ENERGIE. L'usine de fabrication de tuiles Terreal à Chagny est la première du groupe à recourir au biométhane.

L'énergie issue de la méthanisation des ordures ménagères de cette région du nord de la Saône-et-Loire contribuera, au printemps prochain, au tiers des besoins en énergie de l'industriel.

Les élus des communes d'implantation des usines de Terreal sont aujourd'hui sur place, pour comprendre ce que l'industriel souhaite duplicable dans ses autres unités.

 

usine extérieur
Les 37 000 m2 de batiments couverts de la tuilerie Chagny II sont implantés en lisière d'une carrière d'argile.

 

En mai ou juin prochain, l'usine de fabrication de tuiles Terreal utilisera une partie du biogaz produit par l'unité de méthanisation, en construction à Chagny à l'initiative du syndicat mixte des ordures ménagères. L'industriel substituera un tiers du gaz naturel nécessaire pour porter ses fours de cuisson à une température de 1050-1070 degrés, par du biométhane.

 

Celui-ci émane de la fermentation des ordures ménagères dans un digesteur anaérobie (sans oxygène). Il subit ensuite une épuration pour éliminer le CO2 et les autres impuretés, afin de ne garder que le méthane dont les propriétés sont similaires à celles du gaz naturel. Le biométhane obtenu peut alors être mélangé au gaz naturel. Réalisée par GRTgaz cette intervention se réalise en amont du point de livraison de l'usine, dans les réseaux de transport haute pression.

 

« On travaille sur le sujet depuis 2006 », explique François Amzulesco, directeur de l'innovation, des projets industriels et de l'international du groupe Terreal (environ 400 millions d'€ de chiffre d'affaires). A l'époque, le projet d'une usine de grande capacité à Chagny où le fabricant de tuiles est historiquement implanté, rencontre celui d'une unité de tri, méthanisation et compostage à l'initiative du SMET 71, établissement public chargé de traiter les déchets des 315 000 habitants de l’est de la Saône-et-Loire.

 

usineterrealinterieur
Chagny II dispose de deux lignes de production automatisées fonctionnant 24h/24, l'une dédiée aux tuiles à emboîtement, l'autre aux accessoires (faîtières, rives…).

Aucune incidence technique sur le process

 

Implantée sur le site d'une carrière d'argile, Chagny II - c'est son nom - est opérationnelle depuis déjà 2009 et produit 30 millions de tuiles par an avec 170 salariés. L'usine de méthanisation baptisée Ecocea, sera, elle, mise en service en janvier 2015. Construite et exploitée par le groupement d’entreprises Tiru, Eiffage Construction et l'architecte Olivier Le Gallée, pour un investissement de 40 millions d'€, elle produira 2,8 millions de Nm3 (*) de biométhane par an.

 

« La proximité de notre usine et d'un réseau de transport de gaz ne pouvait nous laisser indifférent ; de plus, cette énergie n'a aucune incidence technique sur notre process puisque le mélange des gaz se fait avant le point de fourniture de l'usine », ajoute le directeur de l'innovation de Terreal.

 

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'industriel n'attend pas d'économies sur sa facture de gaz. « Le tarif du biométhane, fixé par l'Etat, est du double du gaz naturel ; la facture sera même légèrement plus élevée, bien qu'une partie soit remboursée », précise François Amzulesco.

 

méthanisation
L'usine de méthanisation de Chagny, en construction, transformera 35 000 tonnes de déchets par an en biométhane à hauteur de 2,8 millions de Nm3 et 23 000 tonnes de compost. ©Eiffage Construction.

 

Réduction des émissions de CO2

 

Le bénéfice, pour Terreal se place dans l'immédiat sur un plan marketing. Il pourra afficher une réduction substantielle de ses émissions de CO2 et par conséquent, une énergie grise plus performante de ses matériaux. A terme, il peut espérer des économies. « Nous faisons un pari sur quinze ans (NDLR : la durée du contrat avec le Smet), car il est tout à fait prévisible que le prix du CO2 (ndlr : taxe payée par les emetteurs de carbone et autres gaz à effet de serre) aujourd'hui faible sur le marché européen, augmente et une tuilerie est grosse consommatrice d'énergie. »

 

L'approvisionnement de la tuilerie de Chagny est tout à fait duplicable, selon l'industriel qui souhaite développer des partenariats avec les territoires où sont implantés ses sites de production.

C'est le sens de la rencontre "Terres et communes" qui se déroule ce jeudi 13 novembre sur place, avec les maires des communes d'implantation de ses tuileries. Un projet similaire est à l'étude à Castelnaudary, dans le Languedoc-Roussilon, avec des déchets agricoles.

 

(*) Nm3 (Normal mètre cube) : quantité de gaz enfermée dans 1 m³ pour des conditions de pression et de température standards.

 

Commentez !

Combien font "7 plus 3" ?