POINT DE VUE. Pascal Mailhos, préfet de la Côte-d’Or et de la région Bourgogne, visite ce mercredi 19 décembre la société Cermex, concepteur et fabricant de machines d’emballage de fin de ligne implanté à Corcelles-lès-Cîteaux (Côte-d’Or).

Il sera reçu par Philippe Lejeune, président de l’entreprise, et Marc Ville son directeur général.

Les deux dirigeants vont alerter le représentant de l’État sur plusieurs problématiques majeures qui pénalisent la compétitivité de leur entreprise  internationale et spécialisée dans un métier très technique, mais située en zone rurale.

Marc Ville a accepté de lever le voile sur certaines d’entre elles : l’accès au très haut débit et le manque d’attractivité régionale pour recruter.

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Dans quel contexte s’inscrit la visite du préfet Pascal Mailhos ?

«C’est à sa demande car ce préfet aime l’économie et visite de nombreuses entreprises. Aussi, avons-nous accepté avec joie de lui montrer notre outil et notre savoir faire industriel.

Nous profitons également de cette rencontre pour l’alerter officiellement sur deux problèmes majeurs que nous subissons et qui nous pénalisent fortement vis-à-vis de nos principaux concurrents internationaux.

Le premier concerne l’accès au très haut débit. Cermex est désormais totalement internationalisé, avec des filiales sur tous les continents et une activité productive qui va jusqu’en en Chine et en Inde. Conserver une cohérence d’ensemble et mutualiser ce qui peut l’être : ERP, PLM, sauvegarde centralisée, vidéo-conférences…, impose toujours plus de puissance pour l’échange de données.

L’accès à un réseau à très haut débit (40 à 100 Mbits/s) devient plus que jamais un enjeu de compétitivité. Le déploiement de la fibre optique doit être une priorité nationale pour des PME comme la nôtre, situées en zone rurale.

Le tarif prohibitif pratiqué en raison de la localisation de Cermex à Corcelles-lès-Citeaux constitue clairement un handicap. L’entreprise attend de l’État une solution, technique et/ou financière pour supprimer ce désavantage, qui a pour conséquence de presque tripler aujourd’hui le coût d’accès par rapport à une implantation urbaine.

En clair, si nous étions dans l’agglomération de Dijon, il nous en coûterait 1 200 € par mois. Nous payons mensuellement 3200 € une ligne qui nous fournit seulement 10 Mbits/s

L’insuffisance d’attractivité de la région Bourgogne devient aussi dramatique. En 40 ans, Cermex est devenu un des leaders des équipements de fin de ligne, avec des solutions complètes pour la mise en carton, la mise sous film et la palettisation.

Pour conserver sa position et accompagner les besoins de ses clients, l’entreprise s’appuie sur une excellence opérationnelle à tous niveaux, une forte innovation et une présence commerciale et promotionnelle à l’échelle de son ambition.

Pouvoir recruter et faire venir à Corcelles des pointures dans des domaines aussi variés que la robotique, les études ou la vente à l’international est également devenu un enjeu de compétitivité.

Faute de filières de formation locales, Cermex est le plus souvent contraint de faire venir des talents extra-régionaux, avec d’autant plus d’énergie que la Bourgogne ne figure pas toujours spontanément au palmarès des régions les plus dynamiques.

Notre entreprise attend de l’État un double engagement, pour développer l’attractivité de la Région Bourgogne et/ou adapter les filières de formation aux besoins des industries qui exportent et se mondialisent.

Vous pouvez constater que l’on ne reçoit pas le représentant de l’Etat avec une approche protocolaire. Il ne s’agit pas de serrer des louches, de se féliciter d’exister lors de discours convenus et de terminer par un vin d’honneur, mais bien de passer des messages clairs en espérant un retour rapide sur investissement".

À propos de Cermex :

Le chiffre d’affaires atteint désormais plus de 120 millions d’€ et l’effectif frise les 800 salariés. L’un des cinq principaux fabricants mondiaux de machines d’emballage de fin de ligne exploite quatre unités industrielles. En dehors de Corcelles-lès-Cîteaux, près de Dijon (Côte-d’Or), il est présent à Lisieux (Calvados), Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), Beijing ou Pékin (Chine) et, depuis septembre dernier, à Pune (Inde).  La filiale du groupe Sidel (Tetra Laval) s’appuie par ailleurs sur quatre filiales de commercialisation installées en Grande-Bretagne, aux États-Unis, en Thaïlande et au Mexique.

Crédit photo : Cermex

Commentez !

Combien font "8 plus 2" ?