L'outil industrie d'Oxxo a été renouvelé à hauteur de 9 millions d'€ depuis l'an dernier.
L'outil industrie d'Oxxo a été renouvelé à hauteur de 9 millions d'€ depuis l'an dernier.

BATIMENT. Le numéro un français des portes et fenêtres en PVC pour le logement collectif a été placé, hier 5 février 2013, en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Mâcon, avec une période d’observation de 6 mois renouvelables.

Alors qu’il avait jusqu’à présent bien résisté à la précédente crise, le fabricant de Cluny (Saône-et-Loire), qui emploie 420 salariés, chute cette fois-ci pour un simple problème de trésorerie.

Ses assureurs crédit l’ont lâché pour quelques millions d’€, en sachant qu’il avait engrangé, avant de commencer son exercice  2013, pas moins de 46 millions d’€ de commandes fermes avec un outil industriel totalement renouvelé et des produits parfaitement aux normes.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

L’entreprise Oxxo (67 millions d’€ de chiffre d’affaires), implantée à Cluny (Saône-et-Loire), illustre à merveille ce qui s’appelle la frilosité du système financier français.

Auquel s’ajoute un manque de conscience morale, voire civique, qui risque rapidement de plomber cruellement des pans entiers de notre industrie sans aucun espoir de renouveau.

Car le leader français du marché de la menuiserie PVC (portes et fenêtres) dans le secteur du logement collectif, contraint aujourd’hui 5 février 2013 de déposer le bilan pour être placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Mâcon, est avant tout une entreprise saine.

Ses fonds propres ne pose aucun problème de sous capitalisation (environ 6 millions d'€), son carnet de commandes pour l’exercice 2013 atteint les 46 millions d’€ et l’outil industriel ne nécessite plus aucun investissement pour avoir été renouvelé à hauteur de 9 millions d’€ entre 2008 et 2012 (*).

En outre, ajoutons que son catalogue de produits répond parfaitement à la réglementation thermique (RT 2012) en vigueur, que son fournisseur de profilé PVC, l’Allemand Veka, n’est autre que numéro un mondial du secteur et, nous aurons presque tout dit.

Alors que dans les pays anglo-saxons, on se serait posé la question de savoir si cette entreprise représente un potentiel, possède un savoir-faire à préserver, s’inscrit en lettres d’or dans un secteur qui souffre aujourd’hui mais va rebondir demain ici, on coupe les vivres.

Car Oxxo (420 salariés) ne souffre que d’un simple problème de trésorerie, certes de quelques millions d’€ - sans doute moins de 5 millions - , mais rien d’autre.

Reprise par cinq cadres en 2008

De là à déposer le bilan, procédure publique qui, si elle gèle le passif, fait fuir fournisseurs et clients et empêche de répondre à des appels d’offres publiques, c’est tout un système économique qu’il faudrait revoir

Car le fabricant d’huisseries, laissée sans vision industrielle ni réelle stratégie commerciale lorsqu’elle appartenait au groupe Lapeyre (Saint-Gobain), revivait depuis avril 2008.

«Nous avons à cette époque été cinq cadres dirigeants, avec l’appui du fonds d’investissement Orium (ndlr : majoritaire), à avoir repris la société», explique Franck Rostand, le président du directoire. En faisant par ailleurs des émules, puisque plusieurs collaborateurs sont depuis devenus actionnaires.

Et la formule a payé ! De 67 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2007, Oxxo a atteint jusqu’à 75 millions en 2010 et bénéficiait d’une croissance de 2 à 3% par an. La création d’Oxxo Baies fin 2009 a, de plus, ouvert le champ de la diversification en touchant le marché du particulier.

Alors, bien sûr, l’entreprise a été affectée par la crise actuelle du marché de la construction et de la rénovation (30% de l’activité) du logement collectif (- 8%). Elle a été aussi impactée par la hausse du coût des matières premières (+10%).

L’éternel problème du crédit interentreprises la pénalisait également et, elle confesse par ailleurs des difficultés rencontrées sur certains chantiers.

