LBO France devient actionnaire majoritaire du fabricant lorrain de vélos électriques Moustache Bikes. Une étude de faisabilité d’un second centre de maintenance SNCF à Metz. Les élus nancéiens appellent à soutenir les cristalleries Daum. 20 millions d’€ d’investissement à la Cité des loisirs d’Amnéville en Moselle. Guilhem Pinault, nouveau président du Vosgien De Buyer

• Le fabricant lorrain de vélos électriques Moustache Bikes change d’actionnaire majoritaire

LBO France a annoncé dernièrement une prise de participation majoritaire dans le fabricant de vélos à assistance électrique Moustache Bikes à Capavenir Vosges (anciennement Thaon-les-Vosges). Le fonds spécialiste du marché non coté (The Koople, Maison du Monde, etc.) profite de la cession des parts de son homologue Initiative & Finance. Ce dernier était actionnaire à hauteur de 55% dans la PME depuis 2015.
Grégory Sand, cofondateur de la société en 2011 avec Emmanuel Antonot se dit « très heureux d’accueillir LBO France à [ses] côtés pour franchir une nouvelle étape. La gestion d’une croissance forte, que nous connaissons depuis le début, nécessite des ressources et un accompagnement solide. »
La société qui présente ses guidons comme une réinterprétation contemporaine du fameux guidon moustache, a réalisé un chiffre d’affaires de 50 millions d’€ en 2018, en croissance de près de 30% par rapport à l’année précédente. L’entreprise de 80 salariés a vendu 27.000 vélos à assistance électrique à travers un réseau de 530 revendeurs, répartis dans 18 pays. Ses modèles – conçus et assemblés en France – sont commercialisés entre 2.200 € et 8.000 €. Philippe Bohlinger.

BPALC


• Un second centre de maintenance SNCF à Metz ?

C’est le souhait de Jean-Luc Bohl, le maire de Montigny-lès-Metz qui a annoncé la semaine dernière le lancement d’une étude de SNCF Mobilités pour l’implantation d’un technicentre SNCF dans sa ville, une ancienne cité cheminote.
Le financement de cette étude préliminaire, pour environ 920.000 €, sera présenté au vote des conseillers régionaux du Grand Est jeudi 28 mars. Le technicentre serait implanté sur l'ancien site ferroviaire et consacré à l’entretien des TER à deux niveaux des liaisons transfrontalières. L’investissement global, y compris le raccordement au réseau ferroviaire, est estimé à 90 millions d’€. L’atelier de Metz-Sablon aurait atteint ses limites de capacité d’accueil. C.P.

• Les élus nancéiens appellent à soutenir les cristalleries Daum

daum
La mise aux normes environnementales du site de production de Daum à Vannes-le-Châtel impliquerait 2,5 millions d’€ d’investissement. © Philippe Bohlinger

Alors qu’elles s’apprêtent à célébrer leurs 140 ans, les cristalleries Daum affichent une forme peu athlétique aux dires de leur présidente Myriam Parient. La célèbre manufacture lorraine doit conduire d’importants travaux de mise aux normes environnementales. Et ce chantier s’avére trop coûteux au vu de la rentabilité financière de la société propriété de la Financière Saint-Germain.
Dans un arrêté du 21 septembre 2018, la préfecture de Meurthe-et-Moselle a enjoint les dirigeants à mettre le site de production de Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle), à la lisière de la Métropole du Grand Nancy, en conformité avec les dernières normes de protection incendie et de dépollution des eaux. Mais le délai accordé pour conduire ce chantier de 2,5 millions d’€, bien que rallongé à trois ans, serait insuffisant.
Le 21 février dernier, à l’occasion d’une visite des ateliers dédiés aux petites séries à Nancy, le président de la Métropole du Grand Nancy, André Rossinot, a souhaité une mobilisation des pouvoirs publics pour financer la mise aux normes environnementales de la manufacture.
Née à Nancy en 1878, la quatrième cristallerie française (110 salariés, dernier chiffre d’affaires publié : 12,3 million d’€ avec un résultat négatif de 195.400 €) derrière Lalique, Baccarat et Saint-Louis, a conservé ses ateliers en Lorraine, berceau de l’art verrier. La Financière Saint-Germain détenue par l’homme d’affaires franco-algérien Prosper Amouyal et sa famille, a racheté Daum en 2009. P.B.

