Le guide du Routard vient de sortir la première édition de l’Oenotourisme en Bourgogne et Jura, plus de 200 pages à travers les vignobles même les moins connus de Pouilly-Fumé, dans la Nièvre et du Châtillonnais, en Côte-d'Or. Les balades et les bonnes adresses arborent la marque Vignobles et Découvertes. Morceaux choisis.

 

guideroutardIl pourrait porter le nom  – peu vendeur – de guide des labellisés Vignobles et Découvertes. Le guide du Routard qui vient de sortir la première édition de l’ « Oenotourisme en Bourgogne et Jura » s’appuie sur les prestataires qui arborent cette marque d’Atout France. Caves de dégustation, hébergements, restaurants, bars à vins, sites culturels, lieux de vente de produits régionaux…, ensemble ils forment une offre complète de pratique de court séjour, pertinente sur le vignoble de Bourgogne et du Jura.

Guidées par les agences de tourisme départementales de Côte-d’Or, de l’Yonne, de la Nièvre, de Saône-et-Loire et du Jura ainsi que Bourgogne-Franche-Comté Tourisme qui ont contribué pécuniairement à cette mise en avant (avec un budget de 55.000 €), les adresses sélectionnées ont été visitées et testées par l’équipe du Routard.

« La Bourgogne est un nom qui sonne aux oreilles des amateurs de vin et ce guide correspond au marché hexagonal que nous ciblons particulièrement cette année », affirme Loïc Niepceron, président de Bourgogne-Franche-Comté Tourisme. « Ce type d’ouvrage peut remédier à l’image élitiste du vin de Bourgogne », renchérit Claire Bonnet-Vallet, présidente de Côte-d’Or Tourisme.

En plus de 200 pages, on se promène et on s’arrête dans les 10 destinations  Vignobles et découvertes  de Bourgogne-Franche-Comté et du Jura, même les plus discrètes  de  Pouilly-Giennois-Sancerre dans la Nièvre, ou du Châtillonnais en Côte-d’Or.

 

negociants


• L'abbaye de Cîteaux où que tout a commencé

citeaux
Vue du définitoire à restaurer depuis l'emplacement de la première église de l'abbaye de Cïteaux, matérialisée par un auvent en bois et métal. © Traces Ecrites


On n’y fait plus de vin, mais on pourrait dire que c’est là que tout a commencé. En 1098, s’installent dans la forêt de Cîteaux (Saint-Nicolas-lès-Citeaux, Côte-d’Or), des moines cisterciens et ils y cultivent la vigne jusqu’en 1790, date de la destruction de l’abbaye après la Révolution. Les bâtiments qui restent (90% ont été détruits) sont aujourd’hui occupés par une communauté de 16 moines qui célèbrent les louanges de Dieu, sept fois par jour et vivent essentiellement de la production d’un fromage présent sur toutes les tables touristiques de Bourgogne et qu’ils vendent sur place : le fromage de Cîteaux.


Cette année de crise sanitaire a été difficile pour les moines. Ils ont été privés pendant le confinement de vendre leur fromage, par décision des autorités et du fait de l’éloignement de la boutique monastique de tout centre urbain, et les visites guidées du site qui n’ont repris qu’en juin. Le moment n’est pas le plus opportun pour lancer la rénovation du définitoire, vaste bâtiment de briques et de pierres, qui était le siège du gouvernement central de l’ordre religieux de l’ancien régime. Frère Benoît, intendant de l’abbaye, espère le soutien du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté  et du Conseil départemental de la Côte-d’Or, ainsi que des dons de particuliers et d’entreprises mécènes pour concrétiser cette restauration de 10 millions d’€.

chateauchalon
© Christophe Finot Wikimedia Commons
Moins renommé que le vignoble de Bourgogne, mais 3ème bio de France avec 23% de la surface, précise Gérôme Fassenet, président de Jura Tourisme, le vignoble du Jura a pour perle Château-Chalon. De ce village classé parmi les « Plus beaux villages de France », où l’été des artistes contemporains sèment leurs œuvres, s’ouvre l’un des plus beaux panoramas sur le vignoble du Jura. Il serait le lieu de naissance du fameux vin jaune. Quelques étonnantes adresses sont à découvrir, comme une dégustation avec un vigneron et un œnologue … dans une grotte.

