Le fabricant de machines spéciales destinées à la finition des pièces plastiques vient de recevoir le soutien de France Relance. Le fonds gouvernemental de modernisation et de diversification de la filière automobile cofinance un projet de soudage au laser en trois dimensions avec contrôle qualité en temps réel.


Soudage, découpe ou encore pose d’insert, les machines spéciales de Periferi jouent un rôle central dans la finition des pièces plastiques. Malgré la crise sanitaire, la PME basée à Woustviller, dans l’est de la Moselle, continue d’innover dans cette spécialité qu’elle exerce à 95% pour le secteur automobile. En février dernier, le fonds de modernisation et de diversification de la filière automobile de France Relance a choisi d’appuyer un procédé de soudage de pièces complexes intégrant le contrôle qualité en temps réel.


« Notre innovation porte sur le soudage d’un raccord à la surface d’un tube du système de refroidissement des batteries de véhicules électriques. Pour y parvenir, nous avons imaginé une machine spéciale capable de réaliser une soudure au laser en trois dimensions. Nous y avons associé un système de contrôle qualité, une nouveauté pour Periferi », expose René Campigotto, l’un des deux co-gérants de l’entreprise. 
L’avantage de cette innovation est triple selon la société de 36 salariés qui a réalisé un chiffre d’affaires de 5 millions d’€ en 2020. Elle réduit la perte de temps inhérente au contrôle d’échantillons en laboratoire, et limite le gaspillage de matière résultant du contrôle destructif. Enfin, elle augmente la qualité grâce au contrôle de 100% de la production.

 

bpest

 
Le bureau d’études a dû surmonter plusieurs obstacles, notamment en raison du procédé de soudage au laser qui impose que le raccord en plastique soit translucide : « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec le fournisseur, car la présence de bulles dans le raccord tout comme le positionnement du point d’injection perturbaient  vraiment le procédé de soudage », détaille Éric Windstein, co-gérant.

Après un an de recherche et développement, le projet représentant plus de 600.000 € d’investissement arrive à son terme. « Nous menons ce programme en partenariat avec un sous-traitant automobile sans commande client préalable, car nous pensons que cette innovation est susceptible de répondre à un besoin. Nous comptons l’intégrer dans notre gamme de machines standards pour la finition de pièces soufflées ou injectées », note René Campigotto.


Un positionnement dans le contrôle qualité qui ouvre les portes du médical

periferideux
Periferi est capable d’adapter à ses machines un système de soudage au gaz chaud, une exclusivité brevetée par un fabricant allemand.


Periferi qui produit une quarantaine de machines spéciales par an, principalement destinées à l’export, se satisferait de commercialiser une poignée de machines de ce nouveau type d’ici 2022. Grâce à son nouveau positionnement dans le contrôle qualité, l’entreprise compte parallèlement se diversifier dans le secteur médical où elle identifie des besoins en soudage, sur les consommables notamment.  Car comme l’explique Éric Windstein, dans le secteur automobile, la donne est bouleversée ave la motorisation électrique. « il y a cinq fois moins de pièces par rapport à un bloc thermique, or beaucoup se situent sous le capot moteur… »

L’état d’esprit à la fois créatif et collaboratif de Periferi demeure un atout majeur pour réussir ce challenge.  « Nous apprécions de partir d’une page blanche, de mobiliser la matière grise de notre bureau d’études et l’expertise de nos metteurs au point en vue d’apporter une solution sur mesure à nos clients », livre le duo d’entrepreneurs.

 

flandria

 
Le spectaculaire bâti métallique bleu trônant dans l’atelier témoigne de ce savoir-faire. Actuellement vide, il accueillera les éléments d’une machine spéciale destinée à la finition et au contrôle d’un connecteur pour un véhicule électrique du constructeur BMW. Sur le plan collaboratif, Periferi a également su nouer des liens avec des entreprises disposant de savoir-faire complémentaires à l’instar des vosgiens Start 40, spécialiste du marquage laser ou encore de Process Engineering, société de contrôle par vision 2D ou 3D.

Qui sont René Campigotto et Éric Windstein ?

periferidirigeants

Le tandem de co-gérants de Perifieri a repris l’entreprise il y a dix ans. Éric Windstein était à l’époque responsable de la partie automatisme de la société et René Campigotto, responsable du bureau d’études. « Notre prédécesseur, fondateur de l’entreprise en 1985, aurait pu céder Periferi à un groupe spécialisé comme il en existe outre-Rhin. Cependant, en tant que cadres-dirigeants, nous aurions perdu en autonomie et en indépendance dans les choix stratégiques de l’entreprise », résume René Campigotto.
Certes, la crise sanitaire a contracté de plus du quart le chiffre d’affaires l’an dernier. Mais les deux associés relativisent cette situation en la mettant en parallèle avec une décennie faste depuis leur rachat de Periferi.

Commentez !

Combien font "7 plus 1" ?