La réorganisation de la production place Sorec au niveau de la productivité d'un cuisiniste de grande série, selon Nicolas Félix, P-DG.
La réorganisation de la production place Sorec au niveau de la productivité d'un cuisiniste de grande série, selon Nicolas Félix, P-DG.

BOIS. Fort d'une réorganisation des flux de production pour améliorer la productivité, le fabricant de mobilier commercial implanté à La Charité-sur-Loire (Nièvre) se diversifie dans la construction modulaire.

Après une première expérience à Toulouse, Sorec réalise une autre résidence d'étudiants de 200 logements pour le Crous de Strasbourg, sur le campus d’Illkirch (Bas-Rhin).

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Dans le secteur très concurrentiel du mobilier commercial pour de grandes enseignes comme Celio, Renault, les hôtels Accor, La Poste…, le constat est sans appel.

« Si vous voulez survivre et prendre des parts de marché à vos concurrents, il faut être plus productif ; quand les gains de productivité ne sont plus possibles, le stade ultime est la délocalisation, mais c'est compliqué car le mobilier commercial est aussi un marché de service », explique Nicolas Félix, P-DG de Sorec (15 millions d'€ de chiffre d'affaires, 130 salariés) à La Charité-sur-Loire (Nièvre).

Qu'à cela ne tienne, le dirigeant qui a racheté en 2006 la société qu'il avait vendu six ans plus tôt, met à profit son expérience antérieure chez le fabricant de mobilier de bureau Strafor (aujourd'hui Steelcase) où il avait mis en place des méthodes de production type Toyota.

Moyennant un investissement de 2,5 millions d'€ achevé l'an dernier, il trouve des  gains de productivité en supprimant les heures de réglage et les manutentions entre les machines.

Avec 300 ordres par jour pour des petites séries d'une dizaine de pièces par an à 200 au maximum, les opérateurs perdaient de temps à chercher dans l'atelier les panneaux de bois dans un stock de 3300 références.

Aujourd'hui, c'est un robot qui va les chercher à raison d'un mouvement à la minute : il repère la pièce grâce à une étiquette apposée dessus, puis réalise les opérations de découpe, fraisage, perçage, etc.

« Avec deux opérateurs, nous produisons 800 pièces différentes par équipe, c'est du niveau d'un cuisiniste de grande série », se félicite le P-DG.

Une chambre d'étudiant, entièrement fabriquée en atelier avec les portes et fenêtres, les sanitaires et le mobilier.
Une chambre d'étudiant, entièrement fabriquée en atelier avec les portes et fenêtres, les sanitaires et le mobilier.

Une cité étudiante à Allkirch

Le personnel a été complètement associé à la réorganisation de l'usine à travers des groupes de travail de huit personnes, mobilisées sur le sujet un jour par semaine, douze semaines consécutives.

Au total, cela a pris presque trois ans.

« Nous posions le problème sans idée préconçue et souvent c'était l'opérateur qui trouvait la solution », raconte Nicolas Félix.

Fort de cette organisation huilée et pressentant un retournement de conjoncture dans le mobilier commercial - quelques licenciements n'ont pu être évités l'automne dernier -, Nicolas Félix entame une diversification.

Une nouvelle filiale Sorec Habitat développe un concept d'habitat modulaire en collaboration avec l'agence d'architecture savoyarde Patriache&Co.

La première application a été un foyer pour les sans abris à Lyon en 2011. Depuis, le tandem a construit une résidence universitaire sur le campus de Toulouse.

Les modules sont empilés les uns au-dessus et à côté des autres… Ici, la construction de la résidence universitaire de Toulouse.
Construction de la résidence universitaire de Toulouse.

Il réalise aujourd'hui une autre résidence d'étudiants de 200 logements pour le Crous de Strasbourg, sur le campus d’Illkirch (Bas-Rhin). Elle devrait ouvrir pour la rentrée 2015.

Baptisé Dhomino, le procédé constructif consiste à empiler des modules 3D à ossature bois de 50 à 60 m2 jusqu'à 9 étages !

Entièrement fabriqués en atelier avec les portes et fenêtres, les sanitaires et le mobilier, il ne reste plus qu'à les transporter sur place…

Photos : Sorec et Patriarche&Co.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. NICOULLAUDdit :

    Une chambre d'étudiant avec comme mobilier: Une table, un tabouret, un bureau et un lit où il n'est pas possible de s'adosser sans mettre des coussins dans le dos. Je propose un canapé convertible une place (objet du brevet EP 1952725 du 30 Juillet 2014) dont la position de couchage est parallèle au dossier où l'étudiant pourra recevoir ses amis, travailler dans une position ergonomique, pour répondre au slogan du CROUS: Bien dans son appart, bien dans ses études. canapenicoullaud.com.

Commentez !

Combien font "7 plus 4" ?