L’un des leaders de la fabrication électronique dans le Grand Est accueille un nouvel actionnaire, Thierry Sublon qui acquiert les parts de Rodolphe Rauch, le fondateur. Estelec Industrie près de Sélestat affiche ses ambitions : porter à 50% de croissance son chiffre d’affaires d’ici trois à cinq ans.

Thierry Sublon a rejoint Estelec Industrie en septembre 2018 en acquérant les parts de Rodolphe Rauch, le fondateur historique, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Cet ancien directeur de sociétés de services informatiques et de logiciels et lui-même créateur d’entreprises dans l'informatique (voir encadré), rejoint Thierry Muller et Rémi Boehler, les deux actionnaires actifs de la société.
« Nous nous sommes un temps posé la question. Soit on continuait à deux, soit on reformait un trio actif avec des compétences complémentaires aux nôtres pour accélérer notre développement », raconte Thierry Muller. 
Avec son expertise de business développeur, Thierry Sublon a su convaincre les deux autres dirigeants. Alors que Thierry Muller assure la gestion des finances et de la production, Rémy Boehler la partie commerce et marketing, Thierry Sublon a la charge de développer la société en France et à l’export.

 

BPALC

 

Avec 52 salariés et un chiffre d’affaires de 10 millions d’€ en 2018, Estelec Industrie à Scherwiller (Bas-Rhin), près de Sélestat, est aujourd’hui un des leaders de la fabrication électronique dans le Grand Est. Ses clients vont de la start-up, à la PME/ETI et aux multinationales dans des secteurs d'activités variés. L’entreprise alsacienne réalise un tiers de son chiffre d’affaires dans le domaine médical (défibrillateurs, appareils de monitoring, etc), un tiers dans le domaine industriel, 20% dans le domaine embarqué (ferroviaire, engins de chantier, etc.) et le reste dans les objets connectés, les caméras, et même des sondes spatiales !
« Nous sommes bien implantés dans le Grand Est, mais désormais nous souhaitons aller plus loin : en région parisienne, à Lyon et à Toulouse. Nous souhaitons également développer l’export proche : l’Allemagne, la Suisse et le Bénélux », prévient Thierry Sublon. Aujourd’hui, l’export représente entre 5 et 10% du chiffre d’affaires d’Estelec Industrie. D’ici à trois ans, l’objectif est de porter ce chiffre à 20%.


Des investissements permanents et des embauches

estelecatelier
Estelec poursuit ses investissements dans son outil de production et dans la digitalisation. © Julie Giorgi.

Car la PME bas-rhinoise a pour ambition de faire croître son chiffre d’affaires de 50% pour atteindre 15 millions d’€ d’ici trois à cinq ans. Pour cela, elle poursuit ses investissements dans son outil de production et dans la digitalisation. Chaque année, entre 250.000 et 500.000 € sont investis dans le renouvellement ou l’achat de nouveaux équipements. « Pour rester concurrentiels et proposer des tarifs compétitifs, nous devons disposer d’un outil de production performant. C’est pourquoi l’entreprise n’a jamais cessé d’investir, même pendant la crise », explique Thierry Sublon.
Dans les deux ans à venir, Estelec Industrie prévoit un million d’€ d’investissements afin de rester performante en matière d’industrie 4.0 (robotisation, digitalisation). La société prévoit également une dizaine d’embauches dans les trois ans à venir. En 2018, cinq postes ont été créés. Si la production est très robotisée, le travail humain reste important pour la conception et le contrôle. En effet, pour certains clients, le fabricant teste 100% des cartes électroniques produites.

 

Kremernouvellepub

 

Avec une feuille de route et une stratégie bien établie, Estelec Industrie aborde l’avenir avec confiance. Et lorsqu’on demande aux dirigeants s’il n’est pas difficile de gérer une société à trois, ils partagent le même avis : « Quand on est seul, on souffre souvent de la solitude, à deux, il y a risque de blocage en cas de désaccord, alors qu’à trois, on se plie à la majorité à deux contre un. De plus, nos fonctions sont clairement définies et nous partageons les mêmes valeurs et objectifs, donc cela facilite les choses ».

estelecdirigeants
Le trio dirigeant d'Estelec Industrie : de gauche à droite, Rémy Boehler, Thierry Muller et Thierry Sublon. © Estelec
Qui sont Rémy Boehler, Thierry Muller et Thierry Sublon ?

Thierry Sublon est diplômé de l’Institut des Cadres Supérieurs de la Vente (ICSV) du Conservatoire national des Arts et Métiers. Il a exercé ses fonctions dirigeantes dans plusieurs grands groupes et sociétés de services informatiques et de logiciels (RBS, GFI Informatique). Puis a créé deux entreprises à Strasbourg : Tahis Consulting et In Situ Est. Après avoir cédé il y a deux ans ces deux sociétés, Thierry Sublon rejoint Estelec Industrie en septembre 2018.
Rémy Boehler est entré dans l’entreprise dès 1991 et a acquis 40% des parts en 1995. Il possède un diplôme d’ingénieur du Conservatoire national des Arts et Métiers.
Thierry Muller (Bac + 2 en électronique) a dirigé Kuenemann Électronique à Horbourg-Wihr (Haut-Rhin), entreprise rachetée en 2000 par Estelec Industrie. Il devient gérant actionnaire de la société en 2002.

Commentez !

Combien font "10 plus 8" ?