Les représentants du personnel pointaient même du doigt des problèmes de gestion interne, dont "des malfaçons rencontrées et des recrutements inadéquats".

Cela suffit-il toutefois à hypothéquer gravement un avenir, certes difficile, mais qui, de toute façon s’éclaircira, le logement collectif étant à long terme un marché récurrent et logiquement porteur.

Oxxo est le numéro un français de la menuiserie PVC pour le logement collectif.
Oxxo est le numéro un français de la menuiserie PVC pour le logement collectif.

Un triste exemple à méditer, Oxxo espérant dorénavant trouver un repreneur.

(*) Treize nouvelles machines : soudeuses, ébavureuses, ficheuses, robots de débit, des lignes d’assemblage, dont une dédiée aux volets roulants.

Tous ces investissements s’inscrivaient dans une démarche de lean manufacturing (coût, délai, qualité) et d’amélioration constante de la productivité.

Crédit photo : Oxxo

6 commentaire(s) pour cet article
  1. Encore salariédit :

    De qui se moque t'on quand il est écrit qu'Oxxo tue les petits ? Vous produisez 40 menuiseries jour, alors que nous en faisons 600, croyez-vous que nous sommes sur le même marché alors que vous n'auriez même pas la capacité de faire une telle production ? De plus, Oxxo vend aussi des fournitures seules ainsi que des menuiseries pour les particuliers via des menuisiers. Méfions-nous de ceux qui racontent n'importe quoi. De plus Oxxo ne vend pas des fenêtres 40% moins chères que les autres, c'est plutôt le marché qui fait baisser les prix. Arrêtons de prendre les gens pour des c...

  2. Petit pvcistedit :

    Un joli article mais qui ne comporte que des contre vérités. Oxxo a tué le marche et maintenant le marche tué oxxo normal. Non il ne manque que de la trésorerie, il manque de la vision stratégique, il manque de l'engagement, il manqe de la compétence, il manque de la culture du bâtiment. A voir faire du bâtiment sans en avoir les compétences et les capacités, vous ne récoltez ici que ce que vous méritez. Oui, les petit pvcistes que vous méprisez tant sont heureux de vous voir déposer le bilan, ils sont heureux de pouvoir démontrer que le monde du bâtiment peut vivre dans des incompétents et improductifs comme Oxxo. Vous avez voulu tuer le PVC comme vous avez tué la menuiserie bois. Votre seule plonge est toujours plus mais surtout toujours moins cher. Voilà le résultat certes triste pour les salariés, mais combien de petits avez Oxxo pousse au dépôt de bilan aujourd'hui, ce n'est que juste retour des choses. Un petit pvciste qui veut démontrer qu'avec 40 châssis jour on peut exister.

  3. Ancien salariédit :

    Dommage mais tellement prévisible, une direction incompétente (pour info en 1 an, départ du directeur commercial, du DRH, du responsable achat, du directeur financier, de commerciaux, de chefs d'agence...). Des responsables qui restent, des produits qui sortent avec des défauts, des prix incohérents, une mauvaise gestion des dépenses. Saint-Gobain via Lapeyre (NDLR : l'ancien propriétaire) avait compris beaucoup de choses. J'espère sincèrement qu'Oxxo va être repris pour les salariés, les vrais. L'entreprise a encore de l'avenir, il suffit qu'elle soit reprise par des connaisseurs du marché et qu'ils n'aient pas peur de faire du ménage et de remonter le moral aux autres. Signé un ancien salarié.

  4. marcodit :

    VENDRE DE LA MENUISERIE PVC 40% MOINS CHER QUE LA CONCURRENCE DE TRÈS MAUVAISE QUALITÉ, CELA MÈME DROIT AU DÉPÔT DE BILAN.

  5. Didier Huguedit :

    Dans le cas présent, les banques ne sont pas responsables. Ceux qui n'ont pas suivi sont les assureurs crédit.

  6. Papou9dit :

    Donnez les noms des banques, c'est un vrai scandale ! Mais que fait Montebourg ?

Commentez !

Combien font "5 plus 1" ?