Réglage d’une fraiseuse chez Albagnac.
Réglage d’une fraiseuse chez Albagnac.

EMBALLAGE. Aujourd’hui 7 juin 2013, à Brazey-en-Plaine (Côte-d’Or), quatre constructeurs de machines d’emballage et de conditionnement officialisent leur union stratégique.

Baptisée l’Alliance Made in France, elle répondra aux besoins de lignes complètes pour le secteur de l’agroalimentaire, mais également de la pharmacie et de la chimie.

Née d’une amitié entre trois dirigeants qui partagent une culture industrielle commune et une même philosophie de marché, cette mutualisation de compétences montre le chemin à suivre pour les PME, souvent isolées et sans grands moyens de promotion, notamment à l’international.

Présentation.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

« Pourquoi vouloir être à tout prix roitelet en son pays, alors qu’une régence partagée permet d’aller plus vite et plus loin », image d’entrée de jeu Denis Dias pour illustrer l’Alliance Made in France, tout à la fois union de compétences et marque commune à quatre constructeurs d’équipements d’emballage et de conditionnement.

Le patron de BEDI (prononcez en détachant chaque lettre) n’est pas peu fier d’accueillir aujourd’hui dans son entreprise de Brazey-en-Plaine (Côte-d’Or) ses collègues et amis des entreprises Albagnac, Costral et Stone Industrie, ainsi que nombre de leurs invités.

Avec l’Alliance Made in France, ils forment cette union de compétences, tant commerciales qu’industrielles pour conquérir de nouveaux marchés, assurer une offre complète et innover.

Plusieurs atouts militaient en faveur de ce rapprochement : une identité forte, une taille presque similaire et des savoir-faire complémentaires qui permettront de répondre à des besoins d’équipements sur mesure.

Jugez-en…

Montage du dispositif de retournement des bouteilles d'une rinceuse/stériliseuse.
Montage du dispositif de retournement des bouteilles d'une rinceuse/stériliseuse.

• Costral, fondée en 1975, est un spécialiste des lignes d’embouteillage de vin.

Implantée à Riquewihr (Haut-Rhin) au cœur du vignoble alsacien, cette PME de 56 collaborateurs et 7,3 millions d’€ de chiffre d’affaires conçoit et fabrique des équipements de rinçage, d’inertage, de tirage et de bouchage jusqu’à 6000 bouteilles heures.

En reprenant courant 2013 la société Stentz, Costral a ajouté le lavage et le séchage à son offre commerciale. Relire notre article :  Costral vendange sur tous les marchés du monde

Mise au point de la synchronisation de la vis transfert bouteille d'un monobloc de conditionnement de Cognac - 15 000 bouteilles/heure.
Mise au point de la synchronisation de la vis transfert bouteille d'un monobloc de conditionnement de Cognac - 15 000 bouteilles/heure.

• Stone Industrie, basée à Doissin (Isère) est filiale de Costral depuis 2010.

À l’origine, l'entreprise (4,3 millions d’€ de chiffre d’affaires, 28 salariés) produisait des machines de nettoyage pour bouteilles recyclées. Elle se lance ensuite dans les laveuses brosseuses et les monoblocs d’embouteillage.

Aujourd’hui, elle fabrique des lignes d’embouteillage, comme sa maison-mère, mais en proposant des cadences jusqu’à 24 000 bouteilles par heure. Autre de ses spécialités : les lignes mobiles de vin clés en main, à hautes cadences, véritables usines sur roues.

Réglage des outillages d’une machine chez BEDI.
Réglage des outillages d’une machine chez BEDI.

• BEDI, née en 1997 et implantée à Brazey-en-Plaine (Côte-d’Or), construit des machines d’emballage depuis 2003. Elle répond au marché français des formeuses, encaisseuses, fermeuses et palettiseurs et retourneurs de colis jusqu’à 10 000 bouteilles/heure.

Ingénieriste également, l’entreprise (3,5 millions d'€ de chiffre d'affaires, 28 salariés) assure des prestations de conseil dans tous les domaines de l’emballage.

BEDI intègre courant 2009 le réseau de concessionnaires et importateur de Costral Albagnac avec pour spécificité une connaissance parfaite des équipements fins de ligne.

Réglage d'un distributeur de capsules.
Réglage d'un distributeur de capsules.

• Albagnac propose depuis 1988 une gamme complète d’étiqueteuses non seulement dans le domaine viticole, mais depuis 2000 également  dans d’autres secteurs industriels.

Elle est née à Sauzet (Lot) du cerveau d’Alain Albagnac, le père du dirigeant actuel (lire ci-dessous) à la fin des années 80, au départ dans le machinisme agricole.

Ses équipements travaillent jusqu’à 6 000 bouteilles par heure, sertissent capsules ou coiffes (champagne) et posent jusqu’à quatre étiquettes. Ils peuvent en outre s’adapter à toutes les formes de bouteilles, même les plus insolites. Albagnac atteint les 5 millions d'€ de chiffre d'affaires avec 42 personnes.

