Un vrai Vaudeville, si ce n’est l’absence de légèreté puisqu’ici on charrie des matériaux de chantier à la tonne. Francis Pennequin, dirigeant de l’entreprise de travaux publics qui porte son nom, raconte avec son inimitable verve le chemin de croix vécu pour pouvoir exploiter une carrière d’agrégats, sise entre un aérodrome et un circuit automobile. C’était compter sans l’esprit critique et le sens de la contestation de quelques opposants des communes alentours. Les démarches entamées en 2005 aboutissent à l'ouverture définitive de la carrière courant 2019.

Il fait beau au petit matin de cette fin mars. Les gelées printanières n’ont pas encore fait leur apparition et le soleil réchauffe vraiment. Nous déambulons avec Francis Pennequin sur le site de la carrière de roche calcaire de Prenois (Côte-d’Or) qu’il exploite, « enfin......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "5 plus 4" ?