Dijon choisie pour l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin. Le logisticien Primaver annoncé dans le Territoire de Belfort. Smurfit Kappa investit 24 millions d’€ dans les Ardennes. Messagerie mutualisée à Dijon pour les filiales du groupe Walden. En Bourgogne-Franche-Comté, le secours de l’Etat aux arboriculteurs et viticulteurs touchés par le gel du printemps. La concession du projet Grand Nancy Thermal résiliée par la justice. Le Crédit Mutuel s’installe dans le quartier Archipel à Strasbourg comme locataire.



• Dijon choisie par le gouvernement pour l’Organisation Internationale de la vigne et du vin : décision définitive le 25 ocrobre

En compétition avec Bordeaux et Reims, Dijon remporte auprès du gouvernement l’implantation du siège de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV), aujourd’hui basé à Paris dont les locaux actuels arrivent en fin de bail. Le gouvernement français a tranché ainsi mais la décision définitive revient à l'organisme qui se réunit en assemblée générale le 25 octobre prochain. Quelques pays resteraient à convaincre, la décision du transfert requérant l’unamité des 48 pays membres.
Le lieu proposé est l’Hôtel Bouchu d’Esterno, un hôtel particulier du XVIIe siècle propriété de la ville, situé rue Monge au centre-ville, qui devra être réaménagé pour 8 millions d’€. Le choix de Dijon n’est sans doute étranger à son nouveau président Luigi Moio, tout juste élu ce 12 juillet. Ce professeur d’œnologie à Naples, fils de viticulteur en Campanie, a fait son doctorat au début des années 1990 à l'Institut National de la Recherche Agronomique (Inrae) de Dijon.
Une belle vitrine pour la capitale régionale de Bourgogne-Franche-Comté qui essaie d’asseoir une image viticole depuis l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco des climats de Bourgogne et celle du repas gastronomique des Français. Située « 1er kilomètre de la route des grands crus » qui mène vers les côtes de Nuits et de Beaune, Dijon est en train de bâtir, pour une ouverture au public au printemps 2022, sa « cité de la gastronomie et du vin » où les vins de la région mais aussi du monde entier côtoieront une muséographie et des animations dédiées à la culture culinaire. « Cette implantation confortera de manière significative l’attractivité touristique et le tourisme d’affaires de Dijon, mais aussi du département de la Côte-d'Or et de toute la région Bourgogne-Franche-Comté », commente Fabien Sudry, préfet de Région, dans un communiqué.
Il n’y a plus beaucoup de vignes à Dijon. Mais la municipalité et des opérateurs privés replantent chaque année des vignes en pinot noir et chardonnay dans le cadre du projet « Renaissance du vignoble ». C’est l’ensemble la communauté viticole (BIVB, syndicat des négociants), politique (Dijon et le conseil régional) ainsi qu’universitaire (le campus accueille une chaire  « Culture et traditions du vin », de même que des organismes de recherche comme l’Inrae et Agrosup) qui a porté le dossier devant le gouvernement.
L’OIV (anciennement Office International du Vin) est une organisation intergouvernementale à caractère scientifique et technique de l’ensemble de la filière viti-vinicole. Elle formule des recommandations sur les pratiques et pour la préparation de la réglementation en ce qui concerne la sécurité et la qualité des produits et les conditions d’élaboration et de commercialisation des produits vitivinicoles. C.P.


dmdjuillet 

 

• Le logisticien Primaver annoncé dans le Territoire de Belfort

primafrio
Primaver implante une plateforme de dégroupage pour les fruits et légumes sur l'Aéroparc de Fontaine, près de Belfort. Photo non contractuelle © Primever/ADN FC


