Le spécialiste des conditionnements en bois doit sa survie à l’engagement de deux femmes : Rose-Marie et Laetitia Rochatte et aux compétences techniques de ses 28 salariés. Le duo mère-fille a relancé la Nouvelle Société Gerbois à Sapois (Vosges) en associant 14 d’entre eux au capital.

La Nouvelle Société Gerbois œuvre dans l’ombre des grands industriels de l’automobile, de l’aéronautique ou encore de la métallurgie. Ses conditionnements en bois à haute valeur ajoutée leur sont pourtant indispensables notamment pour l’export de pièces détachées aux quatre coins du globe. Passée par l’épreuve d’une liquidation judiciaire, l’entreprise nichée au pied du massif vosgien, poumon vert de la région Grand Est, a retrouvé du souffle. Ses 28 salariés ont réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 2,55 millions d’€ en progression de 34%.
La société basée à Sapois (Vosges) a été relancée en 2014 à l’initiative de Rose-Marie Rochatte, gérante de l’entreprise de transports qui porte son nom à quelques kilomètres. Cette « serial » entrepreneuse dans le domaine du bois, ne pouvait voir ce fleuron local fermer.

 

BPALC

 

« A cette époque, c’était l’hécatombe industrielle dans nos trois vallées », se remémore-t-elle. Gerbois a été pénalisé par son profil mono-client dans l’automobile et l’embargo des exportations vers l’Iran. » La dirigeante a convaincu quatorze anciens salariés et sa fille, Laetitia Rochatte, de s’associer à elle pour donner une seconde chance à la société qui a compté jusqu’à 200 personnes à ses plus belles heures.
Le redécollage a été plus laborieux que prévu. Laetitia Rochatte, directrice commerciale, se souvient que « le groupe PSA avait inscrit l’entreprise sur sa liste noire. Mais les retours de plusieurs clients nous ont donné le sentiment d’être en face d’un bel outil ». Cette femme de 35 ans a travaillé d’arrache-pied pour conquérir de nouveaux marchés : aéronautique, métallurgie, mécanique de précision, cristallerie et agriculture. Par la même occasion, elle redonné du sens à son parcours, après une première partie de carrière dans le commerce international entamée dans le sud de la France.


Les moteurs du site PSA de Trémery en Amérique du sud en caisse Gerbois

gerboiscaisses
Ces caisses en bois sont utilisées pour la livraison des ailes d’un véhicule utilitaire sur les chaînes d’assemblage. © Philippe Bohlinger

Les nouveaux actionnaires ont cependant dû opérer des choix. Ils n’ont pas repris l’activité de scierie pour ne conserver que la seconde transformation du bois, à plus haute valeur ajoutée.   « La ligne de sciage a rejoint la Birmanie », constate Rose-Marie Rochatte. Les approvisionnements en bois n’en demeurent pas moins cruciaux pour l’entreprise qui a consommé 10.000 mètres-cubes en 2018, majoritairement de provenance locale.
Aux commandes d’une entreprise désormais rentable, les actionnaires comptent profiter de l’arrivée à échéance du plan de rachat cette année pour investir. Une enveloppe de 500.000 € va être injectée pour renouveler une partie du parc de machines.
Les équipements industriels installés dans 6.000 m² d’ateliers permettent d’obtenir des emballages unitaires pouvant atteindre jusqu’à 30 mètres de long, mais aussi des moyennes séries de 1.000 exemplaires. Ils sont généralement expédiés à plat. L’entreprise bénéficie par ailleurs d’une bonne intégration de ses procédés : elle sèche elle-même ses bois grâce à une chaufferie industrielle et exploite un banc de coupe pour obtenir les longueurs souhaitées.



LCRDijon

 

Les bois bruts constituent la structure des caisses. Les bois rabotés sont utilisés en support des pièces détachées. Le contreplaqué, grâce à sa bonne résistance à l’humidité, est employé pour fermer les caisses maritimes. Les éléments de calage, parfois d’une grande technicité, sont cloués ou agrafés. Il faut compter la bagatelle de 240 références pour réaliser le conditionnement de la carrosserie latérale d’un véhicule utilitaire à destination de la Russie !
La Nouvelle Société Gerbois réalise les conditionnements en suivant le cahier des charges de ses clients, mais son bureau d’études de 2 personnes est également en mesure de réaliser la conception des emballages.  Si bien qu’aujourd’hui, les moteurs du site PSA de Trémery (Moselle) rallient l’Amérique du sud en caisse Gerbois.

rosemarierochatte
Rose-Marie Rochatte, présidente de la Nouvelle Société Gerbois. © Philippe Bohlinger
Qui est Rose-Marie Rochatte ?

Rose-Marie Rochatte, 57 ans, a su s’imposer dans deux univers très masculins : le transport routier et l’exploitation du bois. Si elle a aujourd’hui pris un peu de hauteur, la dirigeante continue de superviser trois entreprises familiales dans les Vosges :  Transports Rochatte (30 personnes), Vosges Bois Chauffage (5 personnes) et Nouvelle Société Gerbois (28 personnes).
La dirigeante s’était aussi investie dans la création d’une entreprise de transport ferroviaire de proximité, Ferrivia (15 personnes). Basée à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), la société fondée en 2013 avec trois autres actionnaires a été liquidée le 17 janvier dernier. Les écarts de coûts entre le rail et la route cumulés aux conséquences des grèves à la SNCF en août 2018 ont eu raison de cette initiative. Rose-Marie Rochatte n’en prend pas ombrage.
Très active dans les organisations patronales du Grand Est, elle a de nombreux projets notamment dans l’insertion.

Commentez !

Combien font "2 plus 5" ?