Deuxième implantation en région après Troyes, l’ESTP Paris Campus de Dijon forme depuis la rentrée dernière, des ingénieurs en travaux publics et construction. Chacune dispense une option axée sur l’évolution des métiers vers le numérique. Et toutes les deux se voient dérouler le tapis rouge par les collectivités locales qui lui construisent un bâtiment, mis à leur disposition.


Après Troyes en 2017 qui a inauguré la « décentralisation » de l’École Spéciale des Travaux Publics (ESTP) implantée à Cachan, dans la région parisienne, cette dernière a ouvert un « campus » à Dijon à la rentrée 2019. L’école forme des ingénieurs dans les métiers des travaux publics et de la construction sur un cursus de 5 ans à l’issue duquel est délivré le même diplôme d’ingénieur bâtiment que celui de l’ESTP Paris.
La première promotion dijonnaise ouverte à la rentrée 2019 compte 36 élèves en spécialité travaux publics, venus de divers horizons géographiques – seuls deux élèves proviennent de Bourgogne-Franche-Comté. « Les implantations en région permettent aux étudiants d'avoir de nouvelles possibilités de stages – un obligatoire chaque année –, et aux entreprises régionales de recruter des cadres », explique Florence Darmont, directrice générale de l'ESTP.

 

Batifrancdeux


Hébergée provisoirement place des Savoirs, dans le quartier des Grésilles, l'école s’installera définitivement sur le campus universitaire à la rentrée 2021. La première pierre des futurs locaux a été posée le 16 janvier par François Rebsamen, en tant que président de Dijon Métropole qui a délégué leur construction à la Splaad (Société publique locale d’aménagement de l’agglomération dijonnaise). C3B, la filiale locale de Vinci a démarré les travaux, qui s’achèveront début juillet 2021, dans le cadre d’un marché public global sur performances de conception, réalisation et maintenance avec le parisien Architecture Studio et Vinci Facilites. Le coût des travaux et honoraires s’élève à 28 millions d’ € HT et le budget d’exploitation maintenance à 3,5 million sur quinze ans.

dijon
Les futurs locaux de l'ESTP et d'Eseo sur le campus de Dijon. © Architecture Studio

Les 10.309 m2 sur quatre étages, mis à disposition de ses occupants, hébergeront également l’École supérieure d’électronique de l’ouest (Eseo) dont les premiers étudiants arriveront à Dijon à la rentrée 2020 dans les mêmes locaux provisoires que l’ESTP (Lire l’encadré). Les deux écoles partageront des espaces (détente et associatifs, salles de réunion, certaines salles d’enseignement) dans l’objectif de « créer une réelle synergie pédagogique. » Les étudiants des deux filières se retrouveront notamment sur les  métiers du numérique.
Dans sa volonté de spécialiser chacune de ses écoles (une troisième est annoncée à Orléans en 2021), l’ESTP Paris ouvre à Dijon une option Smart City en 3ème année du cursus ingénieur avec cinq premiers étudiants qui avaient démarré leur formation sur le site de Cachan. Elle fait écho au projet de « ville intelligente » OnDijon qui consiste à piloter à distance et en temps réel les équipements urbains (circulation, vidéosurveillance, gestion de l’énergie) et les équipes municipales.
Les étudiants auront comme support la maquette numérique du chantier de leur futur bâtiment qui sera instrumenté avec des capteurs de température destinés à gérer les apports de chauffage selon les moments de la journée et les besoins des 44 salles d’enseignement et des huit laboratoires de recherche.


Troisième rentrée à Troyes


estptroyes
Les futurs locaux de l'ESTP à Troyes. E© Jean-Pierre Lott, architecte

À Troyes, c’est depuis 2017 que l’ESTP Paris s’est installée. L’école a fait sa 3ème rentrée en septembre 2019 avec 145 étudiants. Son objectif est d’atteindre l’effectif de 200 en 2020. En 3ème année, les étudiants peuvent préparer une option Ingénieur designer en collaboration de l’École Supérieure de Design de Troyes.
Cette spécialité donne une approche du bâtiment avec son environnement et en particulier avec les usagers et des débouchés dans des bureaux de design, d’architecture, d’urbanisme et des agences de R&D.  Comme Dijon avec la Smart City, Troyes bénéficie d’une option en 3ème année : Construction 4.0, qui forme aux techniques numériques de conception dans les projets de construction (BIM).
En septembre 2020, est également prévue une double formation, en architecture, ingénierie et construction, en partenariat avec l’École Spéciale d’Architecture Paris. La formation en deux cycles de 3 ans sera sanctionnée par un master en architecture et un diplôme d’ingénieur.


bpalc

 

L’école de Troyes est elle aussi installée dans des locaux provisoires  prêtés par le Conseil départemental de l’Aube qui est en train de lui construire des locaux neufs à proximité deux autres grandes écoles, l’EPF (ex-École Polytechnique féminine) et l’Université de Technologie de Troyes (UTT) à Rosières-Près-Troyes.
Financé à part égales par le département, Troyes Champagne Métropole et le Conseil régional du Grand Est, pour 10 millions d’€, le bâtiment  de 4.500 m2 abritera 4 laboratoires, une salle BIM (maquette numérique), un centre informatique et un laboratoire numérique. L’ouverture est prévue pour la rentrée 2022.

80 étudiants ingénieurs en électronique à la rentrée 2020

L’école d’ingénieurs en électronique Eseo, née à Angers, ouvre à Dijon, son second site après Paris-Vélizy. Cette école privée vise 80 étudiants à la rentrée 2020 en cycle ingénieur, en formation initiale et/ou apprentissage (trois années après la prépa) conduisant à différentes fonctions, dans l’industrie, le management et la relation client.
En réalité, l’école est présente à Dijon depuis septembre 2018, avec un cycle préparatoire intégré international, axé sur l’Asie, au lycée Notre-Dame. Une journée portes ouvertes du cycle préparatoire a lieu samedi 8 février 2020 (9h-16h). L'ESTP ouvre également ses portes à Dijon et Troyes le même jour.

Découvrir les atouts de la Côte-d'Or en cliquant sur le logo

invest

Commentez !

Combien font "10 plus 5" ?