trumpf
Une nouvelle machine de découpe laser et poinçonnage qui frise le million d'€.

 

MÉTALLURGIE. Présente au salon mondial de la sous-traitance (Midest) du 4 au 7 novembre à Paris-Villepinte, la tôlerie de précision bourguignonne boucle un gros programme d’investissement qui lui a permis d’étendre son site de Monéteau (Yonne) pour intégrer des équipements performants, dont une machine hors norme venue d’outre-Rhin.

 

Une nécessité dans un métier industriel qui tire relativement bien son épingle du jeu en ces temps de morosité économique persistante, mais doit sans cesse gagner en rapidité, flexibilité et productivité.

 

Jean-François Lemoine, président d’Anthalys, tôlerie de précision implantée à Monéteau (Yonne), présente avec fierté sa dernière acquisition : un combiné poinçonnage et découpe laser de 16 tonnes et 20 mètres de long. Mieux, il place devant l’un de ses 41 collaborateurs pour montrer les propotions de l’engin.

 

Ce petit bijou de technologie, signé par l’Allemand Trumpf, en fort bonne santé (*), permettra à l’entreprise de doubler sa capacité de production et d’améliorer jusqu’à 20% sa productivité.

 

« Elle travaille seule et sans beaucoup de surveillance, nous permet une économie matière, moins d’ébavurage, pas de dégrappage et accroît l’ergonomie, en ce sens qu’elle charge automatiquement les tôles et décharge de la même façon les pièces en sortie, tout en les triant afin de les stocker sur 6 palettes », explique le dirigeant.

 

Pour loger pareil équipement, l’entreprise bourguignonne (4.4 millions d’€ de chiffre d’affaires) a repoussé ses murs en réalisant une extension de 650 m2.

 

equipe

 

Facteurs de différentiation

 

Anthalys, qui a su se diversifier dans l’usinage et l’assemblage, a également étoffé son site de 850 m2 pour bénéficier d’un atelier de montage et d’un outil industriel dédié digne de ce nom : 6 centres de fraisage à commande numérique, 2 tours à commande numérique... La facture de ces deux opérations atteint 2 millions d’€.

 

Grâce à ces développements, qui portent à 5 millions l’investissement global effectué depuis octobre 2002, date de création de la société, la PME peut séduire une clientèle des plus exigeantes dans le secteur de l’électromécanique, du produit semi-fini au produit prêt à être vendu.

 

Comme exemple révélateur, l’équipe des 6 tôliers maîtrise la soudure au TIG et la finition pour pièces esthétiques, allant jusqu’à celle dite de carrosserie.

 

« C’est aussi notre disponibilité qui fait souvent la différence, car nous n’hésitons pas à travailler, question d’organisation, les samedis en période de forte demande », assure Jean-François Lemoine. Un engagement que beaucoup de patrons de petites structures ne renieraient pas.

 

(*) Le groupe Trumpf a enregistré une nette hausse de ses bénéfices au terme de son exercice 2013/14 clôturé fin juin. Le résultat avant impôts gagne 61,2% à 248 millions d’€, contre 154 millions d'€ l’année comptable précédente. Le siège du fabricant de machines-outils se situe à Ditzingen (Allemagne).

 

lemoineQui est Jean-François Lemoine ?

 

Un homme de 42 ans qui a toujours eu l’idée de se mettre à son compte.

 

Titulaire d’un BTS électrotechnique décroché à Dijon, il poursuit en ce sens par l’obtention d’un diplôme de l’Institut de Formation aux Affaires et la Gestion (IFAG) d’Auxerre (Yonne).

 

Son premier job le conduit chez Ertop, à Joigny, déjà une tôlerie de précision, où il reste neuf ans à la direction commerciale.

 

Le rachat de l’entreprise par un grand groupe lui donne l’envie de monter la sienne.

 

Lauréat du Réseau Entreprendre Bourgogne qui l’a beaucoup conseillé à ses débuts, Jean-François Lemoine rend aujourd’hui la pareille en tant que parrain et administrateur de cette association d’appui aux jeunes entrepreneurs et repreneurs.

 

Photos fournies par Antahlys.

 

Commentez !

Combien font "4 plus 7" ?