Tradition. Un sapin de Noël sur quatre qui trônera dans quelques jours dans les foyers français provient du Morvan.

Depuis 4 ans, ceux de l'Elysée viennent aussi du massif montagneux bourguignon.

Leader national de ce marché, le Morvan produit un million de sapins sur les 5 millions vendus en moyenne chaque année en France.

Viennent ensuite la Bretagne et le Rhône. Le Jura et les Vosges développent une production marginale.

Question de culture : le sapin de Noël n'est pas une activité forestière, mais agricole. Finie la cueillette sauvage d'autrefois, d'ailleurs réprimandée.

Etendue sur 1500 hectares, la culture en Morvan est l'affaire de 150 producteurs dont une trentaine cultivent plus de 20 ha. Le plus gros d'entre eux est l'entreprise Naudet Sapins de Noël, à Leuglay (Côte-d'Or) qui produit 400 000 arbres par an sur 450 ha.

Les sapins sont semés en pépinières. Au bout de 2 ans, le jeune plan d'une quinzaine de centimètres est repiqué en plein terre. Selon la taille désirée, il faut ensuite environ 5 ans de croissance.

La majorité sont des Nordmann, espèce originaire du Caucase qui s'est bien adaptée au sol granitique du Morvan.

Préféré des consommateurs car il ne perd pas ses aiguilles, elle a détrôné la variété européenne plus odorante, mais moins résistante à la chaleur des intérieurs.

Un chiffre d'affaires de 35 millions d'euros pour le Morvan

Le sapin de Noël ne connaît pas la crise. «C'est un achat exceptionnel auquel on ne renonce pas», justifie Frédéric Naudet, président de l'association française du sapin de Noël naturel (AFSNN) qui rassemble 75 producteurs.

La moitié des ventes portent sur des arbres entre 1 m et 1,5 m. Le prix moyen cette année s'établit à 14,40 € pour l'épicéa, contre 35 €  pour le Nordmann.

Les ventes 2009 se sont élevées à 118 millions d'euros. 75% sont le fruit d'un culture française. On estime à environ 35 millions d'euros le chiffre d'affaires généré par la production morvandelle.

«Il importe que le consommateur s'informe de la provenance du sapin, la grande distribution joue le jeu en affichant l'origine, ce qui n'est pas le cas des vendeurs en bord de routes qui vendent souvent du sapin d'importation», indique Frédéric Naudet.

En effervescence depuis un mois et demi avec le renfort de saisonniers, pour beaucoup d'Europe de l'Est, le massif du Morvan retrouve peu à peu son calme en cette veille de Noël.

Ecouter la chanson "Mon beau sapin" : www.annuaire-enfants-kibodio.com/paroles-chansons/mon-beau-sapin.html

Lire aussi : "Mon beau sapin, roi du Morvan" dans Bourgogne Magazine, décembre 2010 (en kiosque, 6 €) : voir un aperçu sur www.journaux.fr/bourgogne-magazine_voyage-tourisme-nature_art-et-culture_141666.html

2 commentaire(s) pour cet article
  1. FRAN" Bib de Belleneuvedit :

    Bonjour Christiane ! Je découvre, enfin grâce à LA GAZETTE "VIP", les réponses sur lesquelles je me perdais en conjectures Tu es JOURNALISTE !!!!!! un rêve de jeunesse mais qui me taraude tjrs. Avec ton ad. Internet, j'ai pu prendre connaissance de tes articles ainsi que ceux de tes collaborateurs. Ce fût un réel plaisir & je ne vais pas manquer de consulter votre page le + souvent possible. Je suis ravie de te retrouver dans ces conditions Une "future bonne lectrice "de votre lettre d'information FRAN" ( la rangeuse professionnelle) de la Bibli de BELLENEUVE

  2. guy.gillotdit :

    Article...réjouissant pcq d'une sympathique actualité ! En plus infos trés intéressantes pour signaler le dynamisme de l'Entreprise NAUDET et préciser que Frédéric NAUDET, CGPME notoire de BOURGOGNE, est Président National de l'Association Française du Sapin de Noël Naturel.

Commentez !

Combien font "7 plus 4" ?