Président du groupe CEN à Dijon et président de Dijon Métropole Développement, François-André Allaert s’est éteint ce mercredi 5 juin. Talentueux dans de très nombreux domaines, travailleur infatigable, il était très connu des milieux économiques en Bourgogne-Franche-Comté et de la communauté scientifique mondiale par ses très nombreuses contributions et conférences.

Il est des moments où les réserves habituelles du journaliste tombent. Notre ami François-André Allaert, dirigeant du groupe CEN à Dijon, nous a quittés hier 5 juin à la suite de complications après une opération chirurgicale. Il allait bientôt fêter ses soixante ans. 
Au fil de nos rencontres professionnelles ces vingt dernières années, des affinités nous avaient rapprochés, franchissant le seuil de la sphère privée. François-André était un homme délicieux qui aimait les belles choses, l’art, le bon vin, l’Italie, la lecture, la rhétorique. On se souviendra longtemps de ces soirées à deviser autour d’un whisky japonais ou d’un grand cru, dans un fauteuil cossu ou à l’ombre sur une terrasse.

Pour ceux, fort nombreux, qui le connaissaient avec plus de distance, nous rappellerons son chemin riche de mille initiatives. Son engagement dans le monde de la santé et de la société civile : le médecin, l’entrepreneur, l’homme politique qui avait d’ailleurs un regard lucide sur ce milieu intransigeant, l’enseignant-chercheur, dernièrement à l’Université de Liège et à la Burgundy School Business (Ecole de commerce de Dijon) où il tenait une chaire d'évaluation médico-marketing des allégations de Santé (EMMAS).
Un CV long comme le bras avait façonné son parcours : diplômé de la faculté de médecine de Dijon, avec comme spécialités la santé publique, l’angiologie et la phlébologie, il avait complété son  cursus par un doctorat de pharmacie, une thèse de droit, un DEA d'économie et une habilitation à diriger des recherches.

François-André Allaert travaillait depuis des années sur la recherche et la définition des propriétés nutritionnelles bénéfiques des aliments et la caractérisation des médicaments. Cette passion avait fait de lui un entrepreneur avec la création en 1995 de sa première société, CEN Biotech, dix ans plus tard, CEN Nutriment, ensuite, en 2014, CEN Nutrition Animale et en janvier 2017, CEN Connect. Le tout constituant un petit groupe qui pèse une trentaine de salariés.

cen
Les locaux du groupe CEN au Parc Mazen-Sully à Dijon. © Groupe CEN.

Acharné de travail, il parcourait le monde pour donner des conférences issues des milliers de publications scientifiques de son cru, dans l’allégation santé. Son dernier centre d’intérêt était les dispositifs médicaux. Ce printemps, il avait lancé une carte d’identité numérique pour les diabétiques (l’application iDiabète,) portée par une nouvelle filiale CEN Connect.
Tenace, il tentait depuis plusieurs années d’imposer sur le marché un sel non nocif aux hypertendus, à base de chitine, une molécule que l’on trouve en grande quantité dans la coquille du crabe. La santé toujours, l’avait conduit à créer l’association Santé et Droits des Patients, pour la prévention et l’information des patients,  puis dijon-sante.fr, une web-tv locale sur la santé, les maladies et les traitements dans un but pédagogique, accessible aux néophytes, et promouvoir les campagnes officielles sur la santé.

Infatigable, François-André Allaert était aussi engagé pour la collectivité, cette ville de Dijon où il vivait et qu’il aimait tant. Il avait avait fait partie de l’équipe municipale de François Rebsamen en 2001 (et jusqu'en 2014) apportant au candidat socialiste sa connaissance de l’entreprise et son enthousiasme à donner un élan nouveau à la capitale de la Bourgogne. Adjoint au maire, chargé des relations internationales et des biotechnologies, il avait persévéré dans une carrière politique jusqu’à tenter les élections cantonales en 2008.

professeur
© Groupe CEN.

Puis, s’en était quelque peu éloigné tant il était peu enclin aux compromissions intellectuelles qu’exige souvent la politique. Mais, lorsque le candidat Macron brigua la présidence de la République, il se reconnut dans sa volonté de réforme. Dans l’élan de la campagne de 2017 comme référent « Entreprise » au sein du mouvement  En Marche en Côte d’Or, il aurait volontiers reçu l’investiture pour la députation. Ce ne fut pas le cas.


