USINAGE. Modeste, Jean-Marie Wenzinger. Le président-fondateur de MPM Proceptis fait partie de ceux qui ne la ramènent pas, adversaire déclaré de la science infus.

Le parcours de son entreprise, sans être faramineux, pourrait l’inciter à davantage bomber le torse.

Sans grand bruit, la PME de 38 salariés, implantée à Mulhouse (Haut-Rhin), est devenue la plus grosse dans l’usinage de précision en Sud-Alsace.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

«Notre savoir-faire, nous l’avons acquis dans l’usinage à façon, il nous rend aujourd’hui capable de fabriquer des grosses pièces jusqu’à 5 mètres de long», souligne Jean-Marie Wenzinger.

Cette maîtrise des grandes tailles fait le bonheur de clients poids lourds du Grand Est, en premier lieu Liebherr (matériel de travaux publics) à Colmar, mais aussi de celui de confrères qui viennent confier des commandes de pièces de grande dimension à ses ateliers installés au parc d’activités des Collines, dont MPM fut une pionnière en 1999.

L’activité se déploie notamment vers la cryogénie, la chimie, le textile, les machines spéciales.

Patiemment bâtie en un peu plus de dix ans, cette réussite a incité le dirigeant à s’enhardir : en 2009, la Mécanique de Précision mulhousienne (MPM) a racheté son client local Proceptis Perrotin, fabricant de machines pour l’industrie minière et extractive.

Elle a donc ajouté à sa palette une spécialité qui prend la forme de gros tambours, débourbeurs, cribles, tubes laveurs, agglomérateurs de minerais...

Représentant près de 20 % du chiffre d’affaires l’an dernier, la nouvelle division diversifie aussi la géographie du portefeuille clients : elle mène la PME dans des territoires aussi exotiques que le Niger - dans les mines d’uranium d’Areva -, la Mongolie pour l’extraction de minerais, les phosphates du Maroc, ou le Soudan.

La jeunesse, l'avenir de nos entreprises

La diversification a contribué au rebond après la chute de 30 % de chiffre d'affaires en 2009. «C’était la troisième crise que j’ai vécue comme dirigeant, ce fut la plus sévère», reconnaît Jean-Marie Wenzinger.

L’exercice 2010 a permis d’en effacer l’effet, avant une nouvelle hausse de 30 % en 2011 qui a porté le chiffre d’affaires à 4,7 millions d’€.

Pour perpétuer ce savoir-faire, MPM Proceptis mise sur l’apprentissage.

Son dirigeant s’en déclare un «fervent partisan». Ce qu’il met en pratique par la signature de deux contrats par an en moyenne et des embauches qui remplacent les départs en retraite.

Parti d’un CAP, le senior Jean-Marie Wenzinger dresse un vibrant plaidoyer pour les générations suivantes, en contraste avec le discours ambiant.

«Je m’inscris en faux contre l’idée que les jeunes d’aujourd’hui sont moins bien qu’avant. On peut parfois se tromper, mais l’expérience d’ensemble montre qu’il en reste beaucoup de très bons, motivés. Croyons en la jeunesse ! Elle est notre avenir de nos entreprises», argumente t-il.

Photos: Christian Robischon

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Mailhes dit :

    Bonjour je suis sculpteur en art et déco je rachète les chutes ou des copeaux non ferreux merci de me contacter au 0662880895 cordialement Mr mailhes

Commentez !

Combien font "5 plus 5" ?