Antoine et Victor Bouillard, la troisième génération aux commandes du plasturgiste bourguignon ouvre son capital à UI Investissement, à la Caisse d’Epargne et à la Banque Populaire. Le numéro un français des articles pour jardineries compte ainsi mieux financer une croissance supérieure à 31% dès 2021.

 

Le groupe ANVI (*) accueille à son capital la société financière UI Investissement, BFC Croissance (Banque Populaire) et CEBFC LT (Caisse d’Épargne). Le montant de l’augmentation de capital, ainsi que la part de chacune des trois entités, demeurent confidentiels.
« Sachez néanmoins qu’il s’agit d’une prise de participation significative, mais non majoritaire », souligne Antoine Bouillard, président d’ANVI, le numéro un français des articles pour jardineries, mais aussi fabricant de poubelles médicales et de pièces en plastique à façon pour l’industrie.

 

dieman



Le finalité de l’opération, conclue avec des partenaires « locaux et proches des entrepreneurs », consiste à s’assurer une croissance, notamment internationale, beaucoup plus forte. Il faut dire que le plasturgiste de Saint-Germain-du-Plain (Saône-et-Loire) digère à peine le rachat au groupe SEB de sa filiale allemande EMSA (20 millions d’€ de chiffre d’affaires), longtemps concurrent direct de ses produits de jardin.

poubellesmedicales
Le plasturgiste fabrique des poubelles médicales en très grand nombre actuellement, en raison de la crise sanitaire, sous la marque Plazur. © Traces Ecrites

 

« Depuis l’été dernier, juste après le premier confinement, il nous a fallu rapatrier le stock des produits finis et les moules, soit pas moins de 350 semi-remorques », précise le dirigeant qui n’a même pas encore pu voir la réinstallation de ses troupes d’outre-Rhin (25 personnes), à Münster (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), affectées dorénavant au marketing et à la commercialisation.

80% de plastique recyclé

alignementpressesinjection
L'entreprise va investir pas moins de 13 millions d'€ en cinq ans pour améliorer son parc d'équipements. Ici des presses à injecter sur le site de Saint-Germain-du-Plain, en Bourgogne. © Studio Josyane et Julien Piffaut


L’arrivée de « cash » favorisera l’augmentation des capacités productives, une diversification de la clientèle étrangère et financera plus avant la R&D, qui pèse déjà près de 7% d’un chiffre d’affaires consolidé en 2020 à 38 millions d’€, avec un effectif global de 240 personnes, dont plus de 100 à la fabrication en 3x8 7j/7.
Un programme de 13 millions d’€ d’investissement, décidé sur cinq ans, permettra un rééquipement en matériel de production et l'acquisition de nouveaux outillages dans les trois sites industriels du groupe.

 

mecateam


A Saint-Germain-du-Plain, le plasturgiste dispose d’une superficie de 20.500 m2 pour développer la technologie de l’injection avec un parc de 30 presses électriques, moins consommatrices en énergie. Pour intégrer l’afflux des marchandises allemandes, ANVI loue non loin un entrepôt de 16.000 m2 chez le transporteur et logisticien de Chalon-sur-Saône, Alainé.

Présent aussi dans l’Ain, à Villereversure, le groupe intègre une unité de 7.000 m2, dotée de 8 extrudeuses souffleuses. Il exploite par ailleurs sur 6.000 m2 dans le Puy-de-Dôme, à Aigueperse, le process du rotomoulage avec trois machines. « Nous pouvons de ce fait répondre à tous les types de pièces en plastique », assure Antoine Bouillard.

granulesdeplastiquerecyclé
Des composés de plastique recyclé réintroduits à hauteur de 80% dans le cycle de production. © Traces Ecrites

 

Au niveau des marchés, l’entreprise a deux cœurs de métier : les produits de jardineries (50% du chiffre d’affaires), principalement des pots et jardinières, mais également des meubles, arrosoirs, nichoirs…, sous la marque Poétic. 
Dans le domaine médical, depuis le rachat de Plazur en 2015, ANVI réalise différents types de poubelles médicales en jaune normé (28%). Une troisième activité, à hauteur de 22%, concerne le conception et production à façon de pièces pour l’industrie.

 Batifrancdeux


« Nous misons de plus en plus sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises, en intégrant 80% de plastique recyclé dans nos produits, en favorisant le bien-être de nos équipes avec l’esprit d’une start-up », ponctue le président d’ANVI qui parie sur un bond de plus de 31% de son chiffre d’affaires cette année, à 50 millions d’€, dont plus de la moitié à l’international dans déjà une trentaine de pays.

(*)  Sigle correspondant aux deux premières lettres des prénoms Antoine et Victor.

melangeurplastique
Un mélangeur intégrant les composés recyclés avec les colorants. © Traces Ecrites

 

potsdefleur
Pots de fleur en sortie de ligne. © Traces Ecrites

 

Qui sont Antoine et Victor Bouillard ?

freresbouillard
Antoine, à gauche, et Victor Bouillard.© Studio Josyane et Julien Piffaut

Ingénieur en informatique, Antoine Bouillard (39 ans) est également titulaire d’un master en entrepreneuriat. Avant d’intégrer l’entreprise familiale, il exerce comme consultant dans différents cabinets durant trois ans et puis en a assez. Vraiment assez de l’oubli de l’humain, au profit du financier, dans le travail.
Un jour de 2010, son père Jean-Jacques, la seconde génération qui a succédé aux aïeux fondateurs de 1945, l’appelle pour une mission de restructuration. Le courant passe, indépendamment des caractères un rien marqués des deux hommes.
Et la mayonnaise prend au point aussi d’intégrer dans la boucle Victor, le second fils de Jean-jacques. Ce dernier (37 ans), architecte DPLG, très créatif, est devenu le responsable du service R&D du groupe ANVI. Il impressionne, en montrant ses dernières recherches, par son souci du détail innovant, de la petite différence qui fait toute la valeur ajoutée.

Commentez !

Combien font "7 plus 10" ?