Le président de la communauté de communes du Grand Belfort, Damein Meslot, a annoncé le 9 juillet l'implantation du logisticien Primaver (groupe Satar), spécialisé dans les fruits et légumes, dans la zone d'activité de l'Aéroparc de Fontaine (Territoire de Belfort). Cette plateforme dégroupée de fruits et légumes s’étendra à terme sur 18.000 m², dont 2.000 m² de bureaux. Une première tranche de 8000 m² dont 1.000 m² de bureaux est espérée pour fin 2022. Le logisticien prévoit également un hôtel réservé à ses chauffeurs, un restaurant et une supérette ouverts à tous.
La création de 80 emplois est espérée avec la première tranche, et 200 à terme. Selon l'élu, le projet représente un investissement de 25 millions d'€ pour le logisticien (chiffre d’affaires de 450 millions d’€, 21.600 collaborateurs, 12 millions de palettes transportées/an). Dans cette opération qui représente sa première implantation dans l’Est, Primaver est associé à l’espagnol Primafrio, n°2 du transport frigorifique en Europe. P.-Y. R.

 bpbfc

 

 

• Smurfit Kappa investit 24 millions d’€ dans les Ardennes

smurfitrethel
Smurfit Kappa réunit ses deux unités de production de Rethel (Ardennes) sur un seul site de 8.200 m2. © Smurfit Kappa


Le groupe Smurfit Kappa annonce un investissement de 24 millions d’€ pour agrandir son usine de carton ondulé de Rethel (Ardennes). Il s’agit de regrouper l’unité historique du centre-ville et celle construite dans les années 1990 en périphérie, sur la zone de l’Etoile. Un double objectif : augmenter la capacité et réduire l’impact environnemental.  Plusieurs dizaines de camions font la navette entre le site du centre-ville où les bobines de papier sont transformées en plaques de carton, et celui en périphérie où se déroulent les opérations de découpe, pliage, impression et mise en forme des emballages.
Le nouveau bâtiment de 8.200 m2 sera en construction cet été pour une livraison échelonnée entre le premier semestre 2022 et en 2023. L’investissement comprend notamment une nouvelle onduleuse de format XXL.
A Rethel, Smurfit Kappa, l’un des plus gros producteur d’emballages à base de papier au monde (46.000 collaborateurs dans près de 350 sites de production), emploie 135 salariés, l’un des 5 sites dans le Grand Est. C.P.



 M2A

 

• Messagerie mutualisée à Dijon pour les filiales du groupe Walden

eurotranspharma
La messagerie express Ciblex et sa société soeur Eurotranspharma, spécialisée dans le transport des produits de santé, se partagent 4.108 m² sur la zone de Beauregard, dans l'agglomération de Dijon. © Idec


Le groupe Idec et sa filiale immobilier d’entreprise Faubourg Promotion viennent de livrer deux cellules d’une surface totale de 4.108 m² sur le Parc d’Activités de Beauregard à Longvic, près de Dijon, à la messagerie express Ciblex et sa société soeur Eurotranspharma, spécialisée dans le transport des produits de santé.
Les deux filiales du groupe Walden (chiffre d’affaires de 1 milliard d’€), spécialiste du dernier kilomètre, se partagent depuis fin juin une chaîne de tri assurant la répartition des colis, les quais de chargement ainsi que des bureaux de 350 m². L'entrepôt abrite également une zone en température dirigée à 2°C - 8°C dédiée aux produits pharmaceutiques. Les deux entreprises étaient déjà implantées dans l’agglomération de Dijon, dans la zone Cap Nord, dans des locaux devenus trop exigus. C.P.


 

 medefunidete

 

• En Bourgogne-Franche-Comté, le secours de l’Etat aux arboriculteurs et viticulteurs touchés par le gel du printemps

vignegel
Les aides de l'Etat à la viticulture après le gel du printemps 2021 concerne aussi le financement de dispositifs de proection. En photo, un système d'aspersion d'eau qui forme des bulles de glace autour des bourgeons. © Traces Ecrites

 

Fabien Sudry, le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, a dévoilé le 9 juillet, les dispositifs d’aides aux viticulteurs et arboriculteurs touchés par le gel d’avril. Ils se décomposent en deux phases : un fonds d’urgence de 1 million d’€ et un fonds d’investissement du plan France Relance de 20 millions d’€.
Le fonds d’urgence apportera d’ici fin juillet, un abondement de trésorerie à quelques 200 exploitants auquel s’ajoutent la possibilité d’un financement d’activité partielle, la prise en charge des cotisations sociales plafonnée à 15.000 € par exploitation ainsi que le régime des calamités agricoles. Le Plan France Relance finance quant à lui, les investissements en prévision des futurs accidents météorologiques : installations de câbles chauffants, convecteurs, éoliennes contre le gel, fils paragrêles et installations d’irrigation par la récupération des eaux pluviales.
Les arboriculteurs, producteurs de fruits à noyaux (cerises notamment) concentrées dans l’Yonne et en Haute-Saône, seront les premiers indemnisés. L’aide à la viticulture interviendra après les vendanges. La vigne ayant pour particularité de faire un deuxième bourgeon après celui du printemps, les pertes réelles ne pourront être mesurées qu’après la récolte. En Bourgogne-Franche-Comté, on recense 525 arboriculteurs producteurs de fruits à noyau sur 795 ha et 4.360 viticulteurs sur 35.970 ha.



