Innovation. Il sèche les boues et en plus, il en élimine les mauvaises odeurs.

L’ «Air Sunclean» applique aux stations d’épuration le principe du 2 en 1.

Ce système breveté réunit les recherches de plusieurs entreprises et laboratoires de la région mulhousienne.

Sa mise au point à présent terminée, il démarre sa commercialisation auprès des collectivités.

Premier acteur, Air Technique Franco-Suisse, PME de chauffage à Habsheim (Haut-Rhin), apporte son système, lui aussi breveté, de séchage solaire de boues à partir d’un panneau spécial "à air".

Aux dires des partenaires, il en résulte un séchage plus rapide et «propre» (sans dispersion de particules).

Le taux d’humidité des boues est réduit à moins de 20 %, ce qui permet de les réutiliser sur site comme source d’énergie.

Les odeurs, elles, sont l’affaire de Zéphir Alsace, jeune spin-off de l’Institut de sciences des matériaux de Mulhouse.

Une équipe de cette structure associant le CNRS et l'Université de Haute-Alsace (UHA) a conçu un chasseur d’odeurs annoncé comme redoutable, "Sicade-1 ®", un zéolithe de synthèse.

Zéolithe ? C’est une roche poreuse volcanique. «A l’état naturel, elle ne piège toutefois que l’eau. Le matériau créé, lui, l’a été spécifiquement pour traiter les composants organiques volatils (COV) et garantir des pores à l’efficacité supérieure à la version naturelle», expose Bertrand Gonthier, post-doctorant au sein d’Air Sunclean.

Les performances dépassent aussi celles du charbon actif, le désodorisant vedette en milieu industriel.

Commentez !

Combien font "9 plus 9" ?