Le positionnement de Sime, c’est le milieu industriel et rien que lui.
Le positionnement de Sime, c’est le milieu industriel et rien que lui.

ELECTRICITÉ INDUSTRIELLE. La PME née indirectement de la fin des Mines de potasse a parfaitement trouvé sa place sur le marché régional de l’installation électrique.

Ce qui lui procure une croissance régulière.

Les effectifs en CDI devraient passer à 28 personnes fin 2013, conformément au rythme de quelques embauches chaque année.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

C’était une belle tribu d’experts en installations industrielles, couvée par les Mines de potasse d’Alsace.

Elle s’appelait AC2R (Ateliers de construction et de réparation de Richwiller), elle a disparu avec sa maison-mère dans les années 1990. On a retrouvé sa trace, du moins en partie !

A Cernay (Haut-Rhin), la Sime (Société d’installations et de maintenance électrique) est née en 1999 de l’association de quatre de ses anciens, autour d’Eric Scherrer. Ils ont prouvé qu’en plus de l’excellence technique, ils avaient le savoir-faire commercial.

« Certains clients AC2R nous ont suivis, mais nous avons construit l’essentiel du portefeuille avec les nouveaux », souligne Eric Scherrer. « Nous sommes restés à l’écart de la crise », concède le dirigeant sur un ton en phase avec son caractère : posé, sans ostentation aucune.

Partie à quatre, la PME se retrouve aujourd’hui à 25 salariés permanents, plus cinq intérimaires. Les effectifs  CDI devraient passer à 28 en fin d’année, conformément au rythme de quelques embauches chaque année, fondées un peu sur le diplôme et beaucoup sur « les capacités montrées sur le terrain ».  Le  chiffre d’affaires annuel se situe à 3 millions d’€.

Eric Scherrer, dirigeant de Sime.
Eric Scherrer, dirigeant de Sime.

Souplesse dans la réponse à la demande, mais fermeté dans le choix des axes de développement : cet alliage pourrait résumer la recette du succès pour la Sime.

« Des entreprises de notre - petite- taille, il y en a relativement peu dans notre spécialité. Nous affichons la réactivité d’une petite structure, capable de répondre à tout moment. L’atout est d’autant plus précieux à présent que les marchés sont devenus de plus en plus volatiles », décrit Eric Scherrer.

Un nouveau hall de stockage

En même temps, la Sime n’a pas cherché à se déployer tous azimuts, ce dont ses dirigeants se félicitent. « Notre positionnement, c’est le milieu industriel et rien que lui », confirme le gérant.

La PME n’a pas été tentée par l’installation électrique dans le tertiaire ou la logistique, même quand ces secteurs semblaient plus porteurs que l’industrie.

Celle-ci a continué à lui apporter les débouchés qu’elle recherchait, en majorité (environ 80 %) dans le Haut-Rhin, complété des territoires voisins de l’Est.

Comptant son voisin à Cernay Endress + Hauser (Lire l'écho de Traces Ecrites News ici, la Sappel, les usines haut-rhinoises de Wrigley ou Constellium parmi ses clients, la Sime est présente dans l’agro-alimentaire, la métallurgie, la mécanique, etc.

Une exception notable : l’automobile. Ses dirigeants n’ont jamais souhaité s’y aventurer, ce qu’ils regrettent encore moins aujourd’hui…

Les bureaux et ateliers de Sime à Cernay.
Les bureaux et ateliers de Sime à Cernay.

Croissance aidant, l’entreprise se sent un peu à l’étroit dans ses 600 mètres carrés actuels de bureaux et ateliers.

Son entreposage côtoie de près ses câblages d’armoires électriques. Aussi, elle s'est dotée d'un nouveau hall de stockage de 200 m2 pour 200 000 €.

Photos : Christian Robischon et Sime.

Commentez !

Combien font "8 plus 1" ?