Exemplaire d'un moteur CFM 56, dont les disques de turbines sont actuellement fabriqués au Creusot.
Exemplaire d'un moteur CFM 56, dont les disques de turbines sont actuellement fabriqués au Creusot.

AERONAUTIQUE. Le motoriste et équipementier aéronautique prépare l’industrialisation d’un nouveau moteur d’avion.

Il va investir 25 millions d'€ pour étendre de 4000 m2 et rééquiper son unité du Creusot (Saône-et-Loire), spécialisée dans les disques de turbines.

Opérationnel en 2017, ce développement se fera sans embauche.

Le syndicat FO souhaite qu’au moins 50% de cette nouvelle production demeure sur place, Safran faisant construire une usine dédiée en Chine.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Les 8000 disques de turbines d’avion fabriqués cette année sur le site Safran Snecma du Creusot (Saône-et-Loire) pourrait, selon les prévisions, atteindre le nombre de 8700 unités en 2014, puis 10 000 en 2017 et 12 000 à l’horizon 2020.

Cet accroissement de la production conduit le fabricant à investir 25 millions d’euros pour étendre de 4000 mètres carrés son unité, actuellement d'une superficie de 13 000 m2, et l’équiper de centres d’usinage de tournage, pointage et perçage entièrement automatisés.

Il est lié au lancement d’un nouveau moteur d’avion pour Boeing et Airbus, baptisé LEAP, dont 5000 exemplaires ont déjà été commandés et qui remplacera progressivement le CFM 56.

« Contrairement à ce dernier qui n’intègre que quatre étages de disques, le LEAP en possèdera, suivant les versions, cinq, voire sept, et nous travaillerons un nouveau matériau », explique un représentant du syndicat FO.

Selon le calendrier envisagé, les travaux d’agrandissement s’étaleront de 2014 à fin 2016 pour un démarrage de la production fin 2017.

Cette bonne nouvelle pour les 200 salariés de l’usine bourguignonne n’entraînera a priori aucune embauche.

L'unité Safran installée depuis 1987 dans la plaine des Riaux au Creusot.
L'unité Safran installée depuis 1987 dans la plaine des Riaux au Creusot.

Un groupe mondial

Force Ouvrière craint par ailleurs que le partage à terme de ce composant, avec une usine chinoise en cours de construction, n’affecte à terme les volumes produits au Creusot.

« Nous demandons qu’au moins 50% de la fabrication nous soient définitivement acquis pour pérenniser sur le long terme notre activité », souligne le syndicaliste.

Aucun membre de la direction de l'entreprise n'a pu se rendre disponible pour répondre à nos questions.

Le groupe Safran, né en 2005 de la fusion de Snecma et de Sagem, a réalisé un chiffre d’affaires de 13, 56 milliards d’€ en 2012, avec un résultat opérationnel de 1,471 milliards d’€. Il emploie 62 500 personnes dans le monde.

Lire aussi l’article de notre confrère Creusot Infos en cliquant ici

Crédit photos : Safran

Commentez !

Combien font "9 plus 9" ?