OPTIQUE/DOUBS. Dévoilé en septembre 2015, le patch souple développé par la start-up bisontine pourrait connaître de nombreuses applications.
La première devrait être pour une chaussure connectée, capable de transmettre des informations à son utilisateur et autonome en énergie. Les secteurs de l’automobile, du biomédical et de l’horlogerie sont également intéressés.

Crystal Device Technology qui s’apprête à déménager pour mieux intégrer l’activité mise en forme des matériaux, est aujourd’hui en recherche de financements.

 

crystalproduits
La première application du patch souple de Crystal Device devrait être pour une chaussure connectée.

 

Début 2012, lorsque Traces Ecrites News avait rencontré Marc Bouvrot-Parratte, jeune docteur en physique optique et photonique, Crystal Device Technology était encore sous la protection de l’incubateur de Franche-Comté hébergé par Temis Innovation, à Besançon, et préparait sa sortie du dispositif pour intégrer l’hôtel d’entreprises, dans le même bâtiment.

 

Spécialisée dans la conception et la réalisation de composants à partir de matériaux intelligents, qui convertissent les signaux électriques en informations optiques, la start-up créée en juin 2011 misait alors sur plusieurs projets d’applications de son savoir-faire.

 

Celui d’un vidéo-projecteur pour smartphone, par exemple, ou encore un prototype de prothèse auditive autonome. « A l’époque, l’objectif était de nous positionner sur les télécoms optiques avec différents produits », raconte aujourd’hui ce Bisontin pur souche qui a acquis tout son savoir et son savoir-faire dans le quartier de Montrapon : au lycée Ledoux d’abord, puis à la fac de sciences, au Centre de Transfert en Micro et Nanotechnologies (CTMN) et enfin dans les locaux de Temis Innovation.

 

« Pour développer ces produits, nous avions obtenu des financements de la Région, de Bpifrance, d’Invest Franche-Comté. Mais les résultats avaient montré que le time-to-market serait plus long que prévu. Alors, pour ne pas nous laisser piéger, nous nous sommes diversifiés vers les composants piézoélectriques. »

 

Des composants sur-mesure – actionneurs, capteurs ou micro-générateurs d’énergie – qui peuvent s’insérer dans tous les domaines d’application nécessitant un actionnement comme la robotique, l’automobile, le biomédical, l’aérospatial, la défense ou les systèmes embarqués.

 

Rachat de son sous-traitant Techniconcept

 

crystaldirigeant-1
Marc Bouvrot-Parratte, fondateur de Crystal Device Technology en 2011.

 

Quatre ans plus tard, Crystal Device Technology s’apprête à déménager dans des locaux plus adaptés et plus industriels, à Ecole Valentin, où elle pourra intégrer l’activité mise en forme des matériaux auparavant sous-traitée à Techniconcept, implantée à Grasse (Alpes Maritimes), et qu’elle avait rachetée en 2013.

 

La petite entreprise innovante emploiera 14 personnes d’ici fin 2016. Ce rachat lui a permis de diversifier son offre sur des prestations techniques et de faire du chiffre d’affaires. Pour 2016, il devrait se monter à 310.000 €, espère le dirigeant. Cette année sera aussi celle de la montée en puissance de l’équipe commerciale et du business, autour des produits qui sont en train d’être développés parallèlement.

 

Le premier est un patch souple, dont la première application devrait être pour une chaussure connectée pouvant transmettre des infos sur la vitesse, le poids, la distance parcourue…

 

exercice_illegal_boucle

 

« On utilise la marche pour produire l’énergie qui alimente un système de communication, sans pile ni batterie à recharger », explique Marc Bouvrot-Parratte. «  Le patch est inséré dans la semelle, qui génère de l’énergie quand il se déforme. Ce patch souple, c’est notre brique technologique, que nous pensons pouvoir introduire dans différents produits. »

 

Protégé par un brevet, le produit peut s’intégrer partout, explique le président de Crystal Device : dans l’épaisseur d’un tissu et même sous la peau, puisqu’il est biocompatible et flexible.

 

« Cela pourrait servir à communiquer des informations de diagnostic de santé, pour le diabète par exemple, avec l’information envoyée sur le smartphone par bluetooth. Il y a aussi des applications possibles dans l’horlogerie de luxe et dans l’automobile, pour des pneus intelligents. »

 

Sorti en septembre, ce patch remporte déjà de nombreuses marques d’intérêt de différents secteurs, et des négociations sont en cours. La start-up est en train de finaliser un accord avec le leader européen des capteurs, pour l’application « chaussure connectée », et discute avec un horloger suisse haut de gamme…


banquepopulaire

 

A la recherche de co-financeurs

 

En 2015, Crystal Device Technology a investi plus de 350.000 € sur fonds propres en R&D. « C’est un choix stratégique : cela permet de bénéficier des développements et de faire du chiffre d’affaires. Nous n’avons plus de fonds propres aujourd’hui mais nous sommes en train de les reconstituer, grâce à nos technologies qui vont très très vite. Nous détenons les brevets et les produits dans lesquels nous insérons notre technologie sont pilotés par des grosses industries », confie Marc Bouvrot-Parratte.

 

La start-up a décliné des propositions de rachat fin 2015, mais est aujourd’hui en recherche de financements. Son dirigeant estime à un million d’€ le co-financement nécessaire au développement et à l’industrialisation de son patch souple.

 

« Notre diversification verticale nous ouvre encore d’autres perspectives et nous pousse à aller plus loin. Aujourd’hui, notre situation est plus confortable et même si nos finances ne sont pas stabilisées, nous pouvons choisir ce que nous voulons faire. Si nous trouvons un partenaire industriel, nous pourrons assurer notre stratégie de développement sans nous diluer dans un tour de table. »

Commentez !

Combien font "10 plus 9" ?