Près de 4 000 m2 au sol pour ce bâtiment répondant aux normes HQE. ©E&F Architect.
Près de 4 000 m2 au sol pour ce bâtiment répondant aux normes HQE. ©E&F Architect.

VIN.  A la fois cuverie et centre de pressurage, le nouvel outil industriel de la célèbre maison de champagne à Gyé-sur-Seine (Aube) sera opérationnel pour les vendanges de 2015.

La construction pour 15 millions d’€ d'un second centre de production dédié au champagne rosé répond à l’accroissement de la demande des consommateurs.

Au maximum de sa capacité, il pourra produire l’équivalent de quatre millions de bouteilles.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Les travaux de terrassement ont démarré en novembre 2013. Autant dire que Moët & Chandon se donne de la marge pour mettre au point un équipement qui entrera en service à l’automne 2015.

Fabriquer du champagne rosé est en effet plus long, plus exigeant et plus complexe que  le champagne blanc traditionnel. « Le raisin doit être encore de meilleure qualité, plus mûr, avec beaucoup de sucre, une couleur régulière et un état sanitaire remarquable », explique Christophe Bonnefond, directeur des opérations œnologie de Moët & Chandon et, par ailleurs, chef de cave du champagne Mercier.

Le Val du Clos - nom de ce nouveau centre d’élaboration de vin de Champagne, implanté à Gyé-sur-Seine (Aube), est le second du négociant marnais dédié au rosé, après celui d’Epernay.

Adepte des circuits courts, Moët a voulu se rapprocher de l’un de ses bassins d’approvisionnement, en l’occurrence la Côte des Bar dans l’Aube. En réduisant le temps de transport du raisin, l’opérateur raccourcira les délais entre la cueillette et le pressurage du précieux pinot noir.

C’est ce cépage à la peau foncée qui, assemblé à des cépages blancs (chardonnay, pinot meunier), dans la proportion d’un cinquième environ, apporte sa couleur rouge au breuvage. Un rouge plus ou moins foncé selon le temps passé par le jus de raisin à macérer avec ses baies (la peau).

Christophe Bonnefond, directeur des opérations œnologie de Moët & Chandon.
Christophe Bonnefond, directeur des opérations œnologie.
Photo: Moët et Chandon.

Chauffé à 70°

« Deux procédés différents seront employés, précise Christophe Bonnefond :  la macération traditionnelle et la thermomacération, qui consiste à chauffer à une température de 70° le jus et les baies pour en extraire tous les arômes de fruits rouges. »

Doté de trois pressoirs de 8 000 kg chacun et de plus de 80 cuves en inox, le centre de Gyé-sur-Seine sera adossé à environ 120 hectares de vignes.

Une vingtaine appartient en propre à la maison, le reste est la propriété de vignerons sous contrat.

Sa capacité de production atteindra 6 000 hectolitres de vin rouge tranquille. Ce qui correspond à 100 tonnes de raisins.

Moët & Chandon investit 15 millions d’€ dans son nouveau centre aubois, son septième en tout. Le bâtiment s’étendra sur près de 4 000 m2 au sol sur un terrain de 7 hectares.

Conçu par le cabinet d’architectes troyen Hervé Elleni & Bernard Figiel, il est édifié à flanc de coteau, sur deux niveaux, et semi-enterré pour diminuer son impact sur le paysage.

Une tendance de fond

Répondant aux normes HQE (Haute qualité environnementale), il est en partie construit en pierre de Bourgogne provenant de la carrière de Massangis dans l’Yonne, et en menuiserie métallique percée de larges baies vitrées.

Un bâtiment très qualitatif, donc, sur le plan visuel, et très développement durable, bien dans la philosophie environnementaliste de Moët & Chandon.

La maison d’Epernay (Marne) poursuit ainsi son expansion, en surfant sur la vague du champagne rosé. « Ce n’est plus un effet de mode, mais une tendance de fond, souligne Christophe Bonnefond. Le champagne rosé représente aujourd’hui entre 8 et 10 % de notre production, un chiffre qui a doublé en dix ans. »

Une des caves d'Epernay du producteur de champagne, ouverte à la visite. (Photo Moët & Chandon)
Une des caves d'Epernay du producteur de champagne, ouverte à la visite. (Photo Moët & Chandon)

Qui est Moët & Chandon ?

La plus grosse maison de champagne de la Champagne, Moët & Chandon appartient au leader mondial du luxe, le groupe LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy). Au sein du groupe et de sa branche vins et spiritueux, elle forme l’entité Moët Hennessy Champagne Services (MHCS) avec les champagnes Krug, Mercier, Ruinart et Veuve Clicquot Ponsardin.

Plus gros opérateur champenois, plus gros exportateur de la région, la « grande maison » fondée en 1743 n’est pas très diserte sur ses chiffres. Elle refuse notamment de fournir des indicateurs économiques sur son activité.

Aussi est-ce sous toutes réserves que nous communiquons à nos lecteurs les quelques données ci-après : 1,3 milliard d’€ de chiffre d’affaires en 2013 ; 32 millions de bouteilles produites par an ; 1 300 salariés ; 1 150 ha de vignes en propre et 3 000 ha sous contrats d’approvisionnement avec le vignoble.

Commentez !

Combien font "6 plus 5" ?