Quelques mois après la livraison, en ce début 2020, du village numérique KM0, ce sont 600 personnes, étudiants, formateurs et collaborateurs d’environ 40 entreprises qui sont réunis dans les anciens ateliers mécaniques du quartier de la Fonderie à Mulhouse (Haut-Rhin). Découverte de quatre des locataires.


Le KM0 fait le plein dans le quartier de la Fonderie à Mulhouse (Haut-Rhin). Le très attendu projet, qualifié de « village numérique » pour faire bouillir la marmite de l’économie du XXIème siècle dans une usine du XIXème, a suscité le répondant qu’en espéraient ses initiateurs. « Dans les surfaces aujourd’hui disponibles, il ne reste que deux bureaux vides », relate Patrick Rein.
 L’entrepreneur mulhousien savoure le chemin parcouru.
Voilà bientôt dix ans qu’avec une poignée de pairs, il a lancé l’idée de ce projet, inspiré de l’esprit du capitalisme mulhousien qui fit les beaux jours de la ville durant la Révolution industrielle. À l’heure de la prise des lieux par ses locataires, ils sont cinq : Patrick Rein, Olivier Zeller le fondateur de Première place, l’universitaire Gérald Cohen, l’architecte Guillaume Delemazure et l’expert-comptable Michel Lévy, à avoir constitué la société dédiée au KM0, sous le nom sans équivoque d’Industrie & Numérique. En cours de route, ils ont été rejoints par le Crédit agricole Alsace-Vosges et la Caisse des dépôts qui ont pris à eux deux 49 % du capital de la société porteuse, la SAS KM0 (*).

 

bpalc


Quelques mois après la livraison, en ce début 2020, ce sont 600 personnes, étudiants, formateurs et collaborateurs d’environ 40 entreprises qui sont réunis dans ces anciens ateliers mécaniques. « Comme cela était notre objectif, le KM0 fait se côtoyer des opérateurs de l’industrie venus ici pour accélérer leur appropriation du digital, des sociétés  du numérique travaillant pour ce type de clientèle, des start-up et les structures qui les accompagnent et les hébergent  – un « Village by CA » du Crédit agricole, l’incubateur Semia – ainsi qu’un pôle formation varié », liste Gérald Cohen : une antenne du CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) et de l’école informatique Epitech, l’école des métiers du drone en préparation, etc.
Tout ce beau monde ne fait pas que se côtoyer en s’ignorant. Il est entré en dialogue pour susciter des collaborations nouvelles. Petit tour d’horizon d’un échantillon de locataires.

• Nartex, Antoine Harlin, chef de projets

nartex
Antoine Harlin (debout) souligne l'intérêt « des décloisonnements entre les mondes de l'industrie et du numérique. »

« Créée il y a dix ans par son actuel dirigeant Joël Bohrer, Nartex est une spécialiste du développement d’applications. Venir ici était alors relativement naturel, le concept du KM0 nous a attirés… ainsi que les bas tarifs de location, dans le contexte où nous cherchions à grandir par rapport à l’implantation d’origine en centre-ville. Nous sommes neuf et menons des recrutements pour arriver à 15 en fin d’année. L’intérêt du KM0, c’est bien sûr les décloisonnements entre les mondes de l’industrie et du numérique qu’il permet. Nous avons ainsi découvert des sujets de développement communs avec notre voisin Sauter. »

 crri

 

Stéphane Marcinak, président de Sauter Regulation SAS

« Notre groupe, spécialiste de la régulation de l’énergie et de la gestion technique des bâtiments, est entré en pleine phase de digitalisation de son offre de services et de process, et notre calendrier pour passer à l’ère du cloud était l’année 2019, celle où le KM0 a proposé des surfaces. Ce bâtiment s’est imposé à nous comme une vitrine de notre mutation. Nous y avons logé la direction France de l’OEM (Original Equipment Manufacturer), activité en pleine croissance : de 5 % du chiffre d’affaires de Sauter France en 2010, sa part est passée à 11 % aujourd’hui et la perspective est d’arriver à 25 %. Nous comptons pour l’heure 21 salariés sur place. La localisation proche de la gare nous a aidés à attirer de nouveaux profils, par rapport à la précédente implantation mulhousienne en périphérie. Nous avons prévu de renforcer l’implantation au KM0, par l’occupation de modules au sein des « sheds » [ la partie du site en forme de grande halle qu’il reste à réaménager, NDLR ]. Nous avons identifié dans le Village by CA une société partenaire potentielle dans le domaine des espaces collaboratifs, et nous avons déjà confié une prestation à Nartex.  »



 
• Eiffage Energie Systèmes - Clemessy, Jean-Louis Haller, chef de projet innovation numérique

hallerclemessy
Jean-Louis Haller dirige en quelque sorte une start-up au sein de Eiffage Energie Systèmes dont Clemessy est la marque. © Traces Ecrites

« Le président de notre société siège au « Club des locomotives »  [groupement d’entreprises proposant leur collaboration pour développer l’activité du KM0, NDLR ] et ce bâtiment représentait une belle opportunité pour accroître la visibilité de l’entreprise en matière de numérisation, de surcroît à Mulhouse, fief de l’entreprise. Nous y avons installé l’équipe de transformation digitale (5 personnes), dans le contexte de l’explosion à la fois des volumes des données et de la puissance de calcul des ordinateurs pour augmenter l’information, et notamment celle qui est cachée, ce qu’on appelle le data-mining.
Nous sommes, quelque part, une start’up au sein de notre propre entreprise. Nous développons ici, notamment, une solution de collecte de données qui nous fait entrer dans le domaine de la maintenance prescriptive, nouvelle étape après la maintenance prédictive. Concrètement, ce sont des outils pour la maintenance d’ouvrages d’art, d’aide à l’exploitation de lignes de transport public, ou de contrôle d’aspect sur des lignes de laminage métallique. Nous avons repéré des voisins au KM0 avec lesquels des collaborations sont possibles. 
»



groupepm


• KonexUp, Xavier-Noël Cullmann, dirigeant

konex
Xavier-Noël Cullmann dirige l'entité digitale du groupe de conseil RH Pro Evolution. © Traces Ecrites

« Venir au KM0 relevait pour nous de la logique : nous sommes une nouvelle société, créée en tant qu’entité digitale du groupe de conseil RH Pro Evolution, ayant pour but de faire entrer en résonance l’humain et le digital, par l’accompagnement de SSI, start-up et entreprises classiques dans leur transformation digitale sous l’angle de leurs implications RH. Notre premier client est d’ailleurs une start-up du Village by CA.  Les contacts avec des sociétés du KM0 comme Nartex, ou Première place, le spécialise du référencement, sont naturels. Le lieu est parfait pour le réseautage. »

(*) Le KM0 est ainsi dénommé en clin d’œil au « kilomètre zéro », le point de départ de l’une des premières lignes ferroviaires de France qui se situait au même endroit au XIXème siècle.

Commentez !

Combien font "7 plus 9" ?