Pierre-Antoine Kern, président du Medef Côte-d'Or.
Pierre-Antoine Kern, président du Medef Côte-d'Or.

POINT DE VUE. Pour Pierre-Antoine Kern, président du Medef Côte-d'Or, le fossé se creuse entre les collectivités locales : Conseil régional de Bourgogne, Conseil général de Côte-d’Or et Grand Dijon, et les représentants des entreprises.

Selon le premier élu des patrons de côte-d'or, "les collectivités locales ignorent plus que jamais les représentants des entrepreneurs".

Il entend appuyer sa démonstration à l'aune de plusieurs exemples.

L’aéroport de Dijon - Bourgogne “ Le Président de la CCI Côte-d’Or et ses élus poussent depuis plusieurs années le Projet Renaissance, avec le soutien du Medef Côte-d’Or. Celui-ci vise à développer le trafic civil par l’ouverture de lignes régulières, par l’accroissement des activités charters et d’aviation d’affaires, et par l’accueil d’une compagnie low-cost entrante. Dans le même temps, le flou et les valses-hésitations entretenus par le Conseil régional et le Grand Dijon ont multiplié les retards sur ce dossier.

Résultat : plus de 15 millions d’€ investis et une incertitude sur le devenir de cet aéroport, d’autant que pendant ce temps, l’aéroport voisin de Dole-Tavaux (Jura) a développé son offre. Les élus de la CCI ont marqué le coup il y a quelques jours en refusant à l’unanimité de poursuivre une année de plus le mandat de gestion de l’aéroport de la CCI.

Le très haut débit pour les entreprises Alors que le très haut débit est bien moins lourd financièrement que le tramway, le Grand Dijon n’a pas priorisé ce dossier. Le Medef Côte-d’Or milite pourtant pour un déploiement rapide, indispensable à la performance des entreprises et à l’attractivité de l’agglomération.

De son côté, le Conseil général déploie un plan financièrement ambitieux (plus de 58 millions d’€) mais sans suffisamment de concertation avec la CCI de Côte-d’Or qui est pourtant l’interlocuteur incontournable pour les entreprises en matière d’aménagement du territoire.

Les terrasses de cafés et restaurants à Dijon La hausse vertigineuse des droits d'occupation des terrasses et l'instauration de frais d'installation infligées par la ville, sans concertation avec les professionnels, illustre encore le manque de dialogue entre les collectivités et les syndicats d’entrepreneurs.

Les taxes payées par les entreprises aux collectivités CFE, TLPE, CET, Taxe foncière… Alors que les entreprises sont écrasées par le poids des prélèvements  : 26,3% en France contre 15,6% en Allemagne (*), aucune collectivité ne prend la peine de se rapprocher des syndicats d’entrepreneurs pour les informer et dialoguer avec eux en amont des votes de budgets et du niveau des taxes qui seront payées par les entreprises.

Le Medef Côte-d’Or avait déjà dénoncé vigoureusement l’augmentation brutale de 80% du versement transport pour financer le tramway alors que les entreprises n’avaient pas été associées à ce projet et qu’elles contribuent de manière significative à son financement (près de 50 millions d’€ par an de versement transport).

Le manque de dialogue, illustré par tous ces exemples, est gravement préjudiciable au développement de l’économie locale et à l’emploi. Il crée une incertitude permanente pour les chefs d’entreprise qui subissent des changements constants des règles du jeu. Ces perturbations impactent non seulement les entrepreneurs dirigeants de TPE ou PME locales, mais aussi les grandes entreprises dont les actionnaires peuvent décider de transférer l’activité sur des territoires où les paramètres sont plus stables ou plus favorables.

Transfert qui se traduit par une perte directe d’activité et donc d’emplois pour les sous-traitants ou prestataires locaux qu’ils font travailler. De récents exemples en sont malheureusement la preuve…

Nous demandons donc la tenue d’une conférence de l’économie locale qui rassemble les organisations patronales et les branches professionnelles, la CCI Côte-d’Or, le Conseil Régional de Bourgogne, le Conseil Général de Côte d’Or, le Grand Dijon et la Communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud, pour mettre en œuvre un véritable processus de concertation sur la fiscalité et les grands sujets économiques locaux ”.   (*) Source : Eurostat - Prélèvements fiscaux et sociaux/valeur ajoutée (%, sociétés non financières et sociétés financières, 2011).

Crédit photo : Medef Côte-d'Or

Commentez !

Combien font "1 plus 2" ?