Restructuration. Lundi 17 janvier, Voo TV renouvelle sa grille de programme.

Elle s'accompagne d'une réorganisation avec l'objectif d'atteindre l'équilibre à la fin de l'année.

En 2010, premier exercice complet après un lancement en novembre 2009, la télévision locale dijonnaise affiche des pertes d'environ 200 000 €.

La restructuration s'est déjà opérée au plan capitalistique.

Actionnaire à hauteur de 35%, la chaîne Demain TV qui n'avait versé qu'une modeste part de ses engagements (37 000 €) suite à des problèmes financiers (1), cède sa place à un pool de sociétés d'investissements locales détenues par sept chef d'entreprises dijonnais.

Deux autres actionnaires font leur entrée : la caisse des dépôts et consignations à hauteur de 10% et Dijon Santé (2) qui reprend les 15% de Dijon Première, la société du fondateur Max Rebouillat.

Les 35 autres % du capital qui s'élève au total à 480 000 €, restent aux mains de la société d'économie mixte Dijon Bourgogne Image qui réunit la ville de Dijon, la communauté d'agglomération dijonnaise et le conseil régional de Bourgogne, ainsi que des clubs sportifs locaux (football, handball et hockey), et l'office municipal des sports.

Sont également actionnaires, depuis l'origine, la Caisse d'épargne de Bourgogne Franche-Comté pour 10 % et le journal Le Bien Public pour 5 %.

La réorganisation passe aussi par un projet de budget plus modeste. D'un montant de 1,1 million d'euros en 2010, il est réduit à 850 000 €.

Il mise sur 350 000 euros de recettes et presque autant de subventions.

Au lancement de la chaîne, les trois collectivités actionnaires se sont engagées à apporter chacune, durant trois ans, 133 000 € de subventions de fonctionnement, soit 319 000 €  par exercice budgétaire.

«Notre objectif est d'arriver à l'équilibre à la fin de l'année», expose Jean-Louis Pierre, directeur général  nommé à l'automne dernier par le nouveau président, Patrice Tapie, dirigeant de l'agence AMT et président de la CGPME Côte-d'Or.

Pour y parvenir, l'entreprise a d'abord procédé à trois licenciements, notamment celui de l'animateur qui réalisait le magazine phare de la chaîne "Le Grand Rendez VOO". Max Rebouillat, le PDG fondateur, a quitté l'entreprise.

L'équilibre passe aussi par un partenariat renforcé avec les entreprises et les institutions locales, sponsors de chroniques quotidiennes, «sans incidence sur le contenu», précise le directeur général.

Info de proximité et de service

Réduite à une demi-heure en fin d'année dernière (contre une heure auparavant), l'émission quotidienne réalisée en direct est rallongée d'un quart d'heure à partir du 17 janvier.

Un journal d'informations précède le développement d'une thématique : sports et politique le lundi, culture le mardi, santé le mercredi, économie et emploi le jeudi, loisirs du week-end le vendredi.

Le point commun : l'information service. «Nous recevrons, par exemple, deux demandeurs d’emploi par semaine qui auront une minute pour convaincre».

Le rétablissement de la chaîne devra aussi passer par une amélioration de l'audience, annoncée à 50 000 foyers dans l'agglomération dijonnaise, via la TNT et Numéricable.

«Nous travaillons pour une diffusion sur les box dans le courant de ce premier semestre et nous sommes en négociation avec Orange», précise Jean-Louis Pierre.

Les principales difficultés de la chaîne relèvent en effet de problèmes de diffusion à partir de l'émetteur de Chenôve qui ne couvre pas la totalité de l'agglomération dijonnaise.

Elles démontrent aussi la fragilité des télévisions locales face à un marché publicitaire déjà fortement sollicité dans des villes moyennes comme Dijon.

Et leur difficulté à trouver un modèle économique, de surcroît sans le soutien des collectivités locales.

Voo TV emploie 9 journalistes et techniciens, et s'apprête à recruter un commercial.

Crédit photo: Voo TV.

(1). Créée en 1997 dans le giron de Canal +, puis rachetée par le groupe Ymédias, Demain TV a été mise en redressement judiciaire durant l'été 2010. Un groupe de fondateurs et dirigeants de télévisions locales l'a reprise en septembre devant le tribunal de Nanterre.

(2). Dijon Santé est une Web TV dédiée à la promotion de la santé, créée par le Docteur François Allaert.

Lire aussi :

www.tracesecritesnews.fr/2010/09/08/bionetwork-revolutionne-les-medicaments/

Comment capter Voo TV : www.vootv.fr/pages/comment_nous_recevoir_1.php

1 commentaire(s) pour cet article
  1. JPLdit :

    «sans incidence sur le contenu», comme l'était le magazine Ecoplus 21 sous la direction de Jean-Louis Pierre ?... Quelle plaisanterie !

Commentez !

Combien font "3 plus 7" ?