BEWebinaire


• La concession du projet Grand Nancy Thermal résiliée par la justice

 

nancythermal
Le chantier engagé début 2020 associe construction et réhabilitation de bâtiments inscrits aux Monuments historiques. © Philippe Bohlinger


Le tribunal administratif de Nancy a résilié le 9 juillet la concession accordée il y a trois ans au groupe de thermalisme ValVital pour la construction et l’exploitation du projet Grand Nancy Thermal. Les magistrats ont toutefois assorti leur jugement d’un « effet différé », autorisant la poursuite des travaux jusqu’à leur terme fin 2022. A cette échéance, la métropole lorraine devra avoir trouvé un ou plusieurs nouveaux exploitants.
Ce programme de construction et de réhabilitation de bâtiments inscrits aux Monuments historiques représente un investissement de 97 millions d’€ HT. Le projet situé à proximité du centre-ville planifie sur 20.000 m² des espaces réservés aux soins thermaux, mais également au bien-être (spa, hammam, etc.), ainsi qu’aux loisirs aquatiques.
Saisie par trois élus du Grand Nancy et neuf usagers de l’association locale Le Bien Commun, la justice a estimé qu’il y avait eu plusieurs irrégularités dans l’attribution d’une subvention d’investissement de 25 millions d’€ par la métropole lorraine. Il en aurait résulté une rupture dans le principe d’égal accès aux marchés publics. 
Le Grand Nancy d’ores et déjà annoncé son intention de faire appel de ce jugement. ValVital qui est associé à Bouygues Bâtiment Nord-Est au sein de la société Grand Nancy Thermal Développement, devrait faire de même. P.B.


topsolid 

 

• Le Crédit Mutuel s’installe dans le quartier Archipel à Strasbourg comme locataire

 

archipelcbre
Le Crédit Mutuel loue près de 10.000 m2 au quartier d'affaires Archipel à Strasbourg, le temps de rénover son quartier général du Wacken. © CBRE


Le Crédit Mutuel revient dans le quartier d’affaires Archipel à Strasbourg (Bas-Rhin), dans un scénario différent de celui initialement prévu. Le groupe bancaire comptait s’installer dans un haut immeuble (en bois) de 25.000 m2 qui aurait été construit pour son compte, dans la seconde tranche du quartier. Mais en fin d’année dernière, il a annoncé renoncer à ce projet, à la fois du fait du développement du télétravail qui rendait moins nécessaire une extension de surfaces, et du fait du contexte politique avec une nouvelle municipalité désireuse de revoir le contenu de la phase d’Archipel pas encore construite.
Mais la banque garde des besoins de surface, pour déménager provisoirement des salariés, le temps de rénover les bâtiments de son quartier général du Wacken, à quelques encâblures d’Archipel. C’est dans ce contexte qu’elle s’apprête à louer 9.480 m2 répartis dans deux immeubles de la première tranche du quartier d’affaires, Online et Vision, dont elle boucle au passage la commercialisation.
Les surfaces seront occupées par ses sociétés Caisse fédérale du Crédit Mutuel et Euro-Information, précise le cabinet-conseil alsacien CBRE Rive Gauche qui a assuré la transaction, « l’une des plus importantes sur le marché des bureaux à Strasbourg au cours des dernières années », souligne-t-il. Quant au provisoire du déplacement de personnel, il durera quand même, puisque les baux ont été conclus pour six ans fermes, complète CBRE Rive Gauche. M.N.

Commentez !

Combien font "5 plus 4" ?