Réunis au sein de Dauphine Invest, Marc Fortunato et la Caisse d’Epargne Bourgogne-Franche-Comté métamorphosent le centre commercial Dauphine à Dijon avec Demathieu Bard Immobilier. L’équipement datant de 1973 était devenu disgracieux en plein centre historique.


Cinquante ans après son ouverture, en 1973, le centre commercial Dauphine en plein centre-ville de Dijon, un bâtiment imposant de quatre étages devenu disgracieux, doit retrouver ses clients pour Noël 2023. Cette année se présente donc décisive pour ce chantier de grande ampleur chiffré à 26,2 millions d’€. Vidés de toute activité commerciale depuis la fin de l’été dernier et plusieurs années en ce qui concerne les bureaux aux étages, les lieux font déjà l’objet, depuis décembre, de travaux de désamiantage, une grosse dépense de 1,2 million d’€.

dauphineactuel
Le centre Dauphine aujourd'hui, vu de la rue du Bourg. © Traces Ecrites
centredauphinedijon
Et demain, depuis la même rue. © AA Group


La phase la plus visible démarrera en mai
lorsque se dressera une grue pour de longs mois, le temps de démolir les 1.781 m2 des deux niveaux supérieurs, puis de les reconstruire sur les deux inférieurs conservés pour servir de socle à l’édifice. 

Une maquette numérique BIM a décidé de la configuration des lieux.  « Le bâtiment en poteaux poutres de béton était en mauvais état, il fallait le modéliser pour savoir sur quels volumes s’appuyer », commente Adrien Mimouni, chargé de projet chez Demathieu Bard Immobilier, le promoteur-constructeur.

 

justdijonoctobre

 

troispignons

Car les architectes de AA Group Dijon voulaient s’inspirer d’une emblème patrimoniale de Dijon : la « Maison aux Trois Visages » (photo ci-contre), une bâtisse moyenâgeuse dont la façade forme trois pignons, sise à deux pas, rue de la Liberté. Des travées du bâtiment sont démolies pour dessiner les  pignons qui identifieront les accès au centre depuis les rues du Bourg, Bossuet et Dauphine.

Ils sont érigés avec une structure métallique (photo ci-dessous) qui forme des croisillons sur leurs façades vitrées à la manière des encorbellements et les colombages de la maison du 15e siècle. Les toitures imiteront les motifs graphiques des tuiles vernissées bourguignonnes. 

bimcd
 


5.000 m2 de bureaux dans les étages


centredauphinebureaux
Le hall d'accueil de la partie tertiaire. © AA Group

 

Après plusieurs années de discussions avec la municipalité, les copropriétaires et les riverains – fallait-il complètement le démolir ou pas ? –, finalement sans issue à cause du statut de copropriété, le projet a été déclenché en 2019 grâce à une solution privée pilotée par un investisseur local, Marc Fortunato. Il avait déjà séduit la ville de Dijon qui lui avait confié la transformation de bâtiments municipaux historiques en galerie marchande, « La Cour Bareuzai », également au centre-ville  (Lire encadré).

 

ui-investissement-062021

 

Pour racheter les biens de l’ancienne copropriété, Marc Fortunato crée Dauphine Invest SAS avec la Caisse d’Epargne Bourgogne-Franche-Comté. Et pour le concrétiser, il donne les clés à Demathieu Bard Immobilier à Montigny-lès-Metz (Moselle). La filiale du groupe lorrain de BTP est une nouvelle venue dans la capitale régionale : elle réalise une centaine de logements dans la Zac Écocité Jardin des Maraîchers et rénove la résidence sociale Adoma dans le quartier de La Maladière. Demathieu Bard Immobilier compte s’y installer durablement en créant une agence.

Le nouveau centre Dauphine perd son adjectif commercial pour y retrouver ses fonctions originelles : des commerces (4.000 m2 au rez-de-chaussée) mais aussi des bureaux (5.000 m2 dans les étages). Pour couronner le tout, un « roof top » de 354 m2 accueillera un bar-restaurant avec terrasse. « Avec sa vue exceptionnelle sur le centre-ville, il redeviendra le lieu de rencontre qu’avait le centre Dauphine à ses premières heures », commente Adrien Mimouni.

rooftop
Le "roof top" sera occupé par un bar-restaurant. © AA Group

 

Le promoteur a signé un contrat de promotion immobilière pour les commerces dont JLL et Cushmann & Wakefield se chargeront de les louer, et acheté des droits à construire pour les bureaux qu’il commercialisera avec BNP Paribas Real Estate. Formée de petites surfaces, la partie tertiaire disposera d’une plus vaste, de 800 m2 au second étage, espérée en espace de coworking. Une solution génératrice de trafic propice aux commerces.


 La Cour Bareuzai marie l’ancien au contemporain


bareuzai
© Stéphane Rouillard

En novembre 2019, Marc Fortunato ouvre La Cour Bareuzai, une galerie marchande, dans la zone piétonne de Dijon, qui transforme les hôtels des Godrans et Jacqueron édifiés au 15e et 16e siècles appartenant à la ville de Dijon.
L’architecte Nicolas Guyot du cabinet Chapman Taylor double la surface des bâtiments inscrits (1.200 m2) avec trois extensions en murs-rideaux de vitrage miroir dans lequel se reflète la tourelle d’un des hôtels particuliers. Il rénove la toiture en tuiles plates vernissées et le passage voûté en ogives. Cinq commerces y sont installés, chacun d’une surface d’au moins 400 m2.
La réussite du projet est saluée par une sélection pour le prix mondial de l’architecture et du design Versailles, en 2020, dans la catégorie « Galeries marchandes / Extérieur ».

 

 Investir en Côte-d'Or ? En savoir plus, en cliquant sur le logo

nouveauinvestcotedor

Commentez !

Combien font "10 plus 2" ?