Le spécialiste des bâtiments modulaires sécurisés dispose depuis janvier d’un nouveau hall de production, de la même taille que le premier. Cet investissement lui a permis d’anticiper la reprise de son activité, effective depuis le début de l’année, mais incertaine pour 2022. Aussi, Modulo Protect cherche t-elle des débouchés à l’export, en priorité en Suisse.


Modulo Protect a profité de l’accalmie liée à la crise sanitaire pour doubler sa surface de production. Son principal marché, le secteur bancaire, a stoppé ses travaux de rénovation, explique Vivien Heim, le directeur général. Le fabricant de bâtiments modulaires sécurisés (chiffre d’affaires de 8 millions, 30 salariés) installé à Muttersholtz, près de Sélestat (Bas-Rhin), fournit en effet les guichets installés temporairement lorsque les agences bancaires entreprennent des travaux de rénovation. L’entreprise dispose d’un parc de 300 modules dédiés à ce marché, proposés à la location.

A côté de l’atelier historique de 2.000 m2, un nouveau hall de production, de 2.000 m2 lui aussi, équipé de ponts roulants, a été construit pour un montant de 2 millions d’€. Opérationnel depuis le mois de janvier, il tourne à plein régime car l’entreprise a son carnet de commande bien rempli. Elle prévoit d’ailleurs d’embaucher cinq personnes d’ici la fin de l’année. « Aujourd’hui le marché des banques redémarre, mais celaa mis du temps », confie Vivien Heim. 



 

bpest

 

Modulo Protect a également signé de nouveaux contrats dans l’autre partie de son activité, la fabrication sur mesure de modules sécurisés pour des sites industriels classés Seveso, le secteur des transports, de la sécurité, de la défense… Par exemple, elle a installé une guérite anti-effraction et pare-balles devant le Sénat à Paris, des bâtiments résistants aux explosions sur des sites pétrochimiques, des cabines de péage pour les autoroutes, des billetteries dans les gares, etc.

Actuellement, la SNCF lui fournit une grosse partie de son activité, grâce à l’appel d’offres remporté pour construire des bâtiments de postes d’aiguillage sécurisés pendant la réhabilitation des voies de chemin de fer, dans le cadre du projet Grand Paris Express.
Modulo Protect gère le chantier de A à Z : des fondations en passant par le génie civil, l’installation de l’alarme, de la climatisation… avec un réseau de sous-traitants et deux entreprises du petit groupe Heim (chiffre d’affaires de 80 millions d’€, 80 salariés) qu’elle forme avec trois autres sociétés : Métallerie Heim, Heim Chauffage et Modulo Solutions, et que préside Marc Heim, le père de Vivien.


Des projets de développement en Suisse

modulobanque
Le principal marché de Modulo Protect, en berne en 2020 : les guichets temporaires installés pendant les travaux des agences bancaires qu'elle propose à la location.


L’année 2021 s’annonce sous de bons augures, mais le dirigeant reste prudent. « Notre carnet de commandes est plein jusqu’à la fin de l’année, mais après nous n’avons pas trop de visibilité. Les chantiers dans le secteur de la pétrochimie ont été décalés en 2022 mais nous ne savons pas s’ils auront lieu début ou fin 2022 », prévient-il. De plus, la pénurie et la hausse des matières premières commencent à devenir problématiques. « Le prix de l’acier a doublé en six mois. Il faut l’expliquer aux clients. Certains le comprennent, d’autres moins… »


flandria



Aussi, l’entreprise cherche t-elle d’autres débouchés, notamment à l’export. Priorité est donnée à la Suisse, où les banques et les bâtiments sécurisés sont nombreux.
Elle a déjà livré des guérites sécurisées pour l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPL) à Genève et a travaillé avec de gros acteurs du BTP du pays. « Nous réfléchissons à nous implanter en Suisse ou à un recruter un commercial dédié à ce marché », annonce Vivien Heim. Un projet qui doit se concrétiser d’ici la fin 2021 ou début 2022.

Photos fournies par l'entreprise.

Commentez !

Combien font "8 plus 4" ?