TENDANCE. Six entreprises de Bourgogne forment le noyau dur du cluster GA2B sur la gestion active du bâtiment, porté sur les fonts baptismaux le 5 avril à Dijon.

Connue par le grand public sous le nom de domotique ou de bâtiment intelligent, et baptisée "gestion technique du bâtiment (GTB)" par les professionnels, ce secteur d'activités émergent est désormais nommé "gestion active du bâtiment (GAB)".

Ce changement de sigle veut traduire que l'automatisation de toutes les fonctions imaginables dans un bâtiment est désormais liée à l’impératif de performance énergétique du Grenelle de l'environnement.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Il y a longtemps déjà que l'on parle de la domotique, mais force est de constater que la greffe prend mal. Elle consiste à automatiser tout ce qui peut l'être dans un bâtiment : le chauffage, l'éclairage, l'alarme, l'ouverture des stores et des volets,  etc… La recherche d'économies d'énergie rejoint aujourd'hui la sécurité et le confort.

Le coût, qui peut renchérir du double les dépenses de l’installation électrique, n'est pas le seul frein. «Le public dit que ces solutions ne marchent jamais», constatent les initiateurs de l'association.

A l'assistance studieuse venue au lancement de l'association, créée avec la bénédiction de la chambre régionale de commerce et d'industrie (CCIR), les membres fondateurs (1) n'ont pas caché les difficultés de les mettre en œuvre.

Les infrastructures de communication en sont le principal problème. Certains fabricants vendent des systèmes dit fermés avec pour défaut une absence totale de compatibilité entre eux.

Les systèmes dit ouverts autorisent en revanche la mise en réseau de plusieurs équipements.

Ajoutons à cela la multiplicité des protocoles de communication : KNX, Enocean, BACnet, LonWorks… et l'utilisateur peut au final y perdre son latin. Enfin, il faut faire un choix entre les connexions par câble ou sans fil.

«Le sujet est rarement étudié dans son ensemble, or seule une vision globale peut apporter des solutions fiables», expose Emmanuel François, consultant.

Le cluster a l'ambition de promouvoir auprès des maîtres d'ouvrage, un lot technique spécifique. «Au lieu d'être le point névralgique du bâtiment, le lot GAB est aujourd'hui le parent pauvre des marchés, avec des systèmes peu adaptés aux besoins ; il en résulte des contre-références néfastes au développement de ce marché prometteur et une grande confusion sur les solutions et les métiers», indique Philippe Boireau, président du cluster et dirigeant de la société Gelecsys, implantée à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

L'hétérogénéité des entreprises et des métiers ajoute au manque de visibilité de la filière, à la recherche d'une reconnaissance qu'elle n'a pas trouvé en vingt ans.

S'élargir à la Franche-Comté et à Rhône-Alpes

Avec pour point commun la conception, la fabrication ou l'installation de produits dotés d'automatismes, le cluster se trouve à la croisée du bâtiment et de l'industrie : fabricants de capteurs, d'automatismes, intégrateurs et installateurs, bureaux d'études.

Les membres fondateurs souhaitent y ajouter les fournisseurs d'énergie, les maîtres d'ouvrages et les organismes de formation. L'école d'ingénieurs des Arts et Métiers ParisTech de Cluny (Saône-et-Loire) devrait être de la partie.

Avec l'ambition de rassembler une vingtaine d'adhérents d'ici la fin de l'année, le cluster souhaite également attirer des entreprises des régions voisines de Franche-Comté et de Rhône-Alpes.

Première opération : un salon de la gestion active du bâtiment en Bourgogne en 2013.

Les membres fondateurs

- ARCOM, concepteur et fabricant d’automatismes communicants pour le confort et la maîtrise de l’énergie à Saint-Marcel (Saône-et-Loire), 1,5 million d'€ de chiffre d'affaires.

- BEST ÉLECTRONIQUE, sous-traitant de l'électronique et fabricant de luminaires à Leds, à Gevrey-Chambertin (Côte-d'Or), 3 millions d'€ de chiffre d'affaires.

- COUBLANC STORES, fabricant de fermetures et articles textiles pour le bâtiment à Coublanc (Saône-et-Loire), environ 1 million d'€ de chiffre d'affaires.

- GELECSYS, bureau d'études spécialisé dans la gestion technique du bâtiment à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), environ 0,5 million d'€ de chiffre d'affaires.

- EnR'CO, économie de la construction, études et conseils en énergie à Dijon (Côte-d'Or), (comptes non déposés).

- TRIO2SYS, concepteur et fabricant de capteurs avec le protocole Enocean à Flavignerot (Côte-d'Or), société créée fin 2010, issue d'ADEE à Pont-de-Pany.

Lire aussi à ce sujet sur Traces Ecrites News :

https://www.tracesecritesnews.fr/actualite/gelecsys-fait-leconomie-du-batiment-14896

https://www.tracesecritesnews.fr/actualite/best-electronique-brille-par-son-innovation-7209

https://www.tracesecritesnews.fr/actualite/limagination-detonante-dadee-16097

Commentez !

Combien font "3 plus 4" ?