Pose des panneaux d'isolation thermique par l'extérieur.
Pose des panneaux d'isolation thermique par l'extérieur.

BATIMENT. Fabricant d'isolants de façades, Myral réintègre l'ensemble des phases de fabrication de ses produits,  à l'occasion du lancement d'une nouvelle gamme plus performante et plus simple à mettre en oeuvre.

L'industriel d'Is-sur-Tille (Côte-d'Or) investit plus 4 millions d'€ dans une nouvelle ligne de fabrication et une extrudeuse.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Nul n'est prophète en son pays. Fabricant d'isolants thermiques par l'extérieur, Myral (12 millions d'€ de chiffre d'affaires, 50 salariés), basé à Is-sur-Tille (Côte-d'Or), compte peu de chantiers en Bourgogne. Ce qui ne l'empêche pas de pérenniser son outil de production avec un investissement de 4,3 millions d'€.

En juin prochain, l'entreprise aura "réinternalisé" la fabrication des composants des bardages et vêtures pour isoler les façades des bâtiments.

Fixés mécaniquement sur les parois en béton, les panneaux d'habillage des façades sont constitués d'une isolation en polyuréthane de haute densité (60 kg/m2) revêtue d'une peau de finition en aluminium recouverte d'une laque cuite au four et d'un pare-vapeur.

Breveté depuis une dizaine d'années, ce système fait l'objet d'améliorations soutenues par Oséo qui justifient l'implantation d'une 2ème ligne de production entièrement automatisée ainsi que d'une extrudeuse.

Celle-ci permettra de fabriquer sur place les profils en PVC qui servent de jointure entre l'isolant et la surface d'habillage. « Cette fixation spécifique garantit l'étanchéité de l'enveloppe du bâtiment et assure une plus grande résistance à l'arrachement », indique Sylvain Bonnot, le P-DG de Myral.

Une démarche de développement durable rejoint les préoccupations techniques.

Le PVC est sous-traité dans la vallée de la plasturgie, à Oyonnax (Ain), alors que les compounds (granulés qui sont la matière première du PVC) proviennent de Solvay Benvic à Chevigny-Saint-Sauveur, près de Dijon.

« Les faire voyager pour revenir sous forme de barres à découper ne favorisait pas notre bilan carbone », affirme le chef d'entreprise. Les opérateurs partiront se former à ce nouveau métier en septembre.

Sylvain Bonnot, P-DG a pris la succession de son père en 1997.
Sylvain Bonnot, P-DG a pris la succession de son père en 1997.

Une part significative du marché

Conçue avec l'aide technique du centre d'études des industries mécaniques (Cetim) et de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), la nouvelle ligne opérationnelle en juin 2014 apporte pour sa part un gain de productivité et satisfait une amélioration technique de l'isolant en polyuréthane.

Il comprendra une part de matériau biosourcé : « cela permet d'alléger le poids de l'isolant, ce qui facilite sa mise en oeuvre et d'améliorer considérablement sa tenue au feu», précise le dirigeant.

Les couches d'isolant peuvent en conséquence être superposées pour améliorer le coefficient thermique.

Grâce à ce nouveau process, Myral (2000 chantiers par an, 150 000 m2 de revêtements) compte prendre une part significative du marché de l'isolation thermique par l'extérieur, qui a explosé ces dernières années.

Avec une progression de 20% estimée d'ici à 2020 (source : TBC Innovation), Myral prévoit de porter son chiffre d'affaires à 14 millions d'€ en 2016.

Cet investissement illustre l'ancrage de la PME familiale dans le monde industriel. Elle a toutefois gardé une part de son métier d'origine : la pose de revêtement de façade.

Trois filiales, à Paris, Bordeaux et en Bourgogne exercent toujours ce métier pour le marché des particuliers qui représentent la moitié de son chiffre d'affaires, en direct ou par un réseau de 20 artisans.

L'autre moitié provient de contrats décrochés par l'intermédiaire de prescripteurs pour les marchés de l'immobilier de bureaux et des équipements publics, ainsi qu'à l'export, notamment en Allemagne.

L'usine de Myral à Is-sur-Tille.
L'usine de Myral à Is-sur-Tille.

Une fois n'est pas coutume : lors de l'annonce de cet investissement jeudi 30 mai à la CCI de Dijon, l'industriel a remercié ses banquiers, en plus des services consulaires qui l'ont assisté dans le montage des dossiers de prêts et de subventions auprès du conseil régional de Bourgogne, de Bourgogne Innovation et d'Oséo.

Photos : Myral.

               

Commentez !

Combien font "9 plus 5" ?