ADHESIFS. Le premier concepteur et fabricant français d’adhésifs technologiques s’est offert pour 12 millions d’€ un équipement d’enduction hors normes qui triple ses capacités de fabrication et booste de 25% sa productivité.

Son inauguration, samedi 29 septembre 2012, coïncidait avec les 60 ans de l’entreprise, fêtés avec les anciens, les salariés et leur famille.

Roland de la Brosse la dirige avec un actionnaire de référence qui sait lui faire confiance : Jacques Lepage, président du groupe Bourgogne Développement Industrie (BDI).

Positionnez votre curseur sur les photos pour lire les légendes et cliquez dessus pour les agrandir.

Il aura fallu construire un bâtiment de 2 500 mètres carrés sous atmosphère contrôlée pour loger le dernier-né des équipements Plasto qu’est venu inaugurer, samedi 29 septembre à Chenôve (Côte-d’Or), tout le gratin politique et administratif dijonnais.

Il s’agit  d’un tunnel d’enduction géant de 56 mètres de long (*). Baptisé Adhex, il pèse 230 tonnes, offre une capacité annuelle de 50 millions de mètres carrés, soit trois fois plus que précédemment, et bénéficie d’une vitesse de 300 mètres par minute. Il aura coûté, immobilier inclus, la modique somme de 12 millions d’€.

«Nous pouvons imprimer, laminer, combiner plusieurs productions simultanément et enduire des adhésifs sans solvant, dit à émulsion réticulisée. C’est un petit bijou d’efficacité et je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de machines de ce type en fonctionnement dans le monde», explique Roland de la Brosse, le directeur général de Plasto.

Grâce à ce gros bébé, le numéro un français des adhésifs, principalement pour l’automobile et la santé, accentuera d’autant plus serein son positionnement sur de nouveaux marchés.

L’un de ceux qui s’avèrent porteurs en ce moment relève du secteur de la construction et tout spécialement des normes environnementales imposées comme la réglementation thermique (RT) 2012.

«La suppression de la taxe professionnelle favorise les investissements lourds de cette nature, car la contribution économique territoriale qui s’y substitue ne pénalise pas autant les biens d’équipement», appuie avec force Jacques Lepage, président de Bourgogne Développement Industrie (BDI), l'actionnaire de référence de Plasto (**).

Ce développement s’intègre à une forte stratégie de croissance qui vise à accroître l’activité en France de 5 et 7% et de près de 20% à l’étranger.

Reprise en 2003 à l’ex-groupe pharmaceutique Fournier, aujourd’hui disparu, Plasto (60 millions d’€ de chiffre d’affaires, 470 personnes, dont 350 à Dijon) ne cesse d’investir, non seulement dans son outil industriel, mais également en R&D.

Cette dernière atteint suivant les années 7 à 8% % du chiffre d’affaires (4,32 millions d’€ de budget en 2012).

L’entreprise exploite trois filiales de production à l’étranger : en Espagne, au Brésil et en Slovaquie. Elle est également présente commercialement aux Etats-Unis et en Chine.

Bourgogne Développement Industrie (BDI), son holding de contrôle (110 millions d’€ de chiffre d’affaires), possède aussi à Bernay, dans l’Eure, la société Ceisa, producteur de films rétractables pour le suremballage de bouteilles.

(*) Il aura fallu pas moins de 66 camions et 4 convois exceptionnels pour le transporter de Suisse.

(**) Il en aurait coûté à Plasto 300 000 € par an avec la taxe professionnelle.

Relire aussi les articles de Traces Ecrites News sur Plasto : Plasto décolle avec ses adhesifs intelligents et Plasto investit 20 millions d'€ dans ses usines

Crédit photo: Traces Ecrites et Plasto

Commentez !

Combien font "3 plus 8" ?