 

dieman

• Une tour contemporaine en éloge du vin

caborde
© Didier Lacroix

 
Une visite à la Caborde à Orbagna, dans le Jura, à la lisière de la Saône-et-Loire, offre un bon résumé des vins du Jura avant d’arpenter les vignobles.  Des plants de vigne des cinq cépages du Jura côtoient cette construction contemporaine tout en bois, qui ne manque pas d’interpeller. 
Au fait, que sont les cépages du Jura ? Les typiques savagnin (avec lequel on fait notamment le fameux vin jaune), poulsard et trousseau (vins rouges), et les cépages de la voisine Bourgogne, le chardonnay ainsi que le pinot noir.

medefrebond


• Le Pouilly Fumé à ne pas confondre avec le Pouilly Fuissé

tourpouillyfumerenaudscapin
© La Tour du Pouilly-Fumé


Plus connu à Paris que dans les régions de l’Est sans doute parce qu’il est rattaché au vignoble de la Loire, le Pouilly-Fumé (à ne pas confondre avec le Pouilly-Fuissé en Saône-et-Loire) s’élabore dans la Nièvre, près de la Charité-sur-Loire. Son cépage est le sauvignon, comme le Sancerre (de l’autre côté de la Loire) ou le Coteaux du Giennois. Il doit son nom à son goût de pierre à fusil, mais aussi parce que les grains de raisin sont couverts d’une fine pellicule grise qui ressemble à de la cendre.
Avant de se rendre chez les vignerons, l’initiation à la dégustation commence dans la cave aux arômes de la Tour du Pouilly-Fumé, un ancien bâtiment en plein cœur de Pouilly-sur-Loire, surmonté d’une tour.

 

flandria

amphelopsis
© G. Brigand/ Ampélopsis
Ils sont moins sous les feux de la rampe que les vins des côtes de Beaune et de Nuits-Saint-Georges : tout au nord de la Côte-d’Or, les vins du Châtillonnais tirent leur épingle du jeu avec les Crémants qui valent bien, disent certains amateurs, un champagne du plus renommé vignoble voisin.
Les vignerons espèrent un regain d’intérêt des touristes grâce au tout jeune Parc National de Forêts, entre Côte-d’Or et Haute-Marne.
La route du Crémant (120 km) peut se faire en voiture ou à vélo avec l’application Balades en Bourgogne. Elle passe notamment par l’oenocentre Ampélopsis (photo) à Massingy, initiative privée du Domaine Brigand, et par les caves d’une dizaine de vignerons labellisés Vignobles et Découvertes.

 

 caissedepargnebf

 

• Le château de Maulnes, point de départ pour découvrir le vignoble du Tonnerrois

maulnes
© Conseil départemental de l’Yonne/ Studio Xavier Morize


Singulier, le château de Maulnes à Cruzy-le-Châtel l’est par sa forme pentagonale bâtie autour d’un puits d’eau et de lumière dont les origines alimentent toujours le débat entre historiens. Rénové ces vingt dernières années par le Conseil départemental de l’Yonne, propriétaire, il est l’un des sites emblématiques du loto du patrimoine devant aider à l’achèvement de sa restauration chiffré à près de 2 millions d’€. Sa visite est un bon point de départ pour découvrir le vignoble du Tonnerrois, moins réputé que son voisin de Chablis, et de l’AOC Bourgogne-Epineuil.

 

bpbfcvirus

 

 • Entre les abbayes de Tournus et de Cluny

brancion
© Michel Horiot


Entre la Côte Chalonnaise dont certains villages acquièrent une renommée grandissante – Mercurey, Rully, Montagny –, et les vins du Mâconnais, la Saône-et-Loire a un vaste territoire de vignobles qui fait même une incursion dans l’appellation Beaujolais.Il se découvre avec l’application Routes 71 de l’agence départementale du tourisme.
A l’écart des routes des vins, mais tout près, le petit village de Brancion que les voyageurs attentifs sur l’A6 connaissent de nom pour en lire la pancarte en bordure d’autoroute, est une parenthèse pleine de charme à une dizaine de kilomètres de la superbe abbaye de Tournus et en poussant un peu plus loin, de celle de Cluny.
De là, on gagne rapidement le vignoble de Pouilly-Fuissé (que des vins blancs), sous les feux de la rampe cette année pour avoir décroché la très attendue mention premier cru. La récolte de 194 hectares de ce vignoble du Mâconnais, soit 24 % de l’aire de l’AOP « Pouilly-Fuissé », va pouvoir y prétendre dès cette vendange.


maisonclimats
© Michel Joly
La Maison des Climats à Beaune présente les 1.463 climats du vignoble de Bourgogne, dont 1.247 rien qu'en Côte d'Or, sur un linéaire de 60 km de Meursault à Dijon.


 (*) Le guide du Routard "Oenotourisme en Bourgogne et Jura", éditiions Hachette, 14 €, e,n vente en librairies.

Découvrez la filière viti-vinicole en Côte-d'Or en cliquant sur le logo

invest

Commentez !

Combien font "8 plus 9" ?