Yves Rapp, ajusteur sur moule en polyuréthane chez SVO Maintenance.
Yves Rapp, ajusteur sur moule en polyuréthane chez SVO Maintenance.

OUTILLAGE. L’outilleur intégrateur de Lure, en Haute-Saône, se sent plus à l’aise dans sa nouvelle unité, inaugurée le 31 mai.

Après moult péripéties, l’entreprise relance une dynamique et investit dans  des équipements très automatisés.

Roland Prenez, le dirigeant, implore une vraie politique de relance industrielle.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

SVO peut aujourd’hui réenclencher la mécanique dans son nouveau site de Lure (Haute-Saône, après être resté longtemps hébergé dans la pépinière locale du Tertre Landry.

L’agence Action 70 lui a construit pour 800 000 € un bâtiment de 700 m2 qu’elle lui loue avec en fin de bail, une option d’achat.

L’entreprise (2,4 millions d’€ de chiffre d’affaires, 12 salariés) exerce plusieurs métiers. Elle conçoit et réalise, via sa filiale SVO Maintenance, des moules destinés à produire des pièces en polystyrène et polypropylène expansés.

Pour des questions de coûts de main d’œuvre, la fabrication des moules a été confiée à un partenaire industriel chinois associé dans le cadre de BSP, une société d’import-export qui rapatrie les moules.

Roland Prenez, à droite, et son associé Philippe Strock.
Roland Prenez, à droite, et son associé Philippe Strock.

Une très belle année 2012

« Nous réalisons en revanche tous les outillages prototypes dans nos ateliers grâce à un bureau d’études intégré qui compte deux personnes », indique Roland Prenez, le dirigeant.

SVO assure aussi depuis la fin 2006, pour le compte de Faurecia, la maintenance et la modification des moules en polyuréthane, ainsi que des travaux de mécanique générale et d’ajustage.

Grâce à ce nouveau site, la PME relance les investissements.

Pas moins de 150 000 € sont consacrés à l’acquisition d’une fraiseuse de grande capacité, à des appareils de métrologie et à l’installation de ponts roulants.

En septembre, un centre d’usinage à grande vitesse usinera des maquettes. Coût de l’opération : 65 000 €.

« Nous avons fait une très belle année 2012 (+60% de chiffre d’affaires), mais je crains que cette année soit plus difficile en raison d’un premier trimestre plus calme », constate Roland Prenez.

Cet homme de 53 ans, à la voix grave et posée, associé à Philippe Strock, en a pourtant vu d’autres. Et notamment la disparition de Saint-Vit Outillages, dans le Doubs qu’il avait rachetée en février 2003.

La défection d’un gros client l’a obligé sept ans plus tard à liquider cette société, dont les locaux ont été transformés en une sorte d’hôtel d’entreprises où il loue dorénavant les surfaces.

Bruno Tierre, outilleur, spécialiste des moules en polystyrène chez SVO Maintenance.
Bruno Tierre, outilleur, spécialiste des moules en polystyrène chez SVO Maintenance.

« Aujourd’hui, pour repartir du bon pied, il faudrait une véritable politique de relance industrielle que je ne vois pas venir », estime le dirigeant.

La refiscalisation des heures supplémentaires est à ses yeux une aberration qui va lui coûter 24 000 €. Le chef d'entrprise constate aussi  « la frilosité déconcertante de nombreuses banques, plus promptes à spéculer qu’à financer l’économie ».

En outre, il prône un gros dépoussiérage du code du travail.

Crédit photos : Francine Riondel /Action 70.

Commentez !

Combien font "6 plus 5" ?