NOUVELLE ÉCONOMIE/BOURGOGNE. Phénomène actuel de la nouvelle économie et énorme potentiel de croissance, les objets connectés se détachent plus particulièrement dans trois domaines au sein de la filière numérique en Bourgogne.

Micro-portraits de quatre spécialistes .

 

Phénomène actuel de la nouvelle économie et énorme potentiel de croissance, les objets connectés se détachent plus particulièrement dans trois domaines au sein de la filière numérique en Bourgogne (770 entreprises, 4000 salariés, plus de 700 millions d’€ d’activité), que fédère l’association Bourgogne Numérique.

La domotique, avec le cluster GA2B qui multiplie avec ses 60 adhérents, les développements pour mieux gérer les bâtiments, en termes de sécurité, de maintien à domicile et d’efficacité énergétique.

La santé cristallise aussi des vocations. Au point de susciter les 4 et 5 novembre prochain à Dijon, la tenue du premier colloque « Objets connectés et applications de Santé », grâce à des leaders comme Proteor (orthopédie) ou le groupe CEN (études d’évaluation). 

Enfin, la gestion commerciale et le Web marketing favorisent l’émergence de spécialistes, parmi lesquels Digitapp ou encore Mister Harry.

 

Micro-portraits de quatre spécialistes :

 

• Imeji connecte les affiches de cinéma.

 

 afficheconnectee

 

L’atavisme a pleinement joué pour Nicolas Menuel dont les parents oeuvrent dans l’informatique depuis les années 80. Lancée à Dijon début 2003, Imeji (7 salariés, 350 000 € de chiffre d’affaires), société familiale dont il est le gérant, réalise des installations, scénarise différents usages pour la domotique et arrive jusqu’à connecter les affiches de cinéma.

Grâce à la technologie NFC (communication dans un champ proche), une puce insérée dans l’affiche permet à un téléphone mobile, que l’on pose quelques instants dessus, de télécharger la bande annonce et la liste des salles qui diffusent le film. Du cinéma 2.0

 

exercice_illegal_boucle

 

• Sweepin informe des promotions commerciales.

 

sweepin

 

Créée en début d’année par Johan Jegard et quatre associés au sein de la Maison régionale de l’innovation de Dijon, Sweepin propose du marketing géolocalisé.

En installant des balises iBeacon à l’intérieur d’un espace ouvert au public : magasins, musées…, on peut envoyer des informations directement sur les téléphones portables. Il suffit que l’utilisateur du mobile télécharge une application et la plate-forme d’administration de l’entreprise réveille automatiquement le téléphone dès qu’il croise une balise.

Les commerçants apprécient le système qui peut déclencher un réflexe d’achat immédiat.

 

• Fort potentiel de croissance pour CEN Biotech.

 

cen_2

 

L’une des trois sociétés dijonnaises du professeur François-André Allaert, dédiée à l’évaluation des futurs médicaments et dispositifs médicaux (12 salariés, 1,7 million d’€ de chiffre d’affaires), multiplie les études sur les objets connectés. « C’est un marché à fort potentiel car la santé connectée est l’avenir de la médecine », indique le dirigeant.

D’où le travail d’évaluation clinique conduit par CEN Biotech pour s’assurer de leur parfaite fiabilité afin de les rendre reproductibles et reconnus en tant que dispositifs médicaux. L’espoir de nombreux concepteurs et fabricants…, si l’assurance maladie leur ouvre ensuite droit à remboursement.

 

banquepopulaire

 

•Trio2sys rend connectable tous les bâtiments.

 

triosys
©Traces Ecrites.

 

Dominique Girard, l’un des membres fondateurs du cluster GA2B, pour gestion active du bâtiment, est capable de rendre n’importe quel immeuble très facile à vivre.

Trio2sys (6 personnes, 600 000 € de chiffre d’affaires), née en 2010 à Flavignerot (Côte-d’Or), réalise toutes sortes de capteurs qui, une fois connectés à une source : chauffage, ouvertures, éclairage…, assurent de multiples fonctions.

Il peut même gérer à distance un site éloigné comme une aire de stockage ou une étable. « Il suffit de le monitorer et l’on gagne un temps précieux », indique-t-il.

 

Pour en savoir beaucoup plus sur les objets connectés en France, consultez le n°3440 de l'Usine Nouvelle (semaine du 15 au 21 octobre 2015).

 

Commentez !

Combien font "6 plus 3" ?