SERVICE. L’entreprise de propreté de Mulhouse multiplie les distinctions pour ses actions dans le développement durable. Et ce n’est pas immérité.

Tous les trophées qu’elle a remportés, cette PME de Mulhouse (Haut-Rhin) pourrait à présent les rassembler dans un beau meuble vitré plutôt que de les laisser à l’air libre dans le bureau du dirigeant.

Pour le rendre propre, elle saurait faire…puisque l’entreprise en question s’appelle Regio Nettoyage.

Les dernières distinctions rendent le dirigeant Clément Heinrich légitimement fier. Le trophée Développement durable de la Fédération des entreprises de la propreté (FEP) marque la reconnaissance nationale de la profession.

Et cet automne, le trophée Idée Alsace couronne les multiples actions en faveur du développement durable. Face à la «concurrence» d’autres secteurs d’activités, le dossier a fait l’unanimité auprès du jury.

Il faut dire que Clément Heinrich met sans doute plus de convictions que d’autres à appliquer le fameux concept.

«Chimiste de formation dans les détergents, je suis bien placé pour connaître les poisons qui sont mis dans les produits de nettoyage de grande consommation dont les publicités vantent les mérites à longueur de journée. J’en ai fabriqué aussi… Ma prise de conscience date du film d’Al Gore : "Une vérité qui dérange". J’en suis sorti bouleversé et fort de la conviction qu’il fallait que je fasse quelque chose, à l’échelle de mon entreprise», explique t-il.

Nous sommes en 2007, Clément Heinrich vient de reprendre Regio Nettoyage et il décide de mettre l’entreprise au « vert ».

«J’ai commencé par n’utiliser que des produits écolabellisés. À l’époque, c’était la préhistoire, l’offre était très réduite. Pour éviter la suspicion d’un simple green-washing, nous avons tout de suite embrayé avec la réduction des émissions carbone au quotidien, et ce par tous les moyens possibles : ampoules basse consommation, limitation du nombre d’imprimantes, recyclage du papier, covoiturage, cofinancement d’abonnements de transports en commun, etc. Les quelque 50 tonnes annuelles C02 qui restent, nous les compensons auprès de l’organisme Geres/C02 Solidaire », décrit Clément Heinrich.

Une entreprise également humaniste

Regio Nettoyage poursuit sa démarche. À présent, son directeur œuvre à fabriquer en interne des produits «sains», à base de vinaigre, d’huiles essentielles, de savons. Autre axe : limiter l’usage de l’eau, par exemple avec un « ballet-réservoir » qui peut en stocker 600 millilitres.

Sur le volet social, l’action se focalise en particulier sur l’emploi handicapé, ce qui a valu à Regio Nettoyage un autre trophée, celui de la CCI Sud-Alsace-Mulhouse en 2010.

Les handicapés représentent 16 % des effectifs. «Au total, nous employons plus de 30 % de personnes qui rencontrent habituellement des difficultés d’accès à l’emploi», souligne le dirigeant.

Les plus de 50 ans sont au nombre de 24, sur un effectif de 102 salariés (soit 50 équivalents temps plein). Il y a quatre ans, cet effectif total n’était que de 16. Le chiffre d’affaires a suivi la même courbe de croissance pour atteindre 1,6 million d’€ en 2011, réalisé principalement auprès de syndics de copropriété, de maisons de retraite, du tertiaire ou de cabinets de soins.

À sa petite échelle, Regio Nettoyage démontre que le développement durable n’est pas incompatible avec la croissance.

Chez lui aussi, Clément Heinrich s’efforce d’en mettre les préceptes en pratique. Son bilan carbone comporte un point faible : le trajet domicile-travail entre Colmar et Mulhouse effectué en voiture à essence. Mais il songe à passer à l’électrique…

Crédit photo: Christian Robischon

Commentez !

Combien font "2 plus 5" ?