VIN. Traces Écrites News décide de couvrir la campagne de l’élection présidentielle à sa façon. Notre parti politique s’appelle : L’ENTREPRISE.

Aussi, avons-nous demandé à certains dirigeants de s’imaginer dans la peau du futur président de la République et de décliner leur programme sur des thématiques qui font partie de leur quotidien.

Donnons aujourd'hui la parole à Anne Parent, viticultrice et négociante à Pommard (Côte-d'Or), qui n'a pas sa langue dans sa poche.

Le vin coule dans ses veines et lorsqu'elle ne s'occupe pas de son domaine de 10 hectares, cette militante du bon goût s'investit pour sa profession.

Fondatrice de l'Association Femmes et Vins de Bourgogne, qu'elle a présidé 10 ans, elle est aussi présidente de la commission marketing et communication au sein du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB) et conseillère du commerce extérieure de la France.

N’hésitez pas à réagir en utilisant la rubrique : « laissez un commentaire », en fin d’article.

"Si j’étais Présidente de la République, je supprimerais la loi Evin pour ce qui concerne le vin  et je redonnerais à ce produit DiVin sa dimension culturelle, patrimoniale, économique, par la communication et l’éducation.

En effet, le monde entier nous envie notre histoire du vin, nos terroirs, nos cépages, nos paysages viticoles, nos vins, leur diversité, leur finesse, leur élégance, leur complexité, leur puissance, leur sensualité.

Mais hélas, dans notre propre pays, cette loi idiote autant qu’hypocrite dans ses subtilités, d’une part, ne distingue pas le vin, produit noble, authentique, historique, sociologique, d’un autre alcool.

Elle ne permet pas d’autre part, de faire savoir et d’expliquer quelles sont les valeurs et les atouts qui sont les siens.

L’amalgame qui est entretenu entre : vin, alcoolisme, lutte contre l’alcool au volant et la diabolisation du vin dans une politique prohibitionniste, amplifié par des lobbys divers et variés contre le vin  ont montré leurs  limites et leur inefficacité.

Il suffit !!!!

L’éducation, la pédagogie, l’initiation à la dégustation responsable, à travers une communication intelligente sont les meilleurs des recettes pour ne pas perdre cette culture du vin et pour sensibiliser les jeunes générations à une consommation  modérée et respectueuse.

Car non le vin n’est pas un  alcool comme un autre et, non le vin ce n’est pas qu’un alcool !

Il est navrant de voir qu’en France il se dépense trois fois plus d’argent pour lutter contre le Vin que pour le promouvoir ou le valoriser. Il faut redonner le goût du vin aux jeunes  avant que l’on ne soit obligé de créer une Semaine du Vin comme il existe une semaine du Goût dans les cantines scolaires une fois par an…

L’alchimie magique, des  terroirs, ou « climats » en ce qui concerne la Bourgogne,  que les pays du «Nouveau Monde » essayent de copier ou de reproduire mais sans jamais l’égaler.

Le benchmark français pour beaucoup de cépages, l’extraordinaire palette et mosaïque d’appellations, les bienfaits sur la santé liés à une consommation modérée et régulière, doivent pouvoir être explicités, promus et compris par nos consommateurs ou futurs consommateurs.

Enfin, n’oublions pas que le vin en France est générateur de balance commerciale  excédentaire,  que les exportations de vin représentent 10.5 milliards d’€ de chiffre d’affaires soit l’équivalent de 126 avions Rafales en 2011 !

Le vin à partir du moment où il est consommé, dégusté, apprécié, avec modération, est un plaisir, une émotion, un moment de partage et de convivialité, un langage international et une quête de tolérance et d’échange.

Si j’étais présidente, j’imposerais que du vin français soit systématiquement présent dans les dîners et réceptions et que les conseils des ministres ou toutes les négociations syndicales ou internationales se terminent autour du verre de l’amitié… par un verre de vin rouge,  blanc, rosé ou effervescent.

Tout un symbole !"

Comme disait Montaigne : «Versez leur du vin, ils vous feront de bonnes lois !»

Crédit photo: BIVB / Michel Joly et Monnier H

4 commentaire(s) pour cet article
  1. Antoine-Joseph Martindit :

    Amusant ce parti pris de L'ENTREPRISE (en capitale, hein, n'hésitons pas...). Pour cette élection, d'autre partis pris (LA JUSTICE, par exemple, ou LA LIBERTE, auraient pu être choisis, mais non : L'ENTREPRISE... Comme un credo. Amicalement, AJM

  2. Pascal DENISdit :

    Bravo Anne pour cette plaidoirie passionnée pour les vins de France dont tu es une des meilleures ouvrières et ambassadrices. Merci aussi pour la générosité de ton investissement personnel au service du Commerce ExtÉrieur de la France, qui a tant besoin de faire des émules . Au nom de tous les membres du Comité Bourgogne des CCEF qui t'embrassent ! Amitiés !

  3. Venner Yanndit :

    Bravo Madame Parent ! En plus vos vins sont excellents ! Avez-vous connu Raymond Cherreau, son entreprise rue de la Gare à Beaune ? Je suis le compagnon de sa fille Brigitte, malheureusement décédée le 29 janvier dernier. Elle me manque beaucoup ! Continuez à faire de bons vins. Je viens sur Beaune, rue Richard, de temps à autre ; grâce à Brigitte, ma muse, j'ai publié 2 romans sur le Vin : "Cocktail cruel" et "Les coccinelles du diable".

  4. FRAN "dit :

    Merci à TRACES ECRITES de mettre à notre disposition un "espace expression" Madame PARENT est une excellente ambassadrice du "bon vin". Il est clair qu'elle est passionnée par son métier, mais, elle n'expose aucun programme, n'émet aucune suggestion qui permettrait de sortir la France et les français du marasme actuel. C'est un peu "réducteur" Elle a tant de talent pour défendre ce à quoi elle tient, que cela aurait pu être "un grand programme" FRAN"

Commentez !

Combien font "3 plus 2" ?