Les trois chefs d’entreprise

Fabien Albagnac
Fabien Albagnac

• Fabien Albagnac. Doublement diplômé en mécanique, automatismes industriels et gestion, il conduit l’entreprise familiale qui porte son nom depuis février 2010. La transmission s’est opérée de façon progressive, depuis 2001, avec son père Alain.

Chargé au départ du développement des systèmes électroniques embarqués dans les machines d’étiquetage, il dirige ensuite le service automatisme.

Au départ de sa vie professionnelle, il a travaillé ailleurs pour être confronté à d’autres expériences, notamment technico-commerciales.

Denis Dias
Denis Dias

• Denis Dias. Cet ancien joueur de foot de haut niveau a été à bonne école pour apprendre son métier. Ancien de Cermex, il a travaillé 18 ans chez le numéro un français des équipements d’emballage de fins de ligne et ce, à différents postes : atelier, SAV, études.

Il crée BEDI Conception, société de prestation d’études en 1997, puis BEDI Industrie onze ans plus tard. Franc pour ne pas dire direct, Denis Dias est également très déterminé à élargir le champ de ses compétences. Depuis 2010, il co-dirige ATOL-BEDI, une société spécialisée dans l’informatique industrielle.

Frédéric Kulhmann
Frédéric Kulhmann

• Frédéric Kulhmann. Le dirigeant  de Costral et Stone INDUSTRIE, parfaitement bilingue (français et allemand) a déjà été un globe-trotter au début de sa carrière comme consultant sur des projets internationaux pour le compte de grands groupes.

L’Angleterre, l’Allemagne, le Brésil ou encore la Malaisie n’ont plus de secrets pour lui.

Il succède à son père en 2006 pour mener une croissance à marche forcée, avec deux leitmotifs : exportation et innovation. Ces trois dernières années, Oseo l’a distingué comme l’un des « 2000 entrepreneurs qui font avancer la France ».

Crédit photos : Costral,BEDI, Albagnac et Stone Industrie

   
7 commentaire(s) pour cet article
  1. Frédéric Kuhlmanndit :

    Réponse aux questions concernant le statut juridique et la forme : L'Alliance Made in France repose essentiellement sur les valeurs portées par les Dirigeants des 4 sociétés. En effet, il n'existe ni liens capitalistiques (sauf pour COSTRAL et STONE), ni même contrats juridiques qui lient les entreprises. Le fait de mener des projets ensemble avec réussite et de pouvoir s'appuyer sur l'expertise de chaque entreprise dans ses métiers tout en bénéficiant de nombreuses portes d'entrée commerciales grâce aux 4 partenaires suffit à renforcer au quotidien notre volonté de travailler ensemble. Toutefois, nous avons rédigé une "Charte de l'Alliance" qui représente une constitution de notre partenariat, rappelant notre histoire, nos métiers, nos modes de fonctionnement.

  2. HATONdit :

    Très belle initiative, génératrice d'emplois.

  3. Philippe BIERRYdit :

    Bonjour, je souhaite être mis en contact avec cette alliance. Nous fournissons des logiciels pour le suivi de lignes de production et travaillons à 90% à l'export. Merci pour votre aide Philippe Bierry, Vertech

  4. PROFUMO Franck-Stéphanedit :

    Intéressante présentation qui confirme, s'il en était besoin, les ressources d'idées et d'ingéniosité qui animent nos TPE/PME. Surfer sur le Made in France est sans aucun doute un potentiel vecteur de croissance, notamment à l'international. Pour aller plus loin cependant, la question de BERTHELIER, semble interroger au-delà des objectifs de cette alliance, la forme (juridique) retenue... Et là, le débat se pose comme intéressant ! On peut comprendre toutefois qu'il sera difficile d'aller plus avant sur ce site. On imagine cependant que ces trois chefs d'entreprises ont réfléchi, au-delà de leur amitié et de leur vision stratégique fondatrice de cette alliance, au véhicule juridique mis en place. "Bon vent" à cette Alliance. Excellente journée.

  5. Pascal DENISdit :

    A Denis DIAZ ! L'export, dans ce contexte toujours plus global, passe par l'apprentissage et la mise en oeuvre de la "chasse en meute" (ce que font, depuis des décennies, nos amis Allemands par pragmatisme et discipline et nos amis italiens par instinct commercial). Bravo pour cette initiative prometteuse : des produits complémentaires, une expertise des lignes complètes, des tailles d'entreprises partenaires comparables qui permettront des relations équilibrées !... tous les ingrédients pour se battre . Je vous souhaite pleine réussite . les Conseillers du Commerce exterieur de la France ( que je préside en Bourgogne) sont à ovtre disposition pour conseils variés ( www.cnccef.org )

  6. Didier Huguedit :

    A monsieur Berthelier, Comme indiqué : mutualiser les forces commerciales, assurer une présence commune sur les salons professionnels et mettre au point de nouveaux équipements plus performants, offrant notamment des cadences supérieures. Le tout sous une marque commune : l'Alliance Made in France. Bonne journée

  7. BERTHELIERdit :

    Initiative prometteuse fondée sur des valeurs partagées et une vision commune du marché. Quels sont les objectifs à terme et quelle est la forme retenue ?

Commentez !

Combien font "4 plus 10" ?