaite acquérir rapidement un confrère en France afin d'accroître sa capacité de production. Une signature devrait être finalisée dans l’année.

Photos fournies par l'entreprise.

Commentez !

Combien font "3 plus 9" ?