François Bugaut, directeur du CEA de Valduc.
François Bugaut, directeur du CEA de Valduc.

PRÉCISION. François Bugaut a tenu, suite à notre article : Investissements gargantuesques au CEA de Valduc, à apporter quelques précisions.

Nous les publions avec d’autant plus de plaisir et d’empressement qu’elles enrichissent le propos sur le site qu’il dirige depuis 2011.

Cliquez sur la photo pour l’agrandir.

« Par ces temps de vaches très maigres pour le budget de la Défense, il est vrai que qualifier les investissements réalisés à Valduc de “ gargantuesques ” risque de générer des incompréhensions.

Ces investissements, étalés de façon régulière dans le temps selon une programmation élaborée de longue date et qui s’applique jusqu’au très long terme, traduisent la constance de la volonté de l’État dans ce domaine et la continuité de son action.

Nous sommes plutôt dans le discret, l’efficace, le continu que dans le chapitre rabelaisien !!

En ce qui concerne l’Éducation Nationale, le soutien de ce ministère a été immédiat et total, en partenariat exemplaire avec les maires des communes avoisinantes de Valduc.

Si des “ trésors de diplomatie ” ont été nécessaires, c’est pour éviter l’enthousiasme excessif et l’emballement de tous ces acteurs, car le nombre de Britanniques qui viendront s’installer en Bourgogne restera somme toute modeste (quelques dizaines), tout en évitant de casser cette belle dynamique.

J’ai constaté que malgré tout le mal que l’on dit de l’administration française, elle a su dans ce cas être particulièrement réactive et positive : cela mérite d’être souligné ».

Précisions sur le droit de réponse : « Le directeur de la publication sera tenu d’insérer dans les trois jours de leur réception, les réponses de toute personne nommée ou désignée dans le journal ou écrit périodique quotidien sous peine de 3 750 euros d’amende sans préjudice des autres peines et dommages-intérêts auxquels l’article pourrait donner lieu en application de cette disposition, la demande de droit de réponse doit être adressée au directeur de publication, à défaut de quoi la rédaction est recevable à la refuser » (Cass. civ. 29 avril 1998).

Commentez !

Combien font "3 plus 6" ?