Filière bois. La multiplication des projets de chaufferies bois et réseaux de chaleur urbains motive une étude sur les ressources forestières à l'échelle du réseau métropolitain Rhin-Rhône.

Son originalité tient à son positionnement transnational (1).

«Le succès de l'énergie biomasse ne donne plus aujourd'hui une visibilité suffisante sur l'approvisionnement», indique Eric Anguenot, directeur du réseau métropolitain, maître d'ouvrage de cette étude co-pilotée avec l'Ademe de Franche-Comté, le prestataire retenu à la fin du mois de mai pour un rendu en novembre ou décembre 2011.

«La finalité est de rationaliser l'approvisionnement des installations du territoire Rhin-Rhône, sans déséquilibrer les différents débouchés de la filière bois et en prenant en compte, l'incidence de tous les projets, en place ou prévus, en Alsace, Bourgogne, et Franche-Comté», précise le directeur.

Tour d'horizon des projets

En Franche-Comté, le réseau de Planoise à Besançon qui alimente 8 350 logements et 4 200 équivalent logements (bâtiments communaux, équipements publics, bureaux et 2 industriels) a des perspectives d'extension de 13 à 24 mégawatts, avec le développement de la ZAC des Hauts de Chazal et l’extension du centre hospitalier Jean Minjoz.

En septembre 2009, la ville de Besançon a délibéré pour la construction d'une nouvelle chaufferie sur la parcelle contigüe de l'actuelle. Elle sera composée d’une ou deux chaudières bois d'une puissance totale utile de 10 à 16 mégawatts, et d’une ou deux chaudières gaz d'une puissance de 22 et 28 mégawatts. La date prévisionnelle de mise en service est fixée au premier semestre 2013.

Alimenté par différentes sources énergétiques : chaudière biomasse de 3,2 mégawatts, chaudière fioul et chaudière gaz de 15 mégawatts chacune, et cogénération de 5 mégawatts, le réseau urbain du quartier des Mesnils Pasteur, à Dole, vise une mixité énergétique de plus de 50 % d’énergie renouvelable et son extension vers le centre-ville, sur plus de 13 km.

Le nouveau délégataire (les sociétés Dolchar et Soccram), s’est engagé à mettre en œuvre, à partir de la saison de chauffe 2011-2012, une nouvelle chaudière biomasse d’une puissance de 5,5 mégawatts.

En Bourgogne, le réseau de chaleur de Chalon-sur-Saône dispose, en  complément de ses chaudières gaz, de 2 chaufferies bois, dont une mise en service en 2010 pour alimenter le nouvel hôpital. La ville réfléchit à une éventuelle reconversion en biomasse de l'ensemble des installations.

A Quétigny (Côte-d'Or), une installation de 2 mégawatts a été mise en service à l’automne 2009, sans projet d'extension à court terme. L'Opac de Dijon vient de mettre en service une chaudière bois dans le quartier des Grésilles.

Le Grand Dijon a entrepris un projet de réseau de chaleur axé sur le trajet du futur tramway. Outre une récupération de la chaleur de l'usine d'incinération des ordures ménagères, ce réseau se base sur une chaufferie biomasse dont la puissance et la consommation ne sont pas encore connues aujourd’hui.

Enfin, deux complexes de cogénération sont en route : la scierie Fruytier à La Roche-en-Brenil (Côte-d'Or) et Erscia dans la Nièvre.

En Alsace, il existe plus de 300 chaufferies collectives et des réseaux de chaleur à Mulhouse, Colmar et Strasbourg.  Le conseil régional d'Alsace a signé, pour la période 2009 – 2013, un Pacte écologique visant à réduire les consommations énergétiques dans les constructions neuves et à accélérer l'installation de réseaux de chaleur bois dans les petites communes.

(1). La Métropole Rhin-Rhône, métropole transfrontalière labellisée en 2004 suite à un appel d’offre de la direction interministérielle de l'aménagement du territoire (DIACT), se dessine sur les trois régions Alsace, Bourgogne et Franche-Comté), un Land allemand (Lörrach), 5 cantons suisses (Neuchâtel, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Soleure, Argovie) et l'Eurodistrict tri-national de Bâle, ainsi que 3 pays (Allemagne, France et Suisse). Elle compte 2 millions d'habitants et 1,1 million d'emplois. Elle est gérée par une association (700 00 €  de budget alimenté par les cotisations des collectivités membres et des subventions de l'Etat notamment). Le président, Jo Spiegel, président de la communauté d'agglomération de Mulhouse vient d'être reconduit jusqu'en 2012.

www.metropolerhinrhone.eu

1 commentaire(s) pour cet article
  1. GRINDESELdit :

    Vous mettez l'accent sur les projets suivants : "Enfin, deux complexes de cogénération sont en route : la scierie Fruytier à La Roche-en-Brenil (Côte-d’Or) et Erscia dans la Nièvre..." Qui comprendra que ces projets consommeront un combustible humide donc de très faible rendement calorifique. Parfaits exemples du gaspillage de nos ressources forestières de plus financés par les contribuables : rachat de l'électricité à un prix plus élevé que sa revente; subventions éhontées aux industriels; gaspillage de biomasse... BRAVO LES TECHNOCRATES! Ils voulaient démontrer la faisabilité de produire de l'électricité avec du BOIS. Personne n'a bronché. A quel prix pour la collectivité ? Avec le tonnage de bois gaspillé, on pourrait chauffer deux fois plus de foyers consommant le bois comme il se doit, c'est-à-dire SEC. Avec les subventions distribuées à des groupes financiers pas toujours Français un réel réseau de stockage de bois sec pourrait être créé (plaquettes forestières pour chaudières individuelles ou petits collectifs). Ce réseau se met laborieusement en place par manque de volonté politique ...et d'argent (subventions) intelligemment réparti. La mode est au gigantisme. Les communes sont conditionnées pour créer "des réseaux de chaleur" coûteux en investissements pour réaliser la distribution de chaleur alors que très fréquemment de mini-installations de type modules de chaufferies "prêtes à poser" seraient plus économiques sur les plans financiers et en combustible ! Ces modules existent et sont fabriqués en France : Voir les modules BOISCOMPACT. Huit d'entre eux équipent une ville du sud de Paris. Ils chauffent huit sites communaux de proximité différents. Le bilan financier est édifiant ! Affaire de lobbying...

Commentez !

Combien font "3 plus 9" ?