Kremernouvellepub


• 20 millions d’€ d’investissement à la Cité des loisirs d’Amnéville en Moselle

amneville
L’investissement de 20 millions d'€ permettra notamment l’amélioration de la circulation piétonne sur le site dédié aux loisirs d’Amnéville. © SPL / Destination Amnéville 2019

Le site d’Amnéville (Moselle) consacré aux loisirs s’offre une cure de jouvence et un nouveau nom. La société publique locale Destination Amnéville (SPL), concessionnaire de la station, a annoncé le 12 mars dernier un investissement de 20 millions d’€ dans la nouvelle « Cité des loisirs ». Situé à 20 kilomètres au nord de Metz, le site se présente comme le premier lieu de loisirs du Grand Est avec 6 millions de visites par an sur plus de 70 activités : zoo, concerts, station thermale, etc.
Le schéma d’aménagement porté par la SPL créée en octobre 2017 par les collectivités territoriales pour relancer la station, doit lui ouvrir une nouvelle ère. Fondé par Jean Kiffer, l’ancien maire controversé d’Amnéville décédé en 2011, le site avait été marqué ces dernières ces années par un sous-investissement et d’importantes difficultés financières.
L’enveloppe permettra l'enfouissement d'une ligne électrique qui défigure la station, l’amélioration des circulations piétonnes et routières, ainsi que la création d'une vaste esplanade pour accueillir des manifestations. Les travaux devraient démarrer au dernier trimestre 2019 pour s’achever en 2021-2022. 45 hectares devraient également être libérés pour de futurs projets sur l’emprise foncière de 400 hectares. P.B.

polevehiculedufuturtexte


• Le nancéen Premista acquiert la plateforme My Comparateur

Spécialisé dans l’intermédiation financière au service des particuliers, le groupe Premista implanté à Gondreville, près de Nancy, rachète la plateforme My Comparateur. Créée par Nicolas Chérond, expert en assurances qui reste à la direction opérationnelle, et Yannick Delsahut, spécialiste des technologies digitales, il est le seul site comparateur des solutions d’assurance-crédit, dédié aux professionnels du courtage.
La plateforme aide les intermédiaires dans leurs recherches des meilleurs contrats. En 2018, les transactions ont représenté un volume de prêts immobiliers de 8 milliards d’€. Premista (550 salariés) a de son côté, généré l’an dernier un volume de regroupements de crédits de 655 millions d’€ et de crédits immobiliers de 850 millions. C.P.

 LCRDijon

Guilhem Pinault, nouveau président du Vosgien De Buyer


pinaultUn nouveau dirigeant prend les rênes du fabricant d’ustensiles de cuisine et de pâtisserie De Buyer au Val d’Ajol (Vosges). Guilhem Pinault, 52 ans, succède le 1er avril prochain là Claude Haumesser à présidence de l’entreprise de 170 salariés. La maison De Buyer compte son expérience de 15 années dans le développement de marques à forte notoriété (Stanley, Facom, Black & Decker, KB Jardin, etc.), ainsi que sur son expertise commerciale internationale pour faire rayonner ses produits plutôt haut-de-gamme.
La société dont le chiffre d’affaires dépasse les 30 millions d’€ entend en effet se positionner au plan mondial comme l’un des acteurs incontournables du marché de l’ustensile de cuisine et de pâtisserie (batteries de cuisine, poêles, moules à gateaux etc.) Elle a investi pour ce faire 12 millions d’€ entre 2012 et 2017 dans la rénovation/extension de ses locaux et dans ses procédés industriels.
Claude Haumesser reste dans la société qu’il a contribué à développer pendant vingt ans. Il aura notamment pour mission de développer un musée De Buyer.

Commentez !

Combien font "7 plus 3" ?