Président de Dijon Métropole Développement depuis 2014, il prend en main l’association de promotion économique locale à un moment clé de son histoire : le lancement de la commercialisation de trois nouvelles zones d’activités majeures, Valmy III, Beauregard et l’écoparc Dijon-Bourgogne. Les derniers changements au sein de l’organisation de la promotion de la métropole l’avaient quelque peu contrarié.
Mais il restait persuadé que l’avenir économique de la capitale régionale résidait dans les Medtech, ces entreprises innovantes de la filière santé et l'IoT (Internet des Objets). Depuis quatre ans, il réunissait chaque automne les spécialistes du secteur dans le colloque Objets Connectés et applications de Santé (OCS) pour des échanges de haut vol.

A sa famille et tout particulièrement à Yann, nous exprimons notre tristesse. Un dernière fois, de la part de Christiane et Didier, au revoir Professeur !
Les obsèques auront lieu mardi 11 juin à 14 heures en l’église Sainte-Jeanne-d'Arc, à Dijon.

 

Mise à jour 7 juin 2019
Extrait de l'hommage de François Rebsamen,
maire de Dijon et président de Dijon Métropole : « François-André Allaert a consacré toute sa vie, toute l'étendue de ses talents au monde économique et scientifique dont il était imprégné. C'était un homme cultivé et visionnaire, toujours tourné vers l'avenir, la recherche et l'innovation. (...) Tous ceux qui l'ont connu et côtoyé garderont le souvenir d'un homme entier et absolument passionné. »

Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté retient de sa personnalité « un homme d’une grande qualité humaine, un intellectuel brillant, d’une grande simplicité ». Et de son riche parcours professionnel, un « immense pionnier développeur et inventeur (...) il avait compris combien alimentation et santé étaient les meilleures alliées. » La carte d’identité numérique IDiabète avait été lancée avec le soutien du conseil régional.

Lire aussi
Mulot et Petijean et CEN Nutriment redonnent au pain d'épices une dimension santé.

7 commentaire(s) pour cet article
  1. khalfoun said dit :

    Hommage a toi cher ami toi François Allaert, homme noble actif. Je n'arrive toujours pas accepter ton départ mais pourquoi une personne formidable... On se parle on s'est appelé souvent. Tu va me manquer a jamais François que je considère comme un vrai ami même si on est pas de la même génération. Je souhaiterais un jour venir on France À Dijon voir ta famille et leur dire a quel point ton coeur et grand tu l'a partagé comme du pain. Repose en paix.

  2. Milka GREINERdit :

    Je reste abasourdie par le décès de François Allaert. J'avais échangé avec François Allaert encore très récemment au sujet d'un article de médecine en cours d'élaboration. D'emblée une relation amicale s'était établie. J'appréciais son professionnalisme, son dynamisme intellectuel et sa culture. Je ne peux être présente à ses obsèques mais je le serai par la pensée. Milka GREINER

  3. DANIEL Christiandit :

    Nous serons par la pensée proches de toi, de ceux qui t’aiment qui te considèrent, réellement, et nous pensons tout particulièrement à Yann à qui nous adressons tout notre soutien, même s’il est dérisoire face à ce drame qui le touche. Tu es une noble personne, François-André, toi qui m’a aidé lorsque tu ne me connaissais même pas… Et aussi dans des moments si sombres. Alliant culture, intelligence, humanité, tu savais reconnaître la vraie valeur des gens. Merci pour tout cela. Christian et Valérie DANIEL

  4. Pierre Bensadit :

    Francois était un ami de longue date car il était de ma Promotion en médecine. Quelle grande tristesse à l'annonce de cette horrible nouvelle. Nous avons partagé tant d instants, de cours magistraux, de stages , d'examens ....puis de bons diners chez lui avec Yann ou à la maison autour d 'un feu de cheminée. Pour moi c'était avant tout un bon copain, fidèle et jovial.....il avait tant de cordes à son arc, on pense bien à Yann. Pierre Bensa

  5. Pierre-Antoine Kerndit :

    Ce départ de François-André venu bien trop tôt m'inspire une grande tristesse. Très bel hommage rendu à travers cet article.

  6. PLdit :

    Dijon et la Côte-d’Or perdent en effet un très grand talent en la personne du Pr François-André Allaert. Beaucoup trop tôt. C’est avec tristesse que je présente mes condoléances à sa famille, ses amis et ses équipes, leur envoyant mes meilleures pensées de soutien et de sympathie pour traverser cette douloureuse épreuve. P. Lambert

  7. Bertindit :

    Son amitié restera un beau cadeau de la vie. Et les moments passés avec lui, des trésors. Il va me, nous, manquer souvent.

Commentez !

Combien font "10 plus 7" ?