Complètement à l’arrêt pendant le confinement, le tourisme est l’un des secteurs qui a le plus souffert de la crise du Covid-19. La Région Grand Est accompagnée par l’Etat, a déployé une série d’aides financières pour le secteur et lance une vaste campagne de communication pour reconquérir les visiteurs.


Le secteur du tourisme dans le Grand Est et surtout en Alsace, a été largement impacté par la crise sanitaire. De lourds dégâts sont à déplorer tant en termes économiques qu’en terme d’image. Alors qu’au deuxième trimestre 2019, les entreprises touristiques ont produit 2,5 milliards d’€, ce chiffre est réduit à peau de chagrin cette année. Les hébergements de la région Grand Est prévoient une perte de 66% de leur chiffre d’affaires d’ici à fin août. Et sur les 90.000 personnes employées par le secteur, 60.000 étaient encore au chômage partiel à la mi-juin.


bannierecommunebp


Un plan d’urgence a été débloqué par la Région Grand Est avec l’aide de l’Etat. Près de 536 millions d’€ d’aides ont été accordés aux acteurs de la filière touristique, dont 481 millions par le seul dispositif Prêt Garanti de l’Etat (PGE). Très touchée par l’épidémie de Covid-19, la Région Grand Est est restée en zone rouge jusqu’au 28 mai.


« Je me suis souvent élevé contre cette couleur rouge car en termes d’attractivité elle a eu un impact négatif sur notre territoire », affirme Jean Rottner, le président de la Région. Il s’agit désormais de transformer l’image du Grand Est, de rassurer et d’attirer les visiteurs. « Dans l’inconscient collectif, l’Est de la France n’est pas forcément la première destination de vacances à laquelle on pense, or nous avons de multiples atouts », affirme le président.

riquewihr
Les villages de la route des vins en Alsace attirent des milliers de touristes à toute saison. Ici, Riquewihr en été. © Traces Ecrites

 

Le tourisme dans le Grand Est en chiffres


92.000 emplois en 2018 (7% de l’emploi total)

658 millions d’€ d’investissement (moyenne annuelle de 2014 à 2016)

25,4 millions de nuitées en 2019 (+ 5%)

70% des visiteurs viennent de France
 : 47% viennent du Grand Est, 15% d’Ile-de-France, et 10% de Bourgogne-Franche-Comté 

Les Allemands sont les principaux touristes étrangers (24%), suivis des Belges (15%) et des Suisses (13%)
Parmi les touristes, 74% sont déjà venus lors d’un précédent séjour dans l’une des cinq destinations du Grand Est (Alsace, Ardennes, Champagne, Lorraine, Vosges)

 

Focus sur les « pépites » du territoire


affiche

 

La Région a investi un million d’€ dans une vaste campagne de communication avec cette signature : « Le soleil se lève plus tôt chez nous, ouvrez les yeux en grand… Est ». L’agence de communication strasbourgeoise Big Family a remporté l’appel d’offre lancé par l’Agence régionale du tourisme (ART). « Nous avons opté pour un ton résolument positif pour donner envie, rassurer et informer sur tout ce qu’on peut découvrir dans le Grand Est. Nous avons la chance d’avoir un tourisme large : urbain, naturel, thermal… », indique Marie-Reine Fisher, la directrice de l’ART.
Une quinzaine de visuels mettent en avant des sites comme la cathédrale de Strasbourg, la place Stanislas à Nancy, le lac du Der dans la Marne, le parc animalier de Sainte-Croix en Moselle, etc. « Nous avons choisi de capitaliser sur les pépites de notre territoire pour montrer qu’elles sont toujours debout », ajoute Fatiha Kritter-Rachedi, directrice de la communication à l’ART. 



Avec cette stratégie, la Région Grand Est souhaite se démarquer des autres régions de France pour attirer les visiteurs. Une vaste campagne d’affichage, un plan médias, les réseaux sociaux et un site internet dédié (explore-grandest.com), accompagne le dispositif. Cette campagne qui démarre en juillet, se déploiera dans la Région et au niveau national, en priorité en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et en Bourgogne-Franche-Comté.
L’affichage est prévu dans les gares, dans toutes les vitrines de Monoprix à Paris, et une toile spéciale sera déployée sur une façade du musée du Louvre. Des achats d’espaces publicitaires ont été signés dans la presse locale et nationale, ainsi que des spots radios. Les réseaux sociaux serviront de relais à cette campagne avec un jeu concours de photos de levers et couchers de soleil sur les sites de la Région.
 

lacduder
Le lac du Der, entre Marne et Haute-Marne, un des sites les plus fréquentés de France pour les amateurs d'oiseaux. Le festival de la grue s'y déroule chaque automne. © Traces Ecrites


Le public ciblé en priorité sont les familles, les groupes d’amis, les couples sans enfants et les seniors actifs. A l’étranger, l’opération de promotion de la Région vise d’abord des pays proches : Allemagne, Belgique, Suisse, Italie, Luxembourg, Pays-Bas et dans un second temps des marchés plus lointains comme les Etats-Unis et le Japon. « C’est important de ne pas se faire oublier des tour-opérateurs », rappelle Marie-Reine Fisher.

Au-delà de ce plan pour la saison estivale, c’est toute la stratégie et la vision du tourisme du Grand Est qui doivent être modifiées. « Il est nécessaire de réfléchir sur l’après-crise. Nous devons répondre par un New Deal sur le tourisme », affirme Jacquie Helfgott, le président de la commission tourisme de la Région.
Parmi les mots clés de ce New Deal : tourisme durable, digitalisation, nouvelle gouvernance et représentativité de l’ensemble des acteurs et du territoire. « Nous institutions, notre rôle est de soutenir et non plus de donner des directives », annonce l’élu.

bannierehautemarne

Le top 10 des lieux de visite (chiffres 2018)

saintecroix
Le parc animalier de Sainte-Croix, en Moselle, dans le top 10 des lieux les plus visités du Grand Est

1. Cathédrale de Reims, 1,425 238 million de visiteurs
2. Bateaux-promenades de Strasbourg – Batorama, 776.349 visiteurs
3. Nigloland, parc de loisirs (Aube), 656.000
4. Château du Haut-Koenigsbourg (Bas-Rhin), 538.528
5. Zoo d'Amnéville (Moselle), 469 300
6. Thermapolis à Amnéville, 388.602
7. Ossuaire de Douaumont, monument à la mémoire des soldats de la bataille de Verdun (Meuse), 376.434
8. Parc animalier de Sainte-Croix (Moselle), 334.000
9. Centre Pompidou-Metz, 332.185
10. Parc zoologique et botanique de Mulhouse, 329.081

Commentez !

Combien font "1 plus 2" ?