C'est le pari de la filière bois : ériger des immeubles de plus en plus hauts pour devenir un concurrent performant de la construction en béton. Franck Mathis, président de l'entreprise alsacienne qui porte son nom et président de l’Association pour le Développement des Immeubles à Vivre en bois (ADIVbois) en est persuadé : le développement des villes passera par le bois. Mais son développement est encore timide.


Article paru le 5 février 2019.

Franck Mathis en est persuadé : le développement des villes passera par le bois. Un matériau qui s’imposera pour ses performances environnementales et pour ses propriétés isolantes et recyclables. « L’État français a pris des engagements en termes de réduction des émissions de carbone qui vont se traduire par le développement du bois dans le secteur du bâtiment », assure le P-DG de l’entreprise de Muttersholtz (Bas-Rhin). L’homme est doublement impliqué sur le sujet puisqu’il est président de l’Association pour le Développement des Immeubles à Vivre en bois (ADIVbois), dont l’objectif est de concrétiser le « Plan industries du bois », soutenu par le gouvernement.
Celui-ci veut promouvoir la construction d’immeubles en bois de grande hauteur. Mathis a déjà réalisé ou signé des chantiers à Paris et à Strasbourg. Notamment un programme de logements de 8 étages dans le quartier Port du Rhin de la capitale alsacienne pour le promoteur Pierre & Territoire dont la livraison est prévue en 2021.

 

bpalc

 
L’entreprise propose des solutions « tout bois », sa spécialité, mais aussi des solutions mixtes : bois/béton ou bois/acier, et répond sur des projets à la fois comme entreprise de charpente ou entreprise générale.
Mathis a démarré la construction d’immeubles en bois dès 2012 mais l’activité s’est surtout développée à partir de 2015. Aujourd’hui, la construction bois représente un quart de son chiffre d’affaires de 40 millions d’€. « C’est un relais de croissance. Mais nous n’avons pas d’ambitions chiffrées sur ce marché », explique le dirigeant. 
La plus grosse part de l'activité – 70% – est réalisée en tant qu’entreprise générale pour les bâtiments publics dans toute la France, surtout en Alsace, dans le Nord, à Paris et à Lyon avec l’appui de 6 agences de vente et de travaux.

Une ligne de panneaux de bois massif lamellés contrecroisés

mathisimmeuble
Mathis a construit avec le promoteur Icade un immeuble de bureaux avec une structure mixte bois et béton à Saint-Denis, dans la région parisienne.

Pour investir le marché de l'immeuble en bois de grande hauteur, l’entreprise de 160 salariés s’est équipée d’une nouvelle ligne de production CLT (Cross Laminated Timber) qui fabrique des panneaux de bois massif lamellés contrecroisés. Un investissement d’un million d’€. Ce sont ces panneaux composés de plusieurs lames de bois croisées et collées les unes aux autres qui permettent aux immeubles en bois de prendre de la hauteur. Cette technique apporte une forte résistance à la structure et une rapidité d’exécution.
Avec une usine de 20.000 m2 équipée d’outils industriels modernes et un bureau d’études intégré, Mathis s’est donnée les moyens de concevoir et de réaliser des chantiers complexes. Parmi les plus récents, un hangar de maintenance d’avions gros porteurs pour Jet Aviation à l’EuroAirport de Bâle Mulhouse sur une hauteur de plus de 25 mètres. Par ses contraintes et ses dimensions impressionnantes – les quatre voûtes en bois d’épicéa lamellé-collé pesant pas moins 320 tonnes –, ce chantier a nécessité 2.200 heures d’études et de calculs.
« Cette charpente reste stable au feu pendant deux heures et peut supporter des ponts roulants de 5 tonnes pour le démontage et l’entretien des avions et notamment des moteurs », décrit Franck Mathis.

 

workker

 

Parmi ses chantiers de 2019, en partenariat avec Léon Grosse, l'accueil de 960 m2 du site de l’usine Michelin à Clermont-Ferrand, la création d’un restaurant d’entreprise pour les parfums Dior dans le Loiret, la construction de trois éoliennes en bois d’une centaine de mètres dans la Meuse, d’une passerelle d’une cinquantaine de mètres de portée à Roanne… La conjoncture actuelle semble plus propice qu’en 2015, où l’entreprise avait dû procéder à des licenciements. Mais Franck Mathis reste prudent.
« 2015 a signé le démarrage d’une activité plus erratique. Le flux d’opérations est moins régulier qu’autrefois, cela devient un état de fonctionnement « normal ». Nous avons dû adapter notre organisation, nos horaires de travail, et avons formé nos opérateurs à la polyvalence. Cela a demandé à tout le monde plus de souplesse ».

Photos fournies par l'entreprise.

Qui est Franck Mathis ?

dirigeantmathis

Franck Mathis, 55 ans, est la 5e génération à la tête d’une entreprise familiale créée en 1875 par David Mathis, au départ spécialisée dans le négoce de matériaux. Il a démarré dans l’entreprise comme chef de projet au service commercial, puis il est devenu P-DG en 1999.
Franck Mathis est également président de l’Association pour le Développement des Immeubles à Vivre en bois (ADIVbois) depuis 2014. En 2016, il a reçu les insignes de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur, au titre de son action à la tête du Plan national pour la filière bois et son implication à la tête de l’association de promotion des immeubles en bois de grande hauteur.

Commentez !

Combien font "8 plus 3" ?