CHARPENTE. Accrochée au flanc de l'usine de Fargeot Lamellé Collé, le long de la Route Centre Europe Atlantique (RCEA) à Vérosvres, près de Charolles (Saône-et-Loire), une banderole annonce la couleur:

"Ici, nous fabriquons la charpente du stade de Nice».

Pour réaliser ce contrat de 19 millions d'€, le plus gros de son histoire, l'entreprise aujourd'hui dans le groupe Vinci Construction, s'est offert un bâtiment dédié.

C'est aussi son premier stade depuis la rénovation du stade Bonal à Montbéliard (Doubs),  en 1996.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Pour Fargeot Lamellé Collé à Vérosvres (Saône-et-Loire), le contrat du stade de Nice est non seulement un défi technique, mais aussi industriel. Comment faire l'équivalent de la production d'un an et demi en 120 jours ?

Le charpentier Fargeot (25 millions d'€ de chiffre d'affaires, 100 salariés) - du nom de son fondateur René Fargeot, l'un des pionniers du bois lamellé collé qui l'a revendu en 1999 à GTM devenu Vinci Construction - n'y est pas allé par quatre chemins.

Un hall de 2000 m2 a été spécifiquement construit dans le prolongement de l'usine pour libérer dans l'atelier de taillage, la place nécessaire à un nouveau centre d'usinage à commande numérique.

«Ultra performante», la machine taille des pièces longues de 8 à 10 mètres sur les 6 faces. Ses 3 broches 5 axes permettent de percer plusieurs trous en même temps. Entièrement dédié au montage et à la finition des éléments de la charpente, le hall est équipé d'un chariot élévateur multidirectionnel qui sert à manipuler les poutres au fur et à mesure de leur fabrication. L'investissement s'élève à 1,2 million d'€.

«Il n'était pas imaginable de délaisser nos autres clients pendant un an», expose Lionel Cabaton, directeur d'exploitation.

Jumelées aux charpentiers maison pour un apprentissage plus rapide, une dizaine de personnes ont été embauchées en CDD pour assurer la commande. Jusqu'à 25 opérateurs travaillent en deux équipes (2X8) sur le projet dont la préfabrication est achevée à 80%. La pose a démarré le mois dernier et s'achèvera au printemps 2013.

Des poutres en croix

Volumineuse - la couverture s'étendra sur 49 500 m2 -, la charpente est complexe à réaliser. L'architecte du stade, Jean-Michel Wilmotte a imaginé une toiture ondulante, tressée en bois et métal (1), recouverte d'une membrane textile transparente.

Elle est composée de 4 636 pièces de bois assemblées les unes aux autres en sous-ensembles de 5 pièces formant une croix. «Il y a 300 types de pièces différentes compte-tenu de la géométrie ondulée de la couverture», précise le directeur d'exploitation.

Placée en sous-toiture pour être visible depuis les gradins, la charpente en bois est surmontée d'une charpente métallique formant des excroissances.

Pour aller plus vite et réduire les étapes d'assemblage sur le chantier, les ferrures qui fixent les poutres entre elles et à la charpente métallique, sont montées en atelier.

Démarré le mois dernier, le montage de la charpente durera jusqu'au printemps. 80% de la fabrication en usine est aujourd'hui réalisée.

A la clôture de la fabrication, 90 camions auront quitté les ateliers de Fargot au rythme moyen de 3 par semaine.

Pluie de chiffres

4 000 m3 de bois brut - 4 636 pièces de bois lamellé collé (2) de 8,50 m en moyenne - 1 200 noeuds de moisement des croix de bois - 55 tonnes de ferrures  - 500 000 broches et vis - 1 320 noeuds d'assemblage reliant les extrémités des croix de bois aux pieds de pyramides métalliques - Plus de 8.000 heures de bureau d'études - Plus de 40 000 heures de travail dans les ateliers Fargeot - Environ 25 000 heures de levage sur le chantier. - Les croix en bois les plus volumineuses pèsent 60 tonnes.

(1) La partie métallique est réalisée par l'entreprise SMB (Saint-Brieuc, Côtes d'Armor).

(2) Le lamellé-collé consiste à abouter des lamelles de bois entre elles pour obtenir de grandes longueurs et de les superposer les unes aux autres avec de la colle. Sa particularité est de renforcer la résistance mécanique sur une grande longueur.

Photos : Traces Ecrites et Fargeot.

Commentez !

Combien font "4 plus 3" ?