Le numéro un mondial du petit électroménager teste sur son site bourguignon d’Is-sur-Tille, la personnalisation du Cookéo, un multicuiseur électrique doté d’un écran tactile et d’une connectique embarquée. Cette initiative, après la célèbre Cocotte-Minute® fabriquée sur son site historique de Selongey, s’adresse à des produits matures, dont le tiers des ventes est destiné aux cadeaux.

 

L’attachement de SEB à la Bourgogne, – son acronyme Société d’Emboutissage de Bourgogne le prouve–, n’est plus à démontrer. Avec Selongey (Côte-d’Or), berceau du groupe et centre de compétence mondial pour les articles culinaires à pression, autrement dit à vapeur (Lire ici l'article de Traces Ecrites News), le groupe mondial de petit électroménager a une seconde unité de production à Is-sur-Tille, à quelques kilomètres. Elle est aussi centre mondial, mais pour le développement des appareils de cuisson électrique.

 

dieman

Dans l’un et l’autre cas, Thierry Delaunoy de La Tour d’Artaise, PDG du groupe SEB, a décidé une stratégie produits plus proche des consommateurs, jouant sur le côté affectif de l'acte d'achat. Après le succès de la personnalisation des Cocotte-Minutes® (autocuiseurs), depuis toujours fabriquées à Selongey, c’est au tour du multicuiseur électrique Cookéo (marque Moulinex), avec écran tactile et connectique embarquée, de devenir un produit à la couleur du choix de l'acheteur.

montageactifryseb
Montage d'un Actifry (friteuse). L'opération prend 30 secondes. © Traces Ecrites

 

L'usine d'is-sur-Tille fait aussi des « Petites Reines » électriques

veloangell
Quinze séquences sont nécessaires à l'assemblage d'un vélo. © Traces Ecrites

Par quel effet du hasard le groupe SEB assemble-t-il à Is-sur-Tille, depuis début février, des bicyclettes électriques estampillées Angell ? La réponse maison fuse : « parce que nous sommes ici très agiles et réactifs. » Dont acte, mais cela procure aussi une activité complémentaire précieuse en ces temps troublés.
Et puis, autre explication, Marc Simoncini, créateur du célèbre site de rencontre Meetic, recherchait un opérateur pour l’assemblage de ses vélos que lui a proposé Thierry de la Tour d’Artaise, patron de SEB.
Aujourd'hui, deux équipes de 20 personnes et une de nuit d’une dizaine de collaborateurs, se relaient pour monter 1.000 vélos par mois, avec un objectif à terme de 3.000 unités mensuelles.
Quinze séquences sont nécessaires aux différentes opérations d’assemblage d’une durée d’une heure et demie à deux heures, avec une trentaine de points de contrôle effectués par un ingénieur qualité qui va de vélo en vélo.
A terme, l’usine d’Is-sur-Tille investira dans une nouvelle ligne pour assurer la production de cette « Petite Reine », dite dans le langage bobo smartbyke, légère (14 kg avec la batterie), d’une autonomie appréciable de 70 km et dont le prix est à l’avenant : 2690 €. Une version féminine est annoncée courant 2021.

ateliermontagevelo
Atelier de 800 m2 affecté au montage des vélos électriques Angell. © Traces Ecrites

 

La personnalisation des articles culinaires découle d’un constat. Sur des marchés matures comme la Cocotte Minute® qui a l'honorable âge de 67 ans, ou le Cookéo créé il y a 8 ans, et dont les ventes sont principalement du renouvellement (*), il faut savoir susciter de la nouveauté en jouant sur le côté affectif. « Pas moins de 30% des ventes du Cookéo, troisième génération, sont destinées à faire un cadeau », souligne Stéphane Zenadja, le directeur opérationnel d’Is-sur-Tille.

Une ligne d’assemblage spécifique

L’acheteur, via un site Internet dédié, passe sa commande et configure son appareil comme il le souhaite à l’appui de 200 combinaisons possibles (jupes, poignées…), accessoires et paquet cadeau inclus. Une ligne spécifique d’assemblage est réservée aux articles personnalisables dans l'usine d'Is-sur-Tille. Fidèle à sa tradition de discrétion, SEB n’en dira pas plus sur les premiers résultats, mais un signe ne trompe pas.

 

bpbfcvirus

 

Si les deux centres mondiaux bourguignons de l’industriel aux 30 marques se lance dans ce type d’offre, ce n’est pas le fruit du hasard. « La Cocotte-Minute®, comme le Cookéo, fédère une large communauté sur les réseaux sociaux qui débat de leur bonne utilisation en fonction des plats à préparer », précise le directeur d’Is-sur-Tille.

D’autres appareils pourraient en conséquence bénéficier du même traitement à terme, tant pour le marché français qu’international. Le groupe SEB, coté en bourse, affiche une bonne résilience en dépit de la crise sanitaire actuelle. Les ventes sur l’année ne devraient baisser que de 7%, offrant selon les prévisions un chiffre d’affaires de 6,861 milliards d’€, contre 7,354 en 2019. Sur les neuf premiers mois, elles s’élèvent à 4,712 milliards après un bon troisième trimestre.

(*) La Cocotte-Minute® a été créée en 1953, le Cookéo en 2012. Ces deux appareils se commercialisent autour du million d’unités chaque année.

 

flandria

Qui est Stéphane Zenadja ?


stephanezenadja 

Cet homme de 50 ans, sportif dans l’âme, n’avait pas à priori le profil d’un cadre supérieur chez SEB.  Titulaire d’un master II en microélectronique décroché comme major de promo à Marseille,  il se fait déjà embaucher chez Thomson à Auxonne (Côte-d’Or), unité aujourd’hui disparue qui produisait le premier décodeur numérique.
Après deux années, il rejoint pour sept ans le site Philips du Mans et s’occupe de téléphonie mobile, notamment au poste responsable de l’industrialisation. La Bourgogne, et Dijon sa ville de naissance, lui manquant, il intègre la société CEAT, (SAV des smartphones Samsung) en tant que directeur des opérations et y demeure six ans.
SEB le recrute en 2010 à Is-sur-Tille. « Nous recherchons ce type d’expérience et de compétences, supposées éloignées de notre métier, car elles nous enrichissent en nous apportant des solutions nouvelles, surtout à des postes de direction », explique Sandrine Vannet, directrice générale de la société bourguignonne SEB et DRH de l'activité culinaire électrique.
Stéphane Zenadja entre comme chef de projet, travaille au bureau d’études et succède le 1er septembre 2019 à Christian Poulain, l’ancien directeur du site parti à la retraite. Il hérite du management d’un site de 200 personnes, dont la moitié affectée à la production de la friteuse Actifry, des fours Rowenta, du Cookéo et du Steam’up (Moulinex) sur 8 lignes au total.
La seconde moitié des effectifs, composée d’ingénieurs et de techniciens, imagine et développe d’autres appareils pour l’univers de la boisson, du petit-déjeuner et de la cuisson éléctrique, soit 25 familles de produits différentes. Les équipes de développement du site travaillent par ailleurs sur les cafetières Nespresso et Dolce Gusto pour le groupe Nestlé et, ont conçu et industrialisé les tireuses à bière d’Heineken.

Pour en savoir plus sur le secteur de la métallurgie en Côte-d'Or :

invest

Commentez !

Combien font "7 